Journée d’études « L’ouvert, une expérience limite » (le 12 décembre 2015)

Le 12 décembre prochain se tiendra une journée d’études consacrée à « L’ouvert, une expérience limite ». Elle est organisée par Danièle Cohn et David Zerbib et se tiendra à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

L’ouvert, une expérience limite.
(philosophie, science, art et littérature)

 

Argument :
Nous souhaitons interroger les représentations, les théories et les expériences de « l’ouvert », telles qu’elles se déploient en particulier au sein de la modernité philosophique, scientifique, littéraire et artistique. En indiquant, au plan cosmologique, le passage du monde clos à l’univers infini, Alexandre Koyré livrait une formule célèbre d’une telle ouverture. Sur fond d’horizon qui s’éloigne, l’ouvert désignerait l’état de décloisonnement d’un champ d’expérience, d’un domaine de pensée ou de création, qui transforme les coordonnées du sujet, l’oblige à se resituer, à se redimensionner, s’étendre ou se projeter de façon nouvelle. Comment déterminer, par exemple, une position, un cheminement, dans un espace sans borne ? Quelles lignes, quelles frontières, quels champs de forces surgissent-ils quand disparaît pourtant la limite ? Quelle inertie opère alors que tout mouvement devrait se révéler possible ? Ces interrogations mettent en doute l’idée d’un espace pur autant que l’image d’un monde unifié dans une globalisation sans lieux. Elles mettent en question également une certaine promesse transgressive des modernes, en même temps que la doxa postmoderne de la libre circulation des flux. S’avancer sur ce terrain plus contradictoire qu’en apparence, implique moins de viser une ontologie de « l’Ouvert » que d’analyser des dynamiques singulières d’ouverture, situées dans des topologies spatiales, géographiques, esthétiques et poétiques spécifiques. Ceci afin d’observer quelles formes de « spatialisation » de la subjectivité ces processus conditionnent.

 

L'ouvert affiche v3

Colloque « Formes et normes » en hommage à Heinrich Wölfflin (les 26 et 27 novembre 2015)

Dans le cadre du Wölfflin Global Seminar, Danièle Cohn organise, assistée de Rémi Mermet, un colloque en hommage à Heinrich Wölfflin, les 26 et 27 novembre 2015.

Affiche Formes et normes

Programme

Jeudi 26 novembre 2015


Matin
Présidence : Jacques-Olivier Bégot (Université Paris Diderot – Paris 7)

9h30
Danièle Cohn (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Ouverture

10h00
Tristan Weddigen (Universität Zürich) & Julia Gelshorn (Université de Fribourg)
Migration of Formalism: Two Case Studies in the Globalization of Art History

11h00
Jean Lassègue (CNRS / EHESS)
Une perspective transcendantale sans table des catégories est-elle possible ? Catégoriel et transcatégoriel chez Ernst Cassirer

Après-midi
Présidence : Jan Blanc (Université de Genève)

14h30
Rémi Mermet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Université de Genève)
Grundbegriffe/Basisphänomene : Cassirer lecteur de Wölfflin

15h30
Etienne Jollet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
L’exemple dans l’œuvre d’Heinrich Wölfflin

16h30
Jennifer Greenhill (University of Southern California)
“Gamy riddles”: Chasing Morphologies of Visual Humor from Wölfflin’s Day to Our Own

Vendredi 27 novembre 2015

Matin
Présidence : Roland Recht (Collège de France)

9h30
Sébastien Allard (Musée du Louvre)
« De David à Delacroix » : de l’usage des catégories

10h30
Christiane Vorster (Universität Bonn)
Klassik und Kanon. Zur Geschichte eines Begriffspaares

11h30
Raphaëlle Cazal (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Style et catégories dans la pensée de Gottfried Semper, Heinrich Wölfflin et Henri Maldiney : comment classer les phénomènes artistiques tout en faisant droit à leur singularité ?

Après-midi
Présidence : Danièle Cohn (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

15h00
Mildred Galland-Szymkowiak (CNRS / Thalim)
Qu’est-ce qu’un Grundbegriff ? La critique de Wölfflin par Schmarsow

16h00
Julien Zanetta (Université de Genève / CISA)
« La dérive commence ! » : l’École de Genève à l’épreuve des catégories de Wölfflin

17h00
Danièle Cohn (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Conclusions