Colloque “Comment penser l’Anthropocène ?” (les 5 et 6 novembre 2015)

En décembre 2015, la 21e Conférence des parties sur le climat se tiendra à Paris. Cette conférence suscite autant de craintes, que d’espoirs : beaucoup considèrent qu’elle représente la dernière chance d’arriver à un accord contraignant sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, afin d’éviter une hausse trop importante des températures, qui aurait des effets catastrophiques. En confrontant les points de vue de ceux qui étudient les rapports entre les sociétés humaines, dans leur diversité, et leur environnement, ce colloque souhaite mettre en valeur les apports des sciences humaines et sociales à la lutte contre le changement climatique et ses conséquences.

Le changement climatique est un phénomène global, c’est même par excellence le phénomène qui manifeste le caractère planétaire des bouleversements écologiques consécutifs aux actions humaines. C’est la raison principale qui a conduit à considérer que la planète est sortie de l’holocène pour entrer dans une nouvelle ère géologique – l’anthropocène – marquée par le poids des activités humaines sur les phénomènes géophysiques. Mais ce changement global est aussi un phénomène diversifié, non seulement parce qu’il affecte de façon très différente, par ses effets sur leur milieu de vie, les populations de l’ensemble du globe, mais tout autant parce que celles-ci y ont très inégalement contribué et ne peuvent y répondre de la même façon.

L’hypothèse de l’anthropocène implique que l’histoire humaine et celle de la nature se rencontrent, ce qui revient à affirmer l’unification de l’humanité, considérée comme une force naturelle. Que signifie l’unité de l’humanité ainsi appréhendée dès lors que l’on constate que le poids des populations humaines dans le changement global est inégal, et qu’elles en seront différemment atteintes ? Que signifie-t-elle au regard d’une approche anthropologique qui a toujours insisté sur la diversité des humains pour saisir l’humain? Et si la recherche d’un accord commun entre les nations rend nécessaire la définition d’un intérêt général, sur quelles bases politiques et scientifiques penser cette unité ?

Programme du Colloque Anthropocene Paris

Site web dédié au colloque

Séminaire Wölfflin

A l’initiative de Danièle Cohn, et dans le cadre de son séminaire d’esthétique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le CEPA participe au Wölfflin Global Seminar en proposant une relecture philosophique des Principes fondamentaux de l’histoire de l’art d’Heinrich Wölfflin. En voici le programme complet ; de plus amples informations sur ce projet se trouvent sur ce site qui y est dédié.

Il s’agira de reprendre à nouveaux frais la question des normativités en histoire de l’art et en esthétique, en tenant compte de l’impact du global turn. Pour ce faire, on interrogera la définition de la forme en jeu dans la “science de l’art” au tournant du XIXème siècle et du XXème siècle, les voies proposées, entre formalisme et morphologie, et son articulation aux normativités qu’elle implique. L’horizon que constitue à cette époque le projet partagé par les philosophes et les historiens d’art de la construction d’une philosophie de la culture conduit à développer des réflexions sur les catégories employées par l’histoire de l’art comme discipline. La pétition d’universalité, au cœur de l’esthétique depuis Kant, est-elle opératoire quand il s’agit d’expliquer des œuvres singulières ? Quels sont les règles, normes, valeurs et canons qui président à l’exploration des significations comme à l’analyse formelle ?

Le séminaire participe, au premier semestre, au séminaire international digital consacré aux Principes fondamentaux de l’histoire de l’art de Heinrich Wölfflin dont on célèbre le centenaire de la publication. Les étudiants bénéficieront d’une mutualisation des séminaires organisés de par le monde et pourront se candidater au colloque digital de clôture. Les invitations d’intervenants, les exposés des doctorants enrichiront le semestre. Un blog, que quelques étudiants de master prendront en charge – avec traduction en anglais pour faciliter l’accès à notre travail des étudiants des autres pays – permettra de tenir un journal du séminaire et d’en garder une trace. Le colloque international qui aura lieu dans notre université le 26 et 27 novembre, qui fait partie intégrante du séminaire au premier semestre, sera l’occasion pour les étudiants de compléter leur formation. Les textes de référence pour chaque séance seront déposés sur le site dédié.

La nouvelle traduction en français en cours des Principes fondamentaux de l’histoire de l’art sera présentée par le traducteur, Sacha Zilberfarb, au second semestre, puisque le travail se poursuivra à Paris au second semestre.

*

Lectures préliminaires

Heinrich Wölfflin, Principes fondamentaux de l’histoire de l’art, Gallimard.

Heinrich Wölfflin, Réflexions sur l’histoire de l’art, Klincksieck.

Heinrich Wölfflin, L’art classique, Klincksieck.

Erwin Panofsky, Sur le rapport de l’histoire et de la théorie de l’art, in Trivium, n°6, revues.org.

*

Programme

15 septembre : Danièle Cohn, Ouverture.

29 septembre : Rémi Mermet (doctorant Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Genève), Bibliographie et état de la question.

6 octobre : Jacques Olivier Bégot (Université Paris Diderot Paris 7), “Nietzsche et la question du style”.

13 octobre : Raphaëlle Cazal (doctorante Paris 1 Panthéon-Sorbonne), “Prolégomènes à une psychologie de l’architecture : une forme originaire des Principes”.

20 octobre : Mildred Galland (CNRS), “La critique de Wölfflin par Schmarsow : points essentiels”.

Vacances de Toussaint

3 novembre : séance de travail sur les textes.

10 novembre : préparation pour le colloque international.

17 novembre : Julien Zanetta (Université de Genève), “Wölfflin et l’école de Genève, l’influence des Principes fondamentaux sur l’étude de la littérature, une réception francophone”.

24 novembre : Christiane Vorster (Université de Bonn), “De l’antique au classique : la sculpture antique et la construction d’une classicité”.

26-27 novembre : Colloque international sur Heinrich Wölfflin – Formes et normes : les catégories de l’histoire de l’art dans un monde global.

1er décembre : Lara Bonneau (doctorante Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Cefres, Prague), “Heinrich Wölfflin, Aby Warburg : réflexions sur la forme”.

8 décembre : Damien Leclère (commissaire priseur), “De l’usage des catégories dans le marché de l’art aujourd’hui : usages et pratiques d’un commissaire priseur”.

15 décembre : Paolo Serafini (Université La Sapienza, Rome), “Quelles catégories pour étudier les collections ? Les Principes et la méthodologie de l’histoire de l’art”.