Séminaire « Le primitif Les arts et la mythologie de l’originaire XIXe-XXe siècles »

Séminaire du CEPA (Culture, Esthétique, Philosophie de l’art)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le primitif
Les arts et la mythologie de l’originaire
XIXe-XXe siècles

Une certaine mythologie se donne à lire dans le discours des avant-gardes plastiques et musicales. De la figure cézanienne – le primitif d’un art nouveau – au désir, exprimé par Russolo ou John Cage, d’un retour au son, c’est peut-être le même type de geste qui se révèle : retour à un stade primitif du geste et du regard, qui se tiendrait sous la cristallisation des pratiques, des regards ou des écoutes en des formes historiques, retour à la materia prima, objet central des compositions picturales ou musicales… Mythologie, cependant, car il existe deux visages du primitivisme, certainement indissociables : l’un, culturel, qui engage les formes et les pratiques de civilisations extra-européennes ou d’un Occident oublié – le primitivisme comme archaïsme ; l’autre, plastique et sonore, ce « sauvage » que Dufrenne discernait notamment dans la musique expérimentale. Mythologie : car ce désir de retour est toujours, aussi, une invention – pour rencontrer son objet, l’artiste le construit en des fictions qu’il s’agit de repérer et d’interpréter, des Nazaréens à Stravinski, de Gauguin à l’imaginaire du jazz, de Rothko au rôle du cri dans les musiques extrêmes…

L’appel à une expérience esthétique première, originaire, par la médiation de formes artistiques fantasmées, car pensées elles-mêmes comme « premières », dessine-t-il une trajectoire commune aux avant-gardes artistiques ? Cette analogie est séduisante. Mais, dans cette mesure même, elle doit être réellement sondée, mise à l’épreuve d’une réflexion transversale, entre esthétique générale, anthropologie culturelle et histoire des arts. Dans le cadre d’un tel dialogue, l’enjeu de ce séminaire est d’envisager plusieurs questions : celle des fondements du primitivisme en amont des avant-gardes, notamment dans les concepts du romantisme ; celle de la comparaison entre les usages du primitif d’un art à l’autre et des torsions que ces changements impriment à cette recherche ; celle du rapport entre compréhension esthétique du primitif (question de la forme sensible, de la donation, du sauvage dans la perception, du bruit) et compréhension historique, voire mythologique (archaïsme, donc, mais aussi appréhension occidentale des arts extra-européens).

Avec la participation de Danièle Cohn, Philippe Dagen, Pauline Nadrigny, Catherine Guesde, Margaux Thura, Clément Bresch…

Tous les premiers mercredis du mois, à partir du 07 décembre, de 17h30 à 19h.
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Michelet, 3, rue Michelet 75006 Paris
Salle 101. (RER B : Port-Royal. Ligne 12 – Notre-Dame-des-Champs. Ligne 4 – Vavin)
Contact : pauline.nadrigny@ univ-paris1.fr

Reprise du séminaire « Les arts au XVIIème siècle : Naissance de la critique » (le 5/11/2016)

Le séminaire « Les arts au XVIIe siècle », organisé par Catherine Fricheau et Daniel Dauvois, reprendra à partir du 5 novembre 2016. Le thème de cette nouvelle année sera « Naissance de la critique ».
Les arts au XVIIème siècle : Naissance de la critique
Salle Cavaillès de 14h30 à 17h

Le séminaire est consacré à la façon dont se construit de la fin du XVIème siècle au début du XVIIIème siècle une critique des œuvres qui, invalidant peu à peu la formule ut pictura poesis, desserre l’emprise des belles-lettres sur la critique d’art.
Cette autonomisation du « peindre » est, dans un premier temps, d’ordre poiètique, et se veut fondée sur une connaissance des pratiques artistiques, autorisée entre autres par la réédition des grands traités renaissants (Alberti, Vinci). Entre la consécration par Vasari des arte del disegno et l’élaboration académique de la notion de Beaux-arts, on assiste à l’approfondissement du vocabulaire technique des arts. La spécification des savoirs caractérise cette critique, due
non seulement à la différence des métiers de l’art mais aussi des caractères nationaux, en fonction des politiques de cours européennes soucieuses d’élaborer leur propre mode d’expression artistique.
Le point de vue critique suppose un spectateur des oeuvres, dont le statut devient au tournant des XVIIème et XVIIIème siècle celui d’un public averti. Les cartes se trouvent alors rebattues. Le connaisseur laisse la place à l’homme sensible et cosmopolite des Lumières, tandis que se tissent de nouveaux liens des arts avec la littérature.

Programme
5/11 – Daniel Dauvois : La Font Saint-Yenne
3/12 – Catherine Fricheau : Félibien
25/02/17 – Jean -Pierre Cléro : Addison
Hélène Merlin : L’‘Espace Public’ au début du XVIIème siècle
22/04 – Thibault Barrier : Roger de Piles
20/5 – Jacqueline Lichtenstein
27/05 – Bertrand Prévost

Argumentaire
« Un tableau exposé est un livre mis au jour de l’impression ». La Font de Saint-Yenne poursuit en prononçant que chacun a le droit d’en porter son jugement. Ces quelques mots permettent de circonscrire notre champ de réflexion présent : dans quelle mesure la critique picturale doit-elle se revendiquer d’une critique littéraire qui l’a précédée ? Sa position devant les œuvres est-elle d’une semblable nature, et si oui, pourquoi n’apparaît-elle que vers le milieu du XVIIIe siècle ? Dans quelle mesure, en outre, cette apparition peut-elle se revendiquer de constituer un droit ? et que signifie l’universalité d’un tel droit ? Que change ce nouveau droit de juger à la structure des œuvres d’art désormais vouées à un public, dont la définition reste malaisée. Si le critique prétend cependant incarner le public, quelle sera la qualité de son organe de jugement, qui s’appelle sentiment chez La Font de Saint-Yenne ? Comment ce sentiment sera-t-il une spontanéité qui juge toujours bien , a contrario de toute expertise, en même temps qu’un foyer d’autorité apte à guider le jugement de tous et à constituer un goût assuré voire démonstratif ?
La coutume a rendu évidente la fonction de la critique, dont l’origination exprime en revanche toutes les incertitudes et les aspects contestables voire immotivés. C’est donc cette difficile naissance , que les principes de la critique littéraire ont peut-être conduite à quelque fin fonctionnelle, dont il s’agire de réfléchir les diivers aspects, sous une désirable multiplicité des angles d’incidence.

Daniel Dauvois et Catherine Fricheau