Report de la journée d’études « Les catégories esthétiques : le cas du primitif » (le 14 avril 2018)

NOTE IMPORTANTE : La Sorbonne étant fermée ce samedi 14 avril, la journée d’études « Les catégories esthétiques : le cas du primitif » doit être reportée à une date ultérieure qui vous sera communiquée prochainement. Nous vous remercions pour votre compréhension.

Journée d’études « Les catégories esthétiques : le cas du primitif », co-organisée par Danièle Cohn et Pauline Nadrigny

Journée d’études des doctorants du CEPA

La journée d’études annuelle des doctorants du CEPA se tiendra le 10 mars prochain à l’UFR de philosophie de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne (salle Lalande). En voici le programme :

9h30-10h15
Hugues-Antoine Naïk : « Quand l’architecture devient pierre : John Ruskin et la genèse des surfaces rugueuses »

10h15-11h00
Catherine Guesde : « Du choc sonore au choc des corps : l’écoute des musiques extrêmes en concert »

11h15-12h00
Rémi Mermet : « Wölfflins Leben und Lehre : une lecture “symbolique” de la biographie wölfflinienne »

12h00-12h45
Julia Raymond : « Métonymique de l’œuvre et de l’archive : le fonds Jean-Jacques Lebel »

Informations pratiques :
Salle Lalande
UFR de philosophie (1er étage, escalier C)
17 rue Victor Cousin
75 005 Paris

 

Séminaire « Le primitif : la mythologie de l’originaire dans les arts – XIXe-XXe siècles » (le 9 décembre)

La prochaine séance du séminaire CEPA « Le primitif : La mythologie de l’originaire dans les arts – XIXe-XXe siècles », organisé par Pauline Nadrigny, aura lieu sous la forme d’une demi-journée d’études. Elle accueillera trois communications, entre esthétique et histoire de l’art :

Samedi 9 décembre, de 9h30 à 12h30
Université Paris I Panthéon-Sorbonne
UFR de philosophie, salle Lalande
Escalier C, 1er étage
17, rue de la Sorbonne
75 005 Paris
Hugues-Antoine Naïk (Paris 1 – PhiCo/CEPA) :
« Innocence et cruauté : le primitif selon John Ruskin à la croisée des chemins de l’art »
Maureen Murphy (Paris 1 – HiCSA – IUF) :
« Le primitivisme de dada envisagé sous l’angle des théories du genre, et des études post coloniales »
Pauline Nadrigny (Paris 1 – PhiCo/CEPA) :
« Formes et forces : Sur Negerplastik de Carl Einstein »

Argumentaire du séminaire

De qui est-on le primitif, par rapport à quelle tradition s’inscrit-on dans un rapport au « premier », à une origine ou un commencement ? Ce terme est-il une catégorie esthétique ou une classification historique ? Une certaine mythologie se donne à lire dans le discours des avant-gardes plastiques et musicales. De la figure cézanienne au désir, exprimé par Russolo ou John Cage, d’un retour au son, en passant par le rapport complexe des avant-gardes aux arts dits aujourd’hui premiers, c’est peut-être le même type de geste qui se révèle : retour à un stade primitif du geste et du regard, qui se tiendrait sous la cristallisation des pratiques, des regards ou des écoutes en des formes historiques, retour à la materia prima, ou à l’élémentaire… Mythologie, cependant, car il existe deux visages du primitivisme, certainement indissociables : l’un, culturel, qui engage les formes et les pratiques de civilisations extra-européennes ou d’un occident oublié – le primitivisme comme archaïsme ; l’autre, proprement plastique ou sonore, ce « sauvage » que Dufrenne discernait notamment dans la musique expérimentale. Mythologie : car ce désir de retour est toujours, aussi, une invention – pour rencontrer son objet, l’artiste le construit en des fictions qu’il s’agit de repérer et d’interpréter, des Nazaréens à Stravinski, de Gauguin à l’imaginaire du jazz, de Rothko au rôle du cri dans les musiques extrêmes…

L’appel à une expérience esthétique première, originaire, par la médiation de formes artistiques fantasmées, car pensées elles-mêmes comme « premières », dessine-t-il une trajectoire commune aux avant-gardes artistiques ? Cette analogie est séduisante. Mais, dans cette mesure même, elle doit être réellement sondée, mise à l’épreuve, dans le cadre d’une réflexion transversale, entre esthétique générale, anthropologie culturelle et histoire des arts. Dans le cadre d’un tel dialogue, l’enjeu de ce séminaire est d’envisager plusieurs questions : celle des fondements du primitivisme en amont des avant-gardes, notamment dans les concepts du romantisme ; celle de la comparaison entre les usages du primitif d’un art à l’autre et des torsions que ces changements impriment à cette recherche ; celle du rapport entre une approche purement esthétique du primitif (question de la forme sensible, de la donation, du sauvage dans la perception, du bruit) et une approche historique, voire mythologique (archaïsme, donc, mais aussi appréhension occidentale des musiques extra-européennes).

Avec la participation de Danièle Cohn, Philippe Dagen, Sébastien Allard, Danielle Cohen-Levinas, Frédéric Fruteau de Laclos, Maureen Murphy, Catherine Guesde, Clément Bresch, Hugues-Antoine Naïk, Margaux Thura…

Hugues-Antoine Naïk est ancien élève de l’ENS et doctorant en philosophie à Paris 1 sous la direction de Danièle Cohn. Il s’intéresse en particulier à la réflexion esthétique des romantismes anglais et allemand ainsi qu’aux théories architecturales du 19e siècle. Sa thèse porte sur l’organicisme et l’esthétique de la créativité dans les écrits sur l’architecture de Ruskin.

Maureen Murphy est Maître de conférences en histoire de l’art contemporain à Paris 1, membre de l’institut universitaire de France. Ses recherches portent sur l’histoire de la circulation des arts de l’Afrique en Europe, sur la mondialisation de la scène de l’art contemporain, ainsi que sur l’histoire du primitivisme.
Elle est l’auteur de De l’imaginaire au musée (Presses du réel, 2009) et prépare une thèse d’habilitation sur l’art moderne africain à l’heure de la mondialisation.

Pauline Nadrigny est Maître de conférences en philosophie (esthétique) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est membre du CEPA (Culture, Esthétique, Philosophie de l’Art) au sein du centre de Philosophie contemporaine de la Sorbonne (UMR 8103 – ISJPS). Ses recherches portent sur l’esthétique musicale, spécifiquement sur les musiques contemporaines et les arts sonores. Elle est l’auteur de Musique et Philosophie au XXème siècle, Entendre et faire entendre (Classiques Garnier, coll. « Philosophies contemporaines », 2015) et de nombreux articles sur la perception musicale, le concept de paysage sonore et les sound studies.

Colloque « Art et camouflage », les 14 et 15 décembre 2017, Ecole des Beaux-Arts de Paris

Le colloque « Art et camouflage », organisé en partenariat avec le séminaire « Spatialisation de la mémoire » du CEPA, se tiendra les 14 et 15 décembre prochains à l’Ecole nationale supérieure des Beaux Arts de Paris.

 

Colloque
Art & Camouflage
les 14 et 15 décembre 2017
Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris
Amphithéâtre des Loges

 

Ce colloque est proposé par Patrice Alexandre, artiste, ancien enseignant aux Beaux-Arts de Paris, Jean Yves Jouannais, critique d’art, essayiste, enseignant (Beaux-arts de Paris), Alexandre Lafon, historien, conseiller à la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, Patricia Ribault, enseignante (Beaux-arts de Paris, Humboldt Universität Berlin) et Didier Semin, enseignant, (Beaux-arts de Paris), en collaboration avec le séminaire « Spatialisation de la mémoire » de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Avec le soutien de la Mission du centenaire 14-18, de la Première Guerre mondiale.

Programme

Les résumés des interventions ainsi qu’un programme plus détaillé sont disponibles ici.

Jeudi 14 décembre

Matin
9h30 Ouverture Patrice Alexandre en présence de Jean-Marc Bustamante, directeur des Beaux-Arts de Paris et de Danièle Cohn, qui présidera le colloque.
10h Gilles Aubagnac – Le guerrier et son éternel dilemme : visibilité ou efficacité ?
10h45 Cécile Coutin – Tromper l’ennemi. L’invention du camouflage moderne en 1914-1918
11h30 Stéphane Audouin-Rouzeau

Après-midi
14h 30 Wolgang Schaeffner -« La bonne peinture tombe du ciel »
15h15 Patricia Ribault – De la forme à l’informe : la stratégie du poulpe
16 h Pierre Bergougnioux
16h45 Didier Semin – Camoufler, à quoi bon ?
17h30 Michel Aubry

Vendredi 15 décembre

Matin
10h Hanna Rose Shell – Ni vu ni connu
10h45 Patrice Alexandre – De l’école des Beaux-Arts de Paris au camouflage sur le terrain de la Grande Guerre
11h Jean-Yves Jouannais – MOAB
11h45 Victoire Thierrée

Argumentaire
Dans Autobiographie d’Alice Toklas, paru en 1933, Gertrude Stein raconte une anecdote restée célèbre : en 1914, Picasso, voyant, boulevard Raspail à Paris, un canon recouvert de motifs zébrés noirs, kaki et ocre, en partance pour le front, se serait écrié « c’est nous qui avons fait ça ! ». « Nous », c’est-à dire, bien entendu, les cubistes. L’affirmation n’était pas absurde. Guirand de Scevola, un portraitiste qui a créé dans l’armée française, au début de la Première Guerre mondiale, les « sections de camouflage», a dit s’être inspiré des formes brisées de la peinture cubiste pour concevoir les premiers motifs destinés à dissimuler sur les champs de bataille combattants et matériels. L’arme essentiellement défensive qu’était le camouflage, qui a sauvé beaucoup de vies, a donc été inventée par des artistes, il y a un siècle. Parmi eux, des professeurs et de nombreux étudiants de l’École des Beaux-Arts. L’École souhaite, dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre, leur rendre hommage, au travers d’un colloque qui retracerait bien entendu leur histoire, mais, au-delà, mettrait en évidence les liens complexes, surprenants, ignorés souvent, qui unissent le jeu avec les leurres et les simulacres, propre aux artistes, aux réflexions stratégiques et tactiques — loin des clichés ressassés, fascination naïve et odieuse pour la guerre chez les Futuristes, ou pacifisme inconditionnel de la bohème artistique. Zeuxis et Parrhasios ont peut-être bien été les premiers « camoufleurs » (c’est le nom que l’on donnait aux soldats chargés de peindre le matériel de guerre pour le dissimuler — on disait aussi « caméléons ») !
Avec la participation de : Gilles Aubagnac, colonel, conservateur (Musée de l’air et de l’espace du Bourget), Michel Aubry, artiste, enseignant (Beaux-Arts de Nantes), Stéphane Audoin-Rouzeau, historien (EHESS, président de l’Historial de Péronne), Pierre Bergounioux, écrivain, Danièle Cohn, philosophe, professeur (Paris I-Panthéon Sorbonne), Cécile Coutin, historienne du camouflage, conservatrice en chef honoraire du Patrimoine), Alexandre Lafon, historien (Commission du Centenaire), Hanna Rose Shell, professeur associé, (Massachusets Institute of Technology), Wolfgang Schaeffner, historien, professeur (Humboldt Universität, Berlin), et Victoire Thierrée, artiste, diplômée des Beaux-Arts de Paris.

Beaux-arts de Paris
14, rue Bonaparte – 75006 Paris
Tél. : 01 47 03 50 00
www.beauxartsparis.fr

Journée d’études des doctorants du CEPA

Les doctorants du CEPA présenteront leurs travaux en groupe de travail fermé le samedi 10 juin, en salle Lalande, de 9h30 à 16h30.

Programme de la journée

Matinée : Musique, arts sonores, poésie concrète

9h30-10h30
Julia Raymond : « Le Fonds d’archives Jean-Jacques Lebel : l’exploration des états poétiques depuis 1955. »

10h30-11h30
Catherine Guesde : « Le haut volume sonore comme matériau musical : une esthétique des seuils »

11h30-12h30
Wilfried Bossier : « Le Son comme bouclier de Persée: phénoménologie de l’audible dans l’expérience esthétique de l’art contemporain »

12h30-14h00
Pause déjeuner

Après-midi : Architecture

14h00-15h00
Raphaëlle Cazal : « La symétrie : rythme de l’espace architectural ? »

15h00-16h00
Hugues-Antoine Naïk : « La vitalité de l’architecture: le gothique selon John Ruskin (1819-1900) »

16h00-16h30
Conclusions et discussions

 

Séminaire « Le primitif. La mythologie de l’originaire dans les arts » (le 17 mai 2017)

Journée d’étude « La spatialité esthétique : retour sur Ludwig Binswanger » (samedi 13 mai 2017)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 ISJPS
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Composante « Culture, esthétique et philosophie de l’art » (CEPA)

Journée d’étude « La spatialité esthétique : retour sur Ludwig Binswanger »
Samedi 13 mai 2017
Salle Halbwachs
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
17 rue de la Sorbonne 75005 Paris
UFR de philosophie – esc. C – 1er étage

 

Organisation : Danièle Cohn, Lara Bonneau et Raphaëlle Cazal

Cette journée d’étude réunira artistes, philosophes, thérapeutes, spécialistes de la psychiatrie et de l’histoire de l’art. Son objectif principal est de mettre en lumière, à l’appui notamment de la pensée de Ludwig Binswanger, l’étayage réciproque que peuvent s’apporter l’esthétique, l’histoire de l’art et la psychiatrie pour comprendre la nature et la spécificité de la spatialité esthétique.

Organisée avec le soutien de l’École doctorale de philosophie de Paris 1, de l’UMR 8103 ISJPS, de PhiCo et du CEPA, cette journée est ouverte à tous.

Les personnes extérieures à l’Université Paris 1 sont priées de s’inscrire à l’adresse suivante : Philo-Recherche@univ-paris1. fr (les inscriptions sont possibles jusqu’au 11 mai).

 

Programme détaillé

Présidente de séance : Danièle Cohn (CEPA, PhiCo EA3562)

Matinée :
9h-9h15 : accueil des participants

9h15-10h05 : Jeanine Chamond (Psychologue clinicienne, psychothérapeute de formation analytique, maître de conférences à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 et co-présidente de l’École Française de Daseinsanalyse) : « Directions de sens et style existentiel ».

10h05-10h55 : Lara Bonneau (CEPA, Danièle Cohn, CEFRES) : « Ascension, chute, orientation dans l’oeuvre théorique de Warburg après Kreuzlingen ».

10h55-11h15 : pause

11h15-12h05 : Patrice Alexandre (Sculpteur et professeur à l’École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris) : « L’espace du vide et la fuite du plein chez Auguste Rodin ».

Après-midi :
14h-14h50 : Mathieu Frèrejouan (EXeCO, Jocelyn Benoist) : « Des voix dans la tête : la spatialité ambiguë des hallucinations verbales ».

14h50-15h40 : Caroline Gros-Azorin (Psychanalyste, docteure en philosophie, D. E. S. S. de psychologie clinique et de psychopathologie) : « Esthétique de la spatialité dans un cas de psychose hystérique : apparitions du mal, du sale et du laid ».

15h40-16h00 : pause

16h00-16h50 : Raphaëlle Cazal (CEPA, Danièle Cohn) : « Rythme, eurythmie, symétrie : concepts fondamentaux d’une science de l’art architecturale et d’une connaissance daseinsanalytique de l’homme ? »

Séminaire « Le primitif. La mythologie de l’originaire dans les arts XIXe-XXe siècles » : Philippe Dagen (mercredi 5 avril)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 ISJPS
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Culture, Esthétique, Philosophie de l’Art (CEPA)

Séminaire « Le primitif. La mythologie de l’originaire dans les arts XIXe-XXe siècles ».

Philippe Dagen (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Promenades mexicaines : surréalisme, serpents à plumes, sacrifices humains, peyotl et femmes fatales »

Mercredi 5 Avril 2017, de 18h à 20h
Centre Michelet (Salle 311)

Philippe Dagen est historien de l’art, critique d’art et romancier. Il est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et directeur de l’HiCSA (Histoire Culturelle et Sociale de l’Art). Il est également critique d’art au journal Le Monde. Il a notamment publié Le peintre, le poète, le sauvage. Les voies du primitivisme dans l’art français, Flammarion, 1998, Le silence des peintres (Fayard, 1996), Picasso, Hazan, 2008.

——

De qui est-on le primitif, par rapport à quelle tradition s’inscrit-on dans un rapport au « premier », à une origine ou un commencement? Ce terme est-il une catégorie esthétique ou une classification historique? Une certaine mythologie se donne à lire dans le discours des avant-gardes plastiques et musicales. De la figure cézanienne – le primitif d’un art nouveau – au désir, exprimé par Russolo ou John Cage, d’un retour au son, c’est peut-être le même type de geste qui se révèle : retour à un stade primitif du geste et du regard, qui se tiendrait sous la cristallisation des pratiques, des regards ou des écoutes en des formes historiques, retour à la materia prima, objet central des compositions picturales ou musicales… Mythologie, cependant, car il existe deux visages du primitivisme, certainement indissociables : l’un, culturel, qui engage les formes et les pratiques de civilisations extra-européennes ou d’un occident oublié – le primitivisme comme archaïsme ; l’autre, proprement plastique et sonore, ce « sauvage » que Dufrenne discernait notamment dans la musique expérimentale. Mythologie : car ce désir de retour est toujours, aussi, une invention – pour rencontrer son objet, l’artiste le construit en des fictions qu’il s’agit de repérer et d’interpréter, des Nazaréens à Stravinski, de Gauguin à l’imaginaire du jazz, de Rothko au rôle du cri dans les musiques extrêmes…

L’appel à une expérience esthétique première, originaire, par la médiation de formes artistiques fantasmée, car pensées elles-mêmes comme « premières », dessine-t-il une trajectoire commune aux avant-gardes artistiques ? Cette analogie est séduisante. Mais, dans cette mesure même, elle doit être réellement sondée, mise à l’épreuve, dans le cadre d’une réflexion transversale, entre esthétique générale, anthropologie culturelle et histoire des arts. Dans le cadre d’un tel dialogue, l’enjeu de ce séminaire est d’envisager plusieurs questions : celle des fondements du primitivisme en amont des avant-gardes, notamment dans les concepts du romantisme ; celle de la comparaison entre les usages du primitif d’un art à l’autre et des torsions que ces changements impriment à cette recherche ; celle du rapport entre une approche purement esthétique du primitif (question de la forme sensible, de la donation, du sauvage dans la perception, du bruit) et une approche historique, voire mythologique (archaïsme, donc, mais aussi appréhension occidentale des musiques extra-européennes).

Organisation et coordination scientifique : Pauline Nadrigny
Avec la participation de Danièle Cohn, Philippe Dagen, Sébastien Allard, Frédéric Fruteau de Laclos, Margaux Thura, Clément Bresch…

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre Michelet
3, rue Michelet, 75006 Paris

Contact : pauline.nadrigny@univ-paris1.fr

Discussion avec le Stéphane Ginsburgh (le 7 avril 2017)

Dans le cadre de la préparation à l’agrégation et du cours de L3 sur l’activité artistique, le CEPA a le plaisir de recevoir :

le pianiste Stéphane Ginsburgh
le 7 avril 2017 de 15h à 17h
en salle Halbwachs (UFR 10)

autour d’une discussion libre sur le statut de l’interprète en musique contemporaine. Le nombre de places étant limité, seront privilégiés les étudiants des deux groupes concernés.

Danièle Cohn et Pauline Nadrigny : « l’esthétique, tout simplement » (mercredi 10 mai 2017)

Danièle Cohn et Pauline Nadrigny (CEPA) prendront part, avec Jacques-Olivier Bégot, à la soirée-débat autour du dossier « L’esthétique, tout simplement » et du cahier 80-2 des Archives de philosophie :

« L’esthétique, tout simplement »
mercredi 10 mai 2017 de 19h30 à 21h30
Centre Sèvres
35 bis rue de Sèvres
75 006 Paris

Ni à la marge de la philosophie, ni une discipline dans la philosophie, ni la partie ou l’élément d’un système de la philosophie, mais installée au cœur de la réflexion philosophique quand celle-ci ne se dérobe ou ne se refuse pas aux effets de vie sur la sensibilité, quand elle leur accorde toute leur place et consent à une part indéchiffrable, inassignable du fait esthétique : telle est l’esthétique, tout simplement, en son caractère « auroral ».

Avec la participation de
Danièle COHN, Professeur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Pauline NADRIGNY, Maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Jacques-Olivier BÉGOT, Maître de conférences à l’Université Diderot-Paris VII

En savoir plus…

Danièle Cohn au séminaire de Studio XIX (mercredi 22 mars)

Danièle Cohn, Professeur en esthétique à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et responsable du CEPA, interviendra dans le cadre du séminaire du groupe de recherches Studio XIX :

Catégories esthétiques et classifications au musée : le cas du musée du Louvre
Danièle Cohn, Professeur d’esthétique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et  Sébastien Allard, Directeur du département des peintures du musée du Louvre
Mercredi 22 mars à 18h
INHA, Galerie Colbert,
Salle Walter Benjamin

 

Catégories esthétiques et classifications au musée : le cas du musée du Louvre

Au cœur du display of art et des interrogations sur la scénographie, l’accrochage au musée devient un enjeu majeur dans l’histoire des arts et l’esthétique, à la croisée des chemins entre voie naturaliste et voie culturaliste. Cette pratique à la fois met en place une rhétorique du voir, et repose sur elle. Elle conditionne l’expérience des œuvres dont dépendent les visiteurs. L’accrochage est certes marqué par le renouvellement que les neurosciences ont opéré dans l’approche de la vision et de l’orientation dans l’espace. Mais il est aussi historique de part en part et son histoire croise et vivifie celle des collections privées et des musées, de leurs architectures comme du marché de l’art. Deux notions clé en esthétique et histoire de l’art nous guideront : la notion de catégorie et celle de classification, en prenant en compte la dimension pratique et empirique de part en part historique de ces deux notions à travers l’analyse de l’emploi qu’en fait le musée.

 

Séminaire « Le primitif : les arts et la mythologie de l’originaire – XIXè-XXè siècles » : Frédéric Fruteau de Laclos(le 1er mars)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Axe Culture, Esthétique, Philosophie de l’Art (CEPA)

La prochaine séance du séminaire « Le primitif : les arts et la mythologie de l’originaire – XIXè-XXè siècles » (organisé par Pauline Nadrigny) (PhiCo/CEPA) sera animée par :

Frédéric Fruteau de Laclos (CHSPM)

 »Participer pour instaurer ? L’originaire et les promesses de la création. »

Mercredi 1er mars – 17h30-19h
Salle 101, Centre Michelet,
3 rue Michelet 
75006 Paris
Frédéric Fruteau de Laclos (CHSPM)
« Participer pour instaurer ? L’originaire et les promesses de la création. »

Dans la création artistique, mais aussi bien dans la moindre perception, joue un certain rapport de participation. Créations et perceptions sont de l’ordre du développement ou de l’explication en surface de ce qui se joue pour chacun en profondeur, que cette surface soit celle de la toile, de la page d’abord blanche, ou qu’elle équivaille au plan des existences en apparence les plus communes.
Chez les supposés primitifs existe ce rapport au fond, mais ce fond, chez eux comme chez nous, ne se déploie jamais librement en surface, sous la forme de l’informe (si on peut dire) ; il est toujours formé, les formes en question étant redevables d’une histoire aussi bien sociale, naturelle, qu’eidétique – d’une histoire des formes considérées dans le cours « interne » de leur évolution, des formes enchaînant sur des formes. Autrement dit, la contribution des « autres » à l’histoire des instaurations ne réside pas dans la fraîcheur, la simplicité, ou bien encore la brutalité, de leur participation à la nature, don à l’humanité d’autant plus précieux que nous, modernes, nous serions perdus à force de sophistication formelle. La symétrisation doit au contraire conduire à la reconnaissance, d’une part du fond chez nous, quand bien même nous apparaîtrions superficiels à nos propres yeux ; d’autre part, de la forme ou des formes chez les autres : nous ne devons pas prendre notre incapacité à identifier les formes instaurées par eux pour une absence de création formelle.
Il s’agira dès lors de revenir sur l’ensemble des procédures de disqualification qui sont à l’œuvre lorsqu’on décrit l’art et la mentalité des « Primitifs » en termes de « participation ». Par-delà ces disqualifications anthropologiques, on insistera sur le renversement qui a lieu dès lors qu’on assume un sens positif de la participation, pour nous-mêmes comme pour les autres. Les enjeux ici relèvent indissolublement de la psychologie génétique et de la théorie de l’art. Car on s’emploiera à réunir les deux sens de l’esthétique, en refusant de dissocier la théorie de la sensibilité et la réflexion sur la création artistique. S’il faut dire que les artistes sont particulièrement sensibles à ce qu’ils vivent, on doit corrélativement souligner le pouvoir d’instauration du moindre vivant : notre vie peut être tenue pour notre œuvre.

Séminaire « Le primitif : les arts et la mythologie de l’originaire » : Danièle Cohn & Sébastien Allard (mercredi 1er février)

La prochaine séance du séminaire « Le primitif : les arts et la mythologie de l’originaire » sera animée par :

Danièle Cohn (Paris 1) et Sébastien Allard (Musée du Louvre, Département des peintures)
« Des Nazaréens »
Mercredi 1er février – 17h30-19h
Salle 101, Centre Michelet, 3, rue Michelet 75006 Paris

De qui est-on le primitif, par rapport à quelle tradition s’inscrit-on dans un rapport au « premier » à une origine ou un commencement ? Ce terme est-il une catégorie esthétique ou une classification historique ?
En Allemagne, au début du XIXème siècle, un groupe de peintres, les Nazaréens, tournent le dos à l’antique et au classique et choisissent une filiation artistique différente : celle d’une peinture italienne d’avant Raphael.
Ce geste qui vaut pour une forme de vie et une manière de peindre sera étudié à travers quelques textes et quelques tableaux.

Séminaire « Le primitif : les arts et la mythologie de l’originaire » (mercredi 4 janvier)

Séminaire du CEPA (Culture, Esthétique, Philosophie de l’art)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le primitif
Les arts et la mythologie de l’originaire
XIXe-XXe siècles

Pauline Nadrigny
« D’un monde sonore : l’élémentaire et le sauvage »
Mercredi 4 janvier (de 17h30 à 19h)

 

En 1907, Victor Segalen imagine, dans la nouvelle intitulée « Dans un monde sonore », une chambre acoustique où chaque son serait repris par résonance et amplifié en un concert merveilleux. Il développe à cette occasion une poétique de l’orphisme. Le primitivisme de Segalen n’est pas un retour à la perception archéenne, dans laquelle la vue et le toucher seraient les sens cardinaux, mais un retour au monde sonore élémentaire, vibratoire, que les résonateurs de Helmholtz donnent à entendre au narrateur. Ces pages nous dirigent vers Debussy, avec qui il conçoit le livret d’un opéra sur le thème d’Orphée, mais aussi vers Varèse, dont il préfigure les déclarations sur le matériau sonore et l’expérimentation scientifique. Le monde sonore de Segalen nous permet ainsi de penser une certaine conception du primitivisme musical, dont nous tenterons de penser les enjeux et les échos philosophiques – chez Mikel Dufrenne, notamment, et son esthétique du sauvage.

Organisation scientifique : Pauline Nadrigny,
Avec la participation de Danièle Cohn, Philippe Dagen, Frédéric Fruteau de Laclos, Catherine Guesde, Margaux Thura, Clément Bresch…

Tous les premiers mercredis du mois, à partir du 07 décembre, de 17h30 à 19h.
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Michelet, 3, rue Michelet 75006 Paris
Salle 101
(RER B : Port-Royal. Ligne 12 – Notre-Dame-des-Champs. Ligne 4 – Vavin)

Séminaire « Le primitif Les arts et la mythologie de l’originaire XIXe-XXe siècles »

Séminaire du CEPA (Culture, Esthétique, Philosophie de l’art)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le primitif
Les arts et la mythologie de l’originaire
XIXe-XXe siècles

Une certaine mythologie se donne à lire dans le discours des avant-gardes plastiques et musicales. De la figure cézanienne – le primitif d’un art nouveau – au désir, exprimé par Russolo ou John Cage, d’un retour au son, c’est peut-être le même type de geste qui se révèle : retour à un stade primitif du geste et du regard, qui se tiendrait sous la cristallisation des pratiques, des regards ou des écoutes en des formes historiques, retour à la materia prima, objet central des compositions picturales ou musicales… Mythologie, cependant, car il existe deux visages du primitivisme, certainement indissociables : l’un, culturel, qui engage les formes et les pratiques de civilisations extra-européennes ou d’un Occident oublié – le primitivisme comme archaïsme ; l’autre, plastique et sonore, ce « sauvage » que Dufrenne discernait notamment dans la musique expérimentale. Mythologie : car ce désir de retour est toujours, aussi, une invention – pour rencontrer son objet, l’artiste le construit en des fictions qu’il s’agit de repérer et d’interpréter, des Nazaréens à Stravinski, de Gauguin à l’imaginaire du jazz, de Rothko au rôle du cri dans les musiques extrêmes…

L’appel à une expérience esthétique première, originaire, par la médiation de formes artistiques fantasmées, car pensées elles-mêmes comme « premières », dessine-t-il une trajectoire commune aux avant-gardes artistiques ? Cette analogie est séduisante. Mais, dans cette mesure même, elle doit être réellement sondée, mise à l’épreuve d’une réflexion transversale, entre esthétique générale, anthropologie culturelle et histoire des arts. Dans le cadre d’un tel dialogue, l’enjeu de ce séminaire est d’envisager plusieurs questions : celle des fondements du primitivisme en amont des avant-gardes, notamment dans les concepts du romantisme ; celle de la comparaison entre les usages du primitif d’un art à l’autre et des torsions que ces changements impriment à cette recherche ; celle du rapport entre compréhension esthétique du primitif (question de la forme sensible, de la donation, du sauvage dans la perception, du bruit) et compréhension historique, voire mythologique (archaïsme, donc, mais aussi appréhension occidentale des arts extra-européens).

Avec la participation de Danièle Cohn, Philippe Dagen, Pauline Nadrigny, Catherine Guesde, Margaux Thura, Clément Bresch…

Tous les premiers mercredis du mois, à partir du 07 décembre, de 17h30 à 19h.
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Michelet, 3, rue Michelet 75006 Paris
Salle 101. (RER B : Port-Royal. Ligne 12 – Notre-Dame-des-Champs. Ligne 4 – Vavin)
Contact : pauline.nadrigny@ univ-paris1.fr