Séminaire « Le primitif : la mythologie de l’originaire dans les arts – XIXe-XXe siècles » (le 9 décembre)

La prochaine séance du séminaire CEPA « Le primitif : La mythologie de l’originaire dans les arts – XIXe-XXe siècles », organisé par Pauline Nadrigny, aura lieu sous la forme d’une demi-journée d’études. Elle accueillera trois communications, entre esthétique et histoire de l’art :

Samedi 9 décembre, de 9h30 à 12h30
Université Paris I Panthéon-Sorbonne
UFR de philosophie, salle Lalande
Escalier C, 1er étage
17, rue de la Sorbonne
75 005 Paris
Hugues-Antoine Naïk (Paris 1 – PhiCo/CEPA) :
« Innocence et cruauté : le primitif selon John Ruskin à la croisée des chemins de l’art »
Maureen Murphy (Paris 1 – HiCSA – IUF) :
« Le primitivisme de dada envisagé sous l’angle des théories du genre, et des études post coloniales »
Pauline Nadrigny (Paris 1 – PhiCo/CEPA) :
« Formes et forces : Sur Negerplastik de Carl Einstein »

Argumentaire du séminaire

De qui est-on le primitif, par rapport à quelle tradition s’inscrit-on dans un rapport au « premier », à une origine ou un commencement ? Ce terme est-il une catégorie esthétique ou une classification historique ? Une certaine mythologie se donne à lire dans le discours des avant-gardes plastiques et musicales. De la figure cézanienne au désir, exprimé par Russolo ou John Cage, d’un retour au son, en passant par le rapport complexe des avant-gardes aux arts dits aujourd’hui premiers, c’est peut-être le même type de geste qui se révèle : retour à un stade primitif du geste et du regard, qui se tiendrait sous la cristallisation des pratiques, des regards ou des écoutes en des formes historiques, retour à la materia prima, ou à l’élémentaire… Mythologie, cependant, car il existe deux visages du primitivisme, certainement indissociables : l’un, culturel, qui engage les formes et les pratiques de civilisations extra-européennes ou d’un occident oublié – le primitivisme comme archaïsme ; l’autre, proprement plastique ou sonore, ce « sauvage » que Dufrenne discernait notamment dans la musique expérimentale. Mythologie : car ce désir de retour est toujours, aussi, une invention – pour rencontrer son objet, l’artiste le construit en des fictions qu’il s’agit de repérer et d’interpréter, des Nazaréens à Stravinski, de Gauguin à l’imaginaire du jazz, de Rothko au rôle du cri dans les musiques extrêmes…

L’appel à une expérience esthétique première, originaire, par la médiation de formes artistiques fantasmées, car pensées elles-mêmes comme « premières », dessine-t-il une trajectoire commune aux avant-gardes artistiques ? Cette analogie est séduisante. Mais, dans cette mesure même, elle doit être réellement sondée, mise à l’épreuve, dans le cadre d’une réflexion transversale, entre esthétique générale, anthropologie culturelle et histoire des arts. Dans le cadre d’un tel dialogue, l’enjeu de ce séminaire est d’envisager plusieurs questions : celle des fondements du primitivisme en amont des avant-gardes, notamment dans les concepts du romantisme ; celle de la comparaison entre les usages du primitif d’un art à l’autre et des torsions que ces changements impriment à cette recherche ; celle du rapport entre une approche purement esthétique du primitif (question de la forme sensible, de la donation, du sauvage dans la perception, du bruit) et une approche historique, voire mythologique (archaïsme, donc, mais aussi appréhension occidentale des musiques extra-européennes).

Avec la participation de Danièle Cohn, Philippe Dagen, Sébastien Allard, Danielle Cohen-Levinas, Frédéric Fruteau de Laclos, Maureen Murphy, Catherine Guesde, Clément Bresch, Hugues-Antoine Naïk, Margaux Thura…

Hugues-Antoine Naïk est ancien élève de l’ENS et doctorant en philosophie à Paris 1 sous la direction de Danièle Cohn. Il s’intéresse en particulier à la réflexion esthétique des romantismes anglais et allemand ainsi qu’aux théories architecturales du 19e siècle. Sa thèse porte sur l’organicisme et l’esthétique de la créativité dans les écrits sur l’architecture de Ruskin.

Maureen Murphy est Maître de conférences en histoire de l’art contemporain à Paris 1, membre de l’institut universitaire de France. Ses recherches portent sur l’histoire de la circulation des arts de l’Afrique en Europe, sur la mondialisation de la scène de l’art contemporain, ainsi que sur l’histoire du primitivisme.
Elle est l’auteur de De l’imaginaire au musée (Presses du réel, 2009) et prépare une thèse d’habilitation sur l’art moderne africain à l’heure de la mondialisation.

Pauline Nadrigny est Maître de conférences en philosophie (esthétique) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est membre du CEPA (Culture, Esthétique, Philosophie de l’Art) au sein du centre de Philosophie contemporaine de la Sorbonne (UMR 8103 – ISJPS). Ses recherches portent sur l’esthétique musicale, spécifiquement sur les musiques contemporaines et les arts sonores. Elle est l’auteur de Musique et Philosophie au XXème siècle, Entendre et faire entendre (Classiques Garnier, coll. « Philosophies contemporaines », 2015) et de nombreux articles sur la perception musicale, le concept de paysage sonore et les sound studies.

Colloque « Art et camouflage », les 14 et 15 décembre 2017, Ecole des Beaux-Arts de Paris

Le colloque « Art et camouflage », organisé en partenariat avec le séminaire « Spatialisation de la mémoire » du CEPA, se tiendra les 14 et 15 décembre prochains à l’Ecole nationale supérieure des Beaux Arts de Paris.

 

Colloque
Art & Camouflage
les 14 et 15 décembre 2017
Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris
Amphithéâtre des Loges

 

Ce colloque est proposé par Patrice Alexandre, artiste, ancien enseignant aux Beaux-Arts de Paris, Jean Yves Jouannais, critique d’art, essayiste, enseignant (Beaux-arts de Paris), Alexandre Lafon, historien, conseiller à la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, Patricia Ribault, enseignante (Beaux-arts de Paris, Humboldt Universität Berlin) et Didier Semin, enseignant, (Beaux-arts de Paris), en collaboration avec le séminaire « Spatialisation de la mémoire » de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Avec le soutien de la Mission du centenaire 14-18, de la Première Guerre mondiale.

Programme

Les résumés des interventions ainsi qu’un programme plus détaillé sont disponibles ici.

Jeudi 14 décembre

Matin
9h30 Ouverture Patrice Alexandre en présence de Jean-Marc Bustamante, directeur des Beaux-Arts de Paris et de Danièle Cohn, qui présidera le colloque.
10h Gilles Aubagnac – Le guerrier et son éternel dilemme : visibilité ou efficacité ?
10h45 Cécile Coutin – Tromper l’ennemi. L’invention du camouflage moderne en 1914-1918
11h30 Stéphane Audouin-Rouzeau

Après-midi
14h 30 Wolgang Schaeffner -« La bonne peinture tombe du ciel »
15h15 Patricia Ribault – De la forme à l’informe : la stratégie du poulpe
16 h Pierre Bergougnioux
16h45 Didier Semin – Camoufler, à quoi bon ?
17h30 Michel Aubry

Vendredi 15 décembre

Matin
10h Hanna Rose Shell – Ni vu ni connu
10h45 Patrice Alexandre – De l’école des Beaux-Arts de Paris au camouflage sur le terrain de la Grande Guerre
11h Jean-Yves Jouannais – MOAB
11h45 Victoire Thierrée

Argumentaire
Dans Autobiographie d’Alice Toklas, paru en 1933, Gertrude Stein raconte une anecdote restée célèbre : en 1914, Picasso, voyant, boulevard Raspail à Paris, un canon recouvert de motifs zébrés noirs, kaki et ocre, en partance pour le front, se serait écrié « c’est nous qui avons fait ça ! ». « Nous », c’est-à dire, bien entendu, les cubistes. L’affirmation n’était pas absurde. Guirand de Scevola, un portraitiste qui a créé dans l’armée française, au début de la Première Guerre mondiale, les « sections de camouflage», a dit s’être inspiré des formes brisées de la peinture cubiste pour concevoir les premiers motifs destinés à dissimuler sur les champs de bataille combattants et matériels. L’arme essentiellement défensive qu’était le camouflage, qui a sauvé beaucoup de vies, a donc été inventée par des artistes, il y a un siècle. Parmi eux, des professeurs et de nombreux étudiants de l’École des Beaux-Arts. L’École souhaite, dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre, leur rendre hommage, au travers d’un colloque qui retracerait bien entendu leur histoire, mais, au-delà, mettrait en évidence les liens complexes, surprenants, ignorés souvent, qui unissent le jeu avec les leurres et les simulacres, propre aux artistes, aux réflexions stratégiques et tactiques — loin des clichés ressassés, fascination naïve et odieuse pour la guerre chez les Futuristes, ou pacifisme inconditionnel de la bohème artistique. Zeuxis et Parrhasios ont peut-être bien été les premiers « camoufleurs » (c’est le nom que l’on donnait aux soldats chargés de peindre le matériel de guerre pour le dissimuler — on disait aussi « caméléons ») !
Avec la participation de : Gilles Aubagnac, colonel, conservateur (Musée de l’air et de l’espace du Bourget), Michel Aubry, artiste, enseignant (Beaux-Arts de Nantes), Stéphane Audoin-Rouzeau, historien (EHESS, président de l’Historial de Péronne), Pierre Bergounioux, écrivain, Danièle Cohn, philosophe, professeur (Paris I-Panthéon Sorbonne), Cécile Coutin, historienne du camouflage, conservatrice en chef honoraire du Patrimoine), Alexandre Lafon, historien (Commission du Centenaire), Hanna Rose Shell, professeur associé, (Massachusets Institute of Technology), Wolfgang Schaeffner, historien, professeur (Humboldt Universität, Berlin), et Victoire Thierrée, artiste, diplômée des Beaux-Arts de Paris.

Beaux-arts de Paris
14, rue Bonaparte – 75006 Paris
Tél. : 01 47 03 50 00
www.beauxartsparis.fr