Journées d’études « Philosophie des cultures populaires : genres musicaux, sociabilités, émotions »

Le Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo) organise, sous l’égide du programme ANR « Pouvoir des arts », les 17 et 18 octobre prochains deux journées d’études consacrées à la philosophie des cultures populaires. Celles-ci se tiendront à la Cité universitaire internationale et à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Capture d’écran 2014-10-05 à 15.14.32

Journées d’étude – 17 & 18 octobre 2014
Philosophie des cultures populaires
Genres musicaux, sociabilités et émotions

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo) – EA 3562
Culture, Esthétique, philosophie de l’art (CEPA) & Expérience et Connaissance (EXeCO)
Sous l’égide de l’ANR « Pouvoir des Arts : expérience esthétique, émotions, savoirs, comportements »
En partenariat avec Volume ! la revue des musiques populaires

Comité d’organisation
Marc Cerisuelo, Danièle Cohn, Catherine Guesde, Sandra Laugier

Comité scientifique
Marc Cerisuelo, Danièle Cohn, Catherine Guesde, Gérôme Guibert, Matthieu Saladin, Sandra Laugier

Vendredi 17 octobre – Genres musicaux et sociabilités : l’espace politique de l’écoute

Fondation Lucien Paye
Cite internationale universitaire de Paris
47 boulevard Jourdan – 75 014 Paris
(Tram T3 : arrêt Montsouris)

09h30
Introduction par Catherine Guesde (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – PhiCo/CEPA)

09h45-13h00
Présidence : Sandra Laugier (PhiCo/ExeCO)

09h45 – 10h45
Gérôme Guibert (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle/CIM) – Qu’est ce que les « musiques actuelles ? » Les enjeux terminologiques liés à la professionnalisation d’une filière culturelle en France

10h45 – 11h45
Anthony Pecqueux (CRESSON – CNRS/ENSAG) – Rap et politique de l’intimité

11h45 – 12h00 : pause café

12h00 – 13h00
Joanna Demers (University of Southern California – Thornton School of Music) – Les sound-alike, le style et la loi

13h00 – 14h30 : pause déjeuner

14h30 – 18h00
Présidence : Jedediah Sklower (CIM/CHS 20e)

14h30 – 15h30
Isaure de Benque (PhiCo/CEPA) – L’émotion des origines : réceptions et sociabilités musicales autour de la chanson populaire de cabaret. L’exemple du Chat Noir

15h30 – 16h30
Stéphan-Eloïse Gras (Université Paris 8/CELSA) – Les régimes fictionnels de l’écoute musicale en ligne : le corps médiatisé par le dispositif de recommandation Echonest

16h30 – 16h45
Pause café

16h45 – 17h45
Solveig Serre (CNRS – THALIM) & Luc Robène (Université de Bordeaux – THALIM) – La place des émotions dans la musique punk en France (1976-2014).

17h45 – 18h00
Discussion

Samedi 18 octobre – Genres musicaux, affects, émotions

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Salle Lalande, UFR de philosophie
Esc. C, 1er étage
17 rue Victor Cousin – 75 005 Paris
(Métro Saint-Michel, Odéon ; RER Luxembourg)

09h30 – 12h45
Présidence : Danièle Cohn (PhiCo/CEPA)

9h30 – 10h30
Agnès Gayraud (CActuS) – L’avant-garde dans les musiques populaires enregistrées et le tabou jeté sur le lyrisme : un héritage moderniste?

10h30- 11h30
Pauline Nadrigny (PhiCo/CEPA) – « The Voice » : l’émotion musicale, entre acousmatique et voyeurisme

11h30 – 11h45
Pause café

11h45 – 12h45
Julien Labia – (Université Humboldt de Berlin – Institut für Musikwissenchaft und Medienwissenschaft) Le labyrinthe de la World Music : de l’authenticité à la probité

12h45 – 14h00 : Pause déjeuner

14h00 – 18h00
Présidence : Catherine Guesde (PhiCo/CEPA)

14h00 – 15h00
Bastien Gallet – Can You Feel It? : passion du beat et affects sensori-moteurs de la disco à la techno

15h00 – 16h00
Frédéric Bisson (Revue Multitudes) – Le rock comme expérience phonographique

16h00 – 16h15 : Pause café

16h15 – 17h15
Pierre Arnoux (Revue Oscillations) – Un affect sonore ? Dynamique et sens dans la musique rock

17h15 – 18h00
Discussion et bilan

Séminaire « Les arts au XVIIe siècle – Le plaisir esthétique », le 4 octobre 2014

Un nouveau séminaire débute cette année au CEPA. Organisé par Catherine Fricheau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / CEPA) et Daniel Dauvois (Lycée Lakanal), il s’intitule Les arts au XVIIe siècle – Le plaisir esthétique, et se tiendra en salle Cavaillès, à l’UFR de philosophie de l’Université Paris 1.

Au programme :

Samedi 4 octobre 2014 (14h30-17h00)
Daniel Dauvois – Le plaisir pictural de Binet à Du Bos

Samedi 15 novembre 2014 (14h30-17h00)
Catherine Fricheau – Archéologie du plaisir esthétique

Samedi 13 décembre 2014 (14h30-17h00)
Thibault Barrier – Plaisir esthétique et admiration

Samedi 17 janvier 2015 (14h30-17h00)
Jean-Charles Darmon – Philosophie du divertissement et analyse des
plaisirs esthétiques : la trace néo-épicurienne entre Age baroque et
Lumières

Samedi 14 février 2015 (14h30-17h00)
Pierre Guenancia – Plaisir et apparence (sur Descartes)

Samedi 14 mars 2015 (14h30-17h00)
Frédéric Lelong – Le plaisir esthétique dans la civilité
ijgdbdhagcjdjebj

Colloque « La Kunstwissenschaft et les formes », Scuola Normale de Pisa (24/09/14 – 4/10/14)

 

Cortone

27 settembre ore 20: cena al Palazzone con i partecipanti al Convegno

28 settembre
Presiede prof. Roland Recht

ore 9,15 Saluto del Direttore della Scuola Normale

ore 9,30 C. Maigné, Paris 4 Sorbonne, IUF : Quel héritage de la science de la forme de Robert Zimmermann chez Alois Riegl ?

ore 10 Céline Trautmann Waller, Sorbonne Nouvelle- Paris 3 : Forme et création collective : la Kunstwissenschaft et l’idée d’un art anonyme

ore 10,30 Discussione

ore 11 Pausa caffè

ore 11,30 Carlo Severi, EHESS-CNRS, Paris : Warburg, Semon, Samuel Butler : morphologie, imagination et mémoire

ore 12 Discussione

ore 12,45 Pausa pranzo

Presiede prof.ssa Danièle Cohn

ore 15 J.O. Bégot, Paris VII : La vie et les formes: Georg Simmel entre Goethe et Rembrandt

ore 15,30 G. Di Liberti, Accademia di Belle Arti, Palermo : Phanérologies. La valeur esthétique comme principe d’évolution et de développement

ore 16 Discussione

ore 17 Pausa caffè

ore 17,30 M. Galland Szymkowiak, CNRS : Einfühlung et Kunstwissenschaft : quelques problèmes

ore 18 J. Lasségue, CNRS : La forme dans l’épistémologie de Cassirer

ore 18,30 Discussione

ore 19,30 Cena

 

29 settembre
Presiede prof. Pascal Griener

ore 10 M. van Vliet, Paris 1 Panthéon Sorbonne : Figure, instrument et expérience esthétique selon Edgar Wind – Une approche morphologique entre criticisme et pragmatisme

ore 10,30 R. Cazal, Paris 1 Panthéon Sorbonne : L’apport des historiens de l’art allemands de la seconde moitié du XIXe siècle à l’esthétique phénoménologique du rythme architectural d’Henri Maldiney

ore 11 Pausa caffè

ore 11,30 Discussione

È prevista la partecipazione di Isis von Plato, e di Isabel Fragelli

Ore 13 Pranzo

Il pomeriggio sarà dedicato alla visita della chiesa di Santa Maria delle Grazie al Calcinaio (1485) edificata su progetto di Francesco di Giorgio Martini.

ore 20 Cena

30 settembre
ore 9,30 Workshop : Il progetto di edizione in Francia degli scritti di Aby Warburg

Coordina RolandRecht
con la partecipazione di Danièle Cohn, Susanne Müller, Maurizio Ghelardi, di Sacha Zilberfarb traduttore in francese degli scrittti di Aby Warburg e dell’editore Samuel Delerue

ore 11 Pausa caffè

ore 11,30 Proseguimento del Workshop

ore 13 Pranzo

ore 15 Workshop : L’eredità intellettuale di Aby Warburg vista attraverso
le opere di Erwin Panofsky, Fritz Saxl, Edgar Wind

Coordina Maurizio Ghelardi
con la partecipazione di Danièle Cohn, Maurizio Ghelardi, Pascal Griener, Cecilia Hurley, Susanne Muller, Roland Recht, Giovanna Targia e Lara Bonneau

ore 20 Cena

1 ottobre
ore 9,30 Coordina Danièle Cohn
Proseguimento del Workshop : Workshop: L’eredità intellettuale di Aby Warburg vista attraverso le opere di Erwin Panofsky, Fritz Saxl, Edgar Wind

ore 11 Pausa caffè

ore 13 Pranzo

Pomeriggio dedicato alla visita del Museo Etrusco di Cortona e del Museo Diocesano di Cortona

ore 20 Cena

2 ottobre
ore 9,30 Coordina Danièle Cohn
Discussione e conclusioni su : La Kunstwissenschaft et les formes

ore 11 Pausa caffè

ore 11,30 Proseguimento della discussione e conclusioni

ore 13 Pranzo

ore 15 Coordina Roland Recht
Discussione e conclusioni su : L’eredità intellettuale di Aby Warburg vista attraverso le opere di Erwin Panofsky, Fritz Saxl, Edgar Wind

ore 17,30 Pausa caffè

ore 20 Cena e saluto ai partecipanti

3 ottobre
Partenza entro la mattina

Appel à contributions : « Philosophie des cultures populaires : musique et émotions »

Le Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo) et le CEPA organisent à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous l’égide du programme ANR « Pouvoir des Arts. Expérience esthétique : émotions, savoirs, comportements », et en partenariat avec Volume ! La revue des musiques populaires, deux journées d’études consacrées à la philosophie des musiques populaires.
L’appel à contributions se trouve ci-dessous.

 

Philosophie des cultures populaires : musique et émotions

Les 17 et 18 octobre 2014
Cité internationale universitaire de Paris

 

Comité d’organisation : Marc Cerisuelo, Danièle Cohn, Catherine Guesde, Sandra Laugier
Comité scientifique : Marc Cerisuelo, Danièle Cohn, Catherine Guesde, Gérôme Guibert, Sandra Laugier, Matthieu Saladin

Au cours des vingt dernières années, les cultures populaires ont intégré le champ des recherches académiques, d’abord par le biais des sciences sociales et des cultural studies, puis, plus récemment, en faisant l’objet d’analyses philosophiques – qu’il s’agisse du cinéma, des séries télévisées ou encore de la bande dessinée . Pourtant, dans cette rencontre entre philosophie et cultures populaires, il semble que quelques objets soient restés à l’écart, parmi lesquels figure la musique . Si un champ d’études – les popular music studies – s’est développé autour des musiques populaires , la philosophie n’y fait son apparition que de manière ponctuelle, laissant la plupart du temps la place aux sciences sociales.

Plutôt que d’interroger les raisons de cette sous-représentation de la philosophie au sein des popular music studies, nous souhaiterions profiter de ces journées pour pointer les difficultés que pose l’étude des musiques populaires à la philosophie, et proposer des pistes méthodologiques. Comment une discipline académique peut-elle aborder sans la trahir une culture s’étant constituée de manière spontanée, à l’écart de toute forme d’institutionnalisation ? Il semble en effet que l’étude des musiques populaires exhibe un problème propre à tout projet d’esthétique : comment maintenir l’intégrité de son objet, tout en explicitant la forme de pensée sensible qui s’y manifeste ?

Pour aborder ces questions, nous privilégierons l’angle des effets des musiques populaires, et des émotions qu’elles suscitent. Ce problème permet à la fois d’évoquer les critiques qu’ont soulevé les musiques populaires – celles-ci ne seraient capables de susciter que des émotions collectives et primaires –, et de nous interroger sur leur spécificité. Peut-on identifier des émotions propres aux musiques populaires ? La distinction entre culture populaire et culture savante peut-elle recouper une distinction entre différents types d’émotions ? Peut-on distinguer des genres musicaux sur la base des émotions qu’ils suscitent ?

Parmi les axes de réflexion figurent (de manière non exhaustive) :

1/ Les questions relatives à l’élaboration d’une philosophie des musiques populaires
– La place actuelle de la philosophie dans les popular music studies
– La distinction entre low art et high art, et la question de la valeur des musiques populaires
– La question de l’interdisciplinarité : quels rapports entre philosophie et sciences sociales dans l’étude des musiques populaires ?

2/ Les questions relatives au rapport entre musiques populaires et émotions
– Les musiques populaires suscitent-elles davantage un certain type d’émotions ?
– Quelles émotions sont dépeintes dans les musiques populaires ?
– Genres musicaux et familles d’émotions

Les propositions (un résumé d’environ 1500 signes espaces compris, et une biographie) sont à envoyer avant le 31 juillet 2014 à cguesde@yahoo.fr.

Soutenance de thèse : Pauline Nadrigny, « Le concept d’objet sonore : le problème de la perception dans la recherche musicale schaefferienne » (le 18 juin 2014)

Pauline Nadrigny (PhiCo/CEPA) soutiendra sa thèse pour l’obtention d’un Doctorat à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne :

 

« Le concept d’objet sonore : le problème de la perception dans la recherche musicale schaefferienne »

Thèse sous la direction d’André Charrak
le 18 juin 2014 – 14h
Salle Duroselle – Galerie Dumas
1 rue Victor Cousin, Paris 5e

 

Composition du jury

Danièle Cohn, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Christian Accaoui, Maître de conférences HDR, Université Paris 8
Frédéric de Buzon, Professeur, Université de Strasbourg
André Charrak, Maître de conférences HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Martin Kaltenecker, Maître de conférences HDR, Université Paris Diderot
Dominique Pradelle, Professeur, Université Paris-Sorbonne

 

Résumé

Cette thèse porte sur le concept d’objet sonore, élaboré par le fondateur du mouvement esthétique nommé « musique concrète » : Pierre Schaeffer, auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la perception du son dans une perspective musicale. À travers la généalogie de ce concept devenu très populaire en musique contemporaine, nous cherchons d’abord à montrer comment se construit une pensée esthétique originale par l’apport de modèles théoriques variés : sciences naturelles, linguistique, et surtout philosophie de la perception contemporaine – phénoménologie, structuralisme et théorie de la forme. Le concept d’objet sonore se construit en effet aussi bien par des gestes techniques – enregistrement et manipulation du son fixé, situation acousmatique – que par des gestes intellectuels radicaux – suspension de la référence au contexte d’émission du son, refus de la perspective de la physique acoustique, donc de d’explication du phénomène sonore au profit de sa description morphologique, étude généralisée de nos fonctions d’écoute (acoulogie). Cette appréhension du son «pour lui-même», qui se pense comme une application de l’épochè phénoménologique à l’écoute (écoute réduite) nous invite à penser les rapports ambigus pouvant se tisser entre une esthétique musicale particulière et la philosophie de la perception qu’elle convoque pour penser son objet. Plus généralement, ce travail vise donc à décrire le rôle d’une certaine philosophie de la perception dans l’émergence d’une appréhension plastique du phénomène sonore, phénomène qui résiste pourtant d’emblée à l’objectivation.

Mots-clés
perception sonore et musicale – objet sonore – acousmatique – électroacoustique – morphologie – musique expérimentale – théorie musicale et philosophie – phénoménologie de la musique

Séminaire « Morphologies », le 6 juin 2014

Le séminaire « Morphologies » organise le 6 juin 2014 une session sur l’ouvrage de O. Spengler, Le déclin de l’Occident :

 

Séminaire Morphologies
le 6 juin 2014 – salle Lalande, 18h- 21h

Présentation Danièle Cohn
~
Carole Maigné, MCF HDR, IUF, Paris 4 :
« Musique et plastique dans Le Déclin de l’Occident d’Oswald Spengler »
~
Jean Lassègue, CNRS, Institut Marcel Mauss, :
« Spengler et Cassirer : une épistémologie de la forme »

Séminaire « Théorie musicale et philosophie : l’écoute  » le 28 mai 2014

affiche 28

 

 

 

 

Le rock était-il audible à Avignon en 1954 ? L’analyse de la presse locale comme méthode d’enquête socio-historique. Perspectives et limites.
Philippe Le Guern (Bergerie du Mouton Poète, Plateau du Cézallier)

Dans son article « Why 1955 ? Explaining the advent of rock music », Richard Peterson s’interroge sur l’acte de naissance du rock’n’roll et sur la possibilité d’en produire une périodisation. Traduit dans un ouvrage pionnier édité par Patrick Mignon et Antoine Hennnion en 1991, cet article va jouer en France un rôle structurant et servir de matrice à toute une série de travaux sur l’histoire du rock. En resituant les origines de cette musique dans un contexte social, technique et économique spécifique, l’article de Peterson a fait de l’année 1955 une période charnière, celle de la naissance du rock : si on peut interroger le caractère conventionnel de cette date, on doit aussi admettre que le travail de Peterson a attiré l’attention sur la limite des hypothèses – que nous pourrions qualifier de neo-weberiennes – qui font du « charisme spécifique » (Dericquebourg, 2007) attribué aux vedettes du rock (dont Elvis Presley incarnerait l’idéal-type) une des principales condition de possibilité de l’émergence de cette musique. Reste que l’article séminal de Peterson traite d’une aire culturelle spécifique : les Etats-Unis. Or, on peut se demander si cette histoire du rock est transposable au cas de la France, si les conditions sociales, économiques et techniques qui en accompagnent l’émergence sont universelles ou purement locales, et aussi quelle est leur vitesse de pénétration dans l’hexagone. Certes, de nombreuses histoires locales du rock – à Nantes, au Havre, à Laval, etc. – ont vu le jour ces dernières années, le plus souvent rédigées par des « érudits passionnés » plus ou moins extérieurs au monde académique.
Mais à contre-courant d’une histoire du rock qui met en avant les principaux tropes du Star-System et ses « grandes figures » (vedettes, festivals renommés, scènes ou lieux emblématiques tels la Cavern des Beatles ou l’Hacienda à Manchester…), nous avons ici choisi de penser l’histoire du rock et de son écoute à l’échelle locale, à partir d’un terrain plus « ordinaire» et provincial, la ville d’Avignon : cité phare de l’activité théâtrale, celle-ci n’est en effet guère connue pour sa scène rock. En nous centrant sur l’analyse des archives de la presse locale – tout particulièrement le Dauphiné libéré – et sur la façon dont le discours médiatique met en scène les premières représentations d’une culture rock émergente, nous chercherons à comprendre qu’elle place y occupait cette musique de 1954 à 1964 et quelles étaient les conditions sociales qui la rendaient écoutable voire audible.

Forums, fictions et perceptions. À l’écoute d’Hatsune Miku.
Maël Guesdon (CRAL, EHESS – Paris Ouest)

Hatsune Miku est une star holographique crée en 2007 par Crypton Futur Media, pour personnifier – et promouvoir par ce biais – un logiciel de synthèse vocale. Tout acheteur du logiciel peut créer des morceaux sur lesquels Hatsune Miku chante puis réaliser des clips mettant en scène la star. Ces morceaux et les clips qui les accompagnent sont ensuite postés sur des forums où ils sont commentés, évalués par une communauté de fans.

La communication de Crypton Futur Media articule cette promesse démocratisante avec les caractéristiques classiques de la star que l’image holographique exacerbe et transforme. Je me propose d’analyser ce dispositif d’écoute en tentant de comprendre entre autres comment se recomposent de manière sous-jacente des structures hiérarchisantes de production et de réception. J’étudierai par ailleurs – à travers les fanfictions, les clips et les paroles des morceaux – le statut fictionnel spécifique d’Hatsune Miku.

 

 

Parution : Danièle Cohn, L’Artiste, le vrai, le juste. Sur l’esthétique des lumières.

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Danièle Cohn, Professeur des Universités, titulaire de la chaire d’esthétique à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, et directrice du CEPA :

Danièle Cohn, L’Artiste, le vrai, le juste. Sur l’esthétique des lumières, éditions de la rue d’Ulm, collection « Æsthetica »

L’ouvrage est en librairies depuis le 15 mai, et disponible ici.

Résumé

Ce livre prend position sur les enjeux et les visées des œuvres d’art en matière de vérité et de morale : il répond, par un retour sur l’époque des Lumières, aux questions contemporaines sur l’idée d’un perfectionnement moral de l’individu (S. Cavell, M. Nussbaum, S. Laugier). Les Lumières ont mis au cœur de la création artistique les émotions, les affects et les sentiments, mues par la conviction de l’efficacité d’une éducation esthétique de l’homme, d’une éducation sensible par le sensible, en l’occurrence par les œuvres.
La vérité a-t-elle un sens en matière artistique ? Notre besoin d’art est-il lié à notre conviction qu’elles nous rendent meilleurs et nous font mieux connaître le monde ? L’autonomie de l’œuvre, la liberté du créateur, la dévaluation de tout canon au nom d’un global turn qui contraint au relativisme rendent aujourd’hui difficile cette affirmation. Et la sincérité de l’auteur ne saurait être un argument, tant elle tombe sous le coup d’un soupçon préjudiciel. La critique, elle, pourrait-elle prétendre au vrai ? Mais il y a plusieurs interprétations possibles d’une œuvre, plusieurs interprétations qui touchent juste, au sens où l’on dit d’une voix qu’elle est juste, d’un vêtement qu’il tombe bien.
À partir de quelques études de cas, Danièle Cohn revient sur l’idée d’une fin de l’art (A. Danto) et propose de fonder jugement artistique et jugement esthétique sur la justesse.

– – – – – – – – – –

L’auteur

Philosophe Danièle COHN est titulaire de la chaire d’esthétique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a notamment publié La Lyre d’Orphée. Goethe et l’esthétique (Flammarion, 1999) et Anselm Kiefer. Ateliers (Éditions du Regard, 2012). Elle a édité en français les Écrits d’esthétique de W. Dilthey, Hercule à la croisée des chemins d’E. Panofsky et, de K. Fiedler, Sur l’origine de l’activité esthétique et Aphorismes. Elle dirige la collection « Æsthetica » aux éditions Rue d’Ulm et a été commissaire de l’exposition « De l’Allemagne. De Friedrich à Beckmann 1800-1939 » au Louvre en 2013.

– – – – – – – – – –

Sommaire

Introduction

Mode d’emploi

Ch. 1. Un oubli de Kant

Ch. 2. La compassion d’Iphigénie

Ch. 3. Rousseau et le portrait sincère

Ch. 4. La justesse de l’aveu

Ch. 5. Une critique amoureuse

Ch. 6. Une critique à voix juste

Notes

Appel à contributions, Revista de Historia da Arte : « Crisis »

Revista de História da Arte N.12 – Crisis
Edited by Margarida Brito Alves, Giulia Lamoni and Katherine Sirois

 

Call for papers

The next issue of Revista de História da Arte, published by Instituto de História da Arte, will focus on the subject of “Crisis”.

In the last few years, as a kind of muted persistence of developments throughout the 20th century, the term “crisis” has been repeated to exhaustion with regard to a period of instability resulting from an economic collapse, which gives it an inevitably negative and dramatic character.

However, from its origins, the word “crisis” has always related to a judgment, even a diagnosis, thus referring rather to the assessment of a defining time of transition, capable of evolving in different ways.

In its various meanings, the Greek term krisis corresponds somehow to a critical moment, a choice or an action, on the background of intense conflict. A crisis brings about an outcome, it determines a decisive result for an individual or a society. In medical terms, the notion of crisis – originating from the legal sphere – links in with humans and the realities of the body; it refers to a breaking point, a sudden change in the evolution of a disease (J. Pigeaud). In the cultural, artistic and intellectual fields, a crisis involves a challenge, whether by questioning, confronting or rejecting the traditions, conventions and legacies of the past (E. Husserl, H. Arendt, H. Belting). It is a process that can open up new pathways, new methods, new paradigms, new objects. In sum, the notion of crisis inevitably invokes something new, breaking up in a more or less radical fashion with what was previously established. In its more extreme form, a crisis corresponds to a passage marked by turbulence, tension and disorganization, at times convulsed and anxiety-inducing. It evokes transition periods which demand urgent action and a sense of responsibility, so they can reach their end in their move forward towards the unknown, the new, the unprecedented. A crisis thus coincides with a time of effervescence and great creative vitality capable of giving rise to foundational acts.

As a turning point, a crisis can therefore be linked to the notion of rupture, but it can equally affirm dynamic productive forces, thus constituting an opportunity, or a challenge, to create and define a new paradigm.

Notwithstanding various recent initiatives aiming at problematizing the notion of “crisis” over a wide range of areas, we propose to reflect on it in the field of the History of Art, here necessarily understood in its interaction with the broader ground of the Social Sciences.

For Art History, the notion of “crisis” can indeed be a fertile one, as it can be reflected upon across the board: from Antiquity to Contemporaneity, the History of Art can be seen as a set of narratives linked to various critical processes. As such, a crisis ceases to be an “exceptional condition” to become a recurrence, even a “state of normality” stretching indefinitely in time (G. Agamben 2013).

Based on these premises, issue 12 of Revista de História da Arte aims at creating a space for problematizing the concept of “crisis” within Art History and artistic production – including Architecture, Dance, Theatre and Cinema – but also in their interaction with other areas of the Social Sciences and Humanities.

To this end, we invite the submission of article proposals exploring the subject within a variety of geographical and cultural contexts, based on, but not limited to, any of the following approaches.

a) Problematizing the concept of “crisis” and its genealogies
b) “Crisis” as builder of new models and paradigms
c) Disciplinary crises in Art History
d) Crises in Discourses / Narratives
e) Crisis: Modernism(s) / Post-Modernism
f) Crisis and heterodoxy (including the crisis of artistic categories / crisis of the autonomy of art)
g) Traditions and historical legacies / Modernisms and Avant-gardes: creative conflicts and the notion of novelty.
h) The impact of the current crisis and its problematization in contemporary artistic practices.
i) Culture and Art as “arms of resistance” against the crisis.
j) Culture crisis / Education crisis

Original abstracts should be maximum 300 words in length and clearly indicate the author’s name, institutional affiliation, e-mail address and brief biographical note. Abstracts should be sent in Portuguese, English or French to RHAcrisis@gmail.com by June 20th 2014.

Papers selected based on original abstracts will need to be sent by October 15th 2014, when they will be submitted to a peer-review process. Articles should be maximum 5000 words in length and follow the editorial guidelines available on:
http://institutodehistoriadaarte.files.wordpress.com/2013/06/normas-de-redac3a7c3a3o.pdf

Scientific coordination:
Margarida Brito Alves is Assistant Professor in the Department of Art History, FCSH, and a researcher at IHA, where she is in charge of the Research Group on Contemporary Art Studies.
Giulia Lamoni is a post-doctoral researcher at IHA where she coordinates the Research Line on Transnational Perspectives on Contemporary Art: Identities and Representation.
Katherine Sirois is a PhD candidate in Art History and Aesthetics in Paris (Panthéon-Sorbonne) and Lisbon (FCSH), as well as being an IHA researcher with an FCT fellowship.

Colloque en hommage à Fernando Gil : « Logiques de la forme » (les 11 et 12 avril)

Les 11 et 12 avril prochains se tiendra un colloque en hommage à Fernando Gil, organisé avec la Fondation Calouste Gulbenkian Paris, l’Université Paris 8 (LLCP), l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (École Doctorale de philosophie), en collaboration avec l’Université Nouvelle de Lisbonne et de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto (Portugal).

Logiques de la forme.programme
Personnalité intellectuelle engagée, figure de l’histoire portugaise récente, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et professeur à l’Université Nouvelle de Lisbonne, Fernando Gil (1937-2006) a construit l’une des philosophies contemporaines les plus originales de son époque, dont le noyau est une réflexion sur l’intelligible et l’intelligibilité. De Preuves au Traité de l’évidence et à La Conviction, pour nommer les trois ouvrages les plus connus du public français, Fernando Gil aura interrogé les conditions d’intelligibilité qui permettent de constituer des objets et de décrire les activités du connaitre et du sentir, questionnant ainsi le sentiment, la croyance, la conviction, qui sont au cœur de la connaissance objective. Cette recherche vise à saisir ce qui tient ensemble l’exigence de certitude, la satisfaction de l’esprit et la constitution d’un réel, le bonheur de la connaissance et la beauté du monde. Qu’est-ce que comprendre ? Que comprenons-nous des formes et des phénomènes ? Comment des formes peuvent-elles venir au jour, être produites ou être saisies ?
Le colloque « Logiques de la forme » se donne pour tâche d’examiner les concepts fondamentaux de sa pensée, tels que ceux de vérité, d’évidence, d’hallucination, de preuve, de souveraineté, et d’expression, à la lumière de la notion de forme, de la genèse des formes, de leur efficace et de leur transformation. Les interventions prévues tenteront de restituer la richesse d’une œuvre qui a su se nourrir de l’histoire de la philosophie, des sciences et des arts, qui s’est affrontée aux pensées contemporaines et a su nouer philosophie et sciences sociales.

 

PROGRAMME
Vendredi 11 avril
Auditorium, Fondation Calouste Gulbenkian, délégation en France, Centre Calouste Gulbenkian, 39 boulevard de La Tour-Maubourg, 75007 Paris

9h30 – 9h45 : Présentation par João Caraça (Directeur de la délégation en France de la Fondation Calouste Gulbenkian), Diogo Sardinha (Président de l’Assemblée collégiale du Collège international de philosophie), et les organisateurs.

Présidence de séance : Diogo Sardinha

9h45 – 10h30 : Adelino Cardoso (Université Nouvelle de Lisbonne) : Forme et expression dans la philosophie de Fernando Gil

10h30 – 11h15 : Lara Bonneau (Université Paris 1-Sorbonne) : Approche de la question de la forme à partir d’A. Warburg et F. Gil.

11h30 – 12h15 : Olivier Capparos (Université Paris 8-St Denis) : Logiques de la forme : approches de l’intelligibilité expressive

Présidence de séance : Françoise Balibar

14h00 – 14h45 : Natalie Depraz (Université de Rouen) : Autour des notions d’attention et de force de présence

14h45 – 15h30 : Sofia Araújo : Fernando Gil’s Theory of Expression

15h45 – 16h30 : Nuno Miguel Proença (Université Nouvelle de Lisbonne) : Logique de l’assentiment et formes de la preuve en psychanalyse

16h30 – 17h15 : Manuel Silvério Marques (Université Nouvelle de Lisbonne) : Organisme, système et sujet en Médecine : mes consultations giliennes

Samedi 12 avril
Salle Jean Cavaillès, Université Paris 1-Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris

9h30 : Présentation par Danièle Cohn (Université Paris 1-Sorbonne)

Présidence de séance : Danièle Cohn

9h45 – 10h30 : Paulo Tunhas (Université de Porto) : Le bonheur de l’expression et les formes sonores

10h30 – 11h15 : Antonia Soulez (Université Paris 8-St Denis) : Formes ou objet de représentation ?

11h30 – 12h15 : Eric Beauron (Université Paris 1-Sorbonne) : Forme, affinité, système : Gil avec Kant (une interprétation de l’Architectonique de la raison pure)

Président de séance : Paulo Tunhas

14h00 – 14h45 : Jean-Baptiste Rauzy (Université Paris 4-Sorbonne) : Théorie de la preuve, théorie de l’objet – preuve et adhésion dans les inférences logiques

14h45 – 15h30 : Carlos Lobo (Collège international de philosophie) : Renforcement de l’évidence et modalisation de la croyance chez F. Gil et Husserl

15h45 – 16h30 : Maria Filomena Molder (Université Nouvelle de Lisbonne) : Vis superba formae

16h30 – 17h15 : José Gil (Université Nouvelle de Lisbonne) : Vers l’ontologie ?

Clôture du colloque

Réunion du groupe de recherches « Morphologies », le 4 avril 2014

Le groupe de recherches « Morphologies » se réunira le vendredi 4 avril de 10h à 13h ; la séance sera consacrée à Spengler, avec deux interventions croisées faites par  et Jean Lassègue, CNRS- Institut Marcel Mauss.

Vendredi 4 avril 2014 – 10h-13h
Réunion du groupe « Morphologies »
Carole Maigné, MCF HDR, IUF, Université Paris Sorbonne
Jean Lassègue, CNRS- Institut Marcel Mauss.
Salle 501 – 17 rue de Tolbiac – 75 013 Paris