Séminaire « Le primitif : les arts et la mythologie de l’originaire » : Danièle Cohn & Sébastien Allard (mercredi 1er février)

La prochaine séance du séminaire « Le primitif : les arts et la mythologie de l’originaire » sera animée par :

Danièle Cohn (Paris 1) et Sébastien Allard (Musée du Louvre, Département des peintures)
« Des Nazaréens »
Mercredi 1er février – 17h30-19h
Salle 101, Centre Michelet, 3, rue Michelet 75006 Paris

De qui est-on le primitif, par rapport à quelle tradition s’inscrit-on dans un rapport au « premier » à une origine ou un commencement ? Ce terme est-il une catégorie esthétique ou une classification historique ?
En Allemagne, au début du XIXème siècle, un groupe de peintres, les Nazaréens, tournent le dos à l’antique et au classique et choisissent une filiation artistique différente : celle d’une peinture italienne d’avant Raphael.
Ce geste qui vaut pour une forme de vie et une manière de peindre sera étudié à travers quelques textes et quelques tableaux.

Séminaire « Le primitif : les arts et la mythologie de l’originaire » (mercredi 4 janvier)

Séminaire du CEPA (Culture, Esthétique, Philosophie de l’art)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le primitif
Les arts et la mythologie de l’originaire
XIXe-XXe siècles

Pauline Nadrigny
« D’un monde sonore : l’élémentaire et le sauvage »
Mercredi 4 janvier (de 17h30 à 19h)

 

En 1907, Victor Segalen imagine, dans la nouvelle intitulée « Dans un monde sonore », une chambre acoustique où chaque son serait repris par résonance et amplifié en un concert merveilleux. Il développe à cette occasion une poétique de l’orphisme. Le primitivisme de Segalen n’est pas un retour à la perception archéenne, dans laquelle la vue et le toucher seraient les sens cardinaux, mais un retour au monde sonore élémentaire, vibratoire, que les résonateurs de Helmholtz donnent à entendre au narrateur. Ces pages nous dirigent vers Debussy, avec qui il conçoit le livret d’un opéra sur le thème d’Orphée, mais aussi vers Varèse, dont il préfigure les déclarations sur le matériau sonore et l’expérimentation scientifique. Le monde sonore de Segalen nous permet ainsi de penser une certaine conception du primitivisme musical, dont nous tenterons de penser les enjeux et les échos philosophiques – chez Mikel Dufrenne, notamment, et son esthétique du sauvage.

Organisation scientifique : Pauline Nadrigny,
Avec la participation de Danièle Cohn, Philippe Dagen, Frédéric Fruteau de Laclos, Catherine Guesde, Margaux Thura, Clément Bresch…

Tous les premiers mercredis du mois, à partir du 07 décembre, de 17h30 à 19h.
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Michelet, 3, rue Michelet 75006 Paris
Salle 101
(RER B : Port-Royal. Ligne 12 – Notre-Dame-des-Champs. Ligne 4 – Vavin)