Colloque « Art et camouflage », les 14 et 15 décembre 2017, Ecole des Beaux-Arts de Paris

Le colloque « Art et camouflage », organisé en partenariat avec le séminaire « Spatialisation de la mémoire » du CEPA, se tiendra les 14 et 15 décembre prochains à l’Ecole nationale supérieure des Beaux Arts de Paris.

 

Colloque
Art & Camouflage
les 14 et 15 décembre 2017
Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris
Amphithéâtre des Loges

 

Ce colloque est proposé par Patrice Alexandre, artiste, ancien enseignant aux Beaux-Arts de Paris, Jean Yves Jouannais, critique d’art, essayiste, enseignant (Beaux-arts de Paris), Alexandre Lafon, historien, conseiller à la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, Patricia Ribault, enseignante (Beaux-arts de Paris, Humboldt Universität Berlin) et Didier Semin, enseignant, (Beaux-arts de Paris), en collaboration avec le séminaire « Spatialisation de la mémoire » de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Avec le soutien de la Mission du centenaire 14-18, de la Première Guerre mondiale.

Programme

Les résumés des interventions ainsi qu’un programme plus détaillé sont disponibles ici.

Jeudi 14 décembre

Matin
9h30 Ouverture Patrice Alexandre en présence de Jean-Marc Bustamante, directeur des Beaux-Arts de Paris et de Danièle Cohn, qui présidera le colloque.
10h Gilles Aubagnac – Le guerrier et son éternel dilemme : visibilité ou efficacité ?
10h45 Cécile Coutin – Tromper l’ennemi. L’invention du camouflage moderne en 1914-1918
11h30 Stéphane Audouin-Rouzeau

Après-midi
14h 30 Wolgang Schaeffner -« La bonne peinture tombe du ciel »
15h15 Patricia Ribault – De la forme à l’informe : la stratégie du poulpe
16 h Pierre Bergougnioux
16h45 Didier Semin – Camoufler, à quoi bon ?
17h30 Michel Aubry

Vendredi 15 décembre

Matin
10h Hanna Rose Shell – Ni vu ni connu
10h45 Patrice Alexandre – De l’école des Beaux-Arts de Paris au camouflage sur le terrain de la Grande Guerre
11h Jean-Yves Jouannais – MOAB
11h45 Victoire Thierrée

Argumentaire
Dans Autobiographie d’Alice Toklas, paru en 1933, Gertrude Stein raconte une anecdote restée célèbre : en 1914, Picasso, voyant, boulevard Raspail à Paris, un canon recouvert de motifs zébrés noirs, kaki et ocre, en partance pour le front, se serait écrié « c’est nous qui avons fait ça ! ». « Nous », c’est-à dire, bien entendu, les cubistes. L’affirmation n’était pas absurde. Guirand de Scevola, un portraitiste qui a créé dans l’armée française, au début de la Première Guerre mondiale, les « sections de camouflage», a dit s’être inspiré des formes brisées de la peinture cubiste pour concevoir les premiers motifs destinés à dissimuler sur les champs de bataille combattants et matériels. L’arme essentiellement défensive qu’était le camouflage, qui a sauvé beaucoup de vies, a donc été inventée par des artistes, il y a un siècle. Parmi eux, des professeurs et de nombreux étudiants de l’École des Beaux-Arts. L’École souhaite, dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre, leur rendre hommage, au travers d’un colloque qui retracerait bien entendu leur histoire, mais, au-delà, mettrait en évidence les liens complexes, surprenants, ignorés souvent, qui unissent le jeu avec les leurres et les simulacres, propre aux artistes, aux réflexions stratégiques et tactiques — loin des clichés ressassés, fascination naïve et odieuse pour la guerre chez les Futuristes, ou pacifisme inconditionnel de la bohème artistique. Zeuxis et Parrhasios ont peut-être bien été les premiers « camoufleurs » (c’est le nom que l’on donnait aux soldats chargés de peindre le matériel de guerre pour le dissimuler — on disait aussi « caméléons ») !
Avec la participation de : Gilles Aubagnac, colonel, conservateur (Musée de l’air et de l’espace du Bourget), Michel Aubry, artiste, enseignant (Beaux-Arts de Nantes), Stéphane Audoin-Rouzeau, historien (EHESS, président de l’Historial de Péronne), Pierre Bergounioux, écrivain, Danièle Cohn, philosophe, professeur (Paris I-Panthéon Sorbonne), Cécile Coutin, historienne du camouflage, conservatrice en chef honoraire du Patrimoine), Alexandre Lafon, historien (Commission du Centenaire), Hanna Rose Shell, professeur associé, (Massachusets Institute of Technology), Wolfgang Schaeffner, historien, professeur (Humboldt Universität, Berlin), et Victoire Thierrée, artiste, diplômée des Beaux-Arts de Paris.

Beaux-arts de Paris
14, rue Bonaparte – 75006 Paris
Tél. : 01 47 03 50 00
www.beauxartsparis.fr