Séminaire « Théorie musicale et philosophie : l’écoute  » le 28 mai 2014

affiche 28

 

 

 

 

Le rock était-il audible à Avignon en 1954 ? L’analyse de la presse locale comme méthode d’enquête socio-historique. Perspectives et limites.
Philippe Le Guern (Bergerie du Mouton Poète, Plateau du Cézallier)

Dans son article « Why 1955 ? Explaining the advent of rock music », Richard Peterson s’interroge sur l’acte de naissance du rock’n’roll et sur la possibilité d’en produire une périodisation. Traduit dans un ouvrage pionnier édité par Patrick Mignon et Antoine Hennnion en 1991, cet article va jouer en France un rôle structurant et servir de matrice à toute une série de travaux sur l’histoire du rock. En resituant les origines de cette musique dans un contexte social, technique et économique spécifique, l’article de Peterson a fait de l’année 1955 une période charnière, celle de la naissance du rock : si on peut interroger le caractère conventionnel de cette date, on doit aussi admettre que le travail de Peterson a attiré l’attention sur la limite des hypothèses – que nous pourrions qualifier de neo-weberiennes – qui font du « charisme spécifique » (Dericquebourg, 2007) attribué aux vedettes du rock (dont Elvis Presley incarnerait l’idéal-type) une des principales condition de possibilité de l’émergence de cette musique. Reste que l’article séminal de Peterson traite d’une aire culturelle spécifique : les Etats-Unis. Or, on peut se demander si cette histoire du rock est transposable au cas de la France, si les conditions sociales, économiques et techniques qui en accompagnent l’émergence sont universelles ou purement locales, et aussi quelle est leur vitesse de pénétration dans l’hexagone. Certes, de nombreuses histoires locales du rock – à Nantes, au Havre, à Laval, etc. – ont vu le jour ces dernières années, le plus souvent rédigées par des « érudits passionnés » plus ou moins extérieurs au monde académique.
Mais à contre-courant d’une histoire du rock qui met en avant les principaux tropes du Star-System et ses « grandes figures » (vedettes, festivals renommés, scènes ou lieux emblématiques tels la Cavern des Beatles ou l’Hacienda à Manchester…), nous avons ici choisi de penser l’histoire du rock et de son écoute à l’échelle locale, à partir d’un terrain plus « ordinaire» et provincial, la ville d’Avignon : cité phare de l’activité théâtrale, celle-ci n’est en effet guère connue pour sa scène rock. En nous centrant sur l’analyse des archives de la presse locale – tout particulièrement le Dauphiné libéré – et sur la façon dont le discours médiatique met en scène les premières représentations d’une culture rock émergente, nous chercherons à comprendre qu’elle place y occupait cette musique de 1954 à 1964 et quelles étaient les conditions sociales qui la rendaient écoutable voire audible.

Forums, fictions et perceptions. À l’écoute d’Hatsune Miku.
Maël Guesdon (CRAL, EHESS – Paris Ouest)

Hatsune Miku est une star holographique crée en 2007 par Crypton Futur Media, pour personnifier – et promouvoir par ce biais – un logiciel de synthèse vocale. Tout acheteur du logiciel peut créer des morceaux sur lesquels Hatsune Miku chante puis réaliser des clips mettant en scène la star. Ces morceaux et les clips qui les accompagnent sont ensuite postés sur des forums où ils sont commentés, évalués par une communauté de fans.

La communication de Crypton Futur Media articule cette promesse démocratisante avec les caractéristiques classiques de la star que l’image holographique exacerbe et transforme. Je me propose d’analyser ce dispositif d’écoute en tentant de comprendre entre autres comment se recomposent de manière sous-jacente des structures hiérarchisantes de production et de réception. J’étudierai par ailleurs – à travers les fanfictions, les clips et les paroles des morceaux – le statut fictionnel spécifique d’Hatsune Miku.

 

 

Parution : Danièle Cohn, L’Artiste, le vrai, le juste. Sur l’esthétique des lumières.

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Danièle Cohn, Professeur des Universités, titulaire de la chaire d’esthétique à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, et directrice du CEPA :

Danièle Cohn, L’Artiste, le vrai, le juste. Sur l’esthétique des lumières, éditions de la rue d’Ulm, collection « Æsthetica »

L’ouvrage est en librairies depuis le 15 mai, et disponible ici.

Résumé

Ce livre prend position sur les enjeux et les visées des œuvres d’art en matière de vérité et de morale : il répond, par un retour sur l’époque des Lumières, aux questions contemporaines sur l’idée d’un perfectionnement moral de l’individu (S. Cavell, M. Nussbaum, S. Laugier). Les Lumières ont mis au cœur de la création artistique les émotions, les affects et les sentiments, mues par la conviction de l’efficacité d’une éducation esthétique de l’homme, d’une éducation sensible par le sensible, en l’occurrence par les œuvres.
La vérité a-t-elle un sens en matière artistique ? Notre besoin d’art est-il lié à notre conviction qu’elles nous rendent meilleurs et nous font mieux connaître le monde ? L’autonomie de l’œuvre, la liberté du créateur, la dévaluation de tout canon au nom d’un global turn qui contraint au relativisme rendent aujourd’hui difficile cette affirmation. Et la sincérité de l’auteur ne saurait être un argument, tant elle tombe sous le coup d’un soupçon préjudiciel. La critique, elle, pourrait-elle prétendre au vrai ? Mais il y a plusieurs interprétations possibles d’une œuvre, plusieurs interprétations qui touchent juste, au sens où l’on dit d’une voix qu’elle est juste, d’un vêtement qu’il tombe bien.
À partir de quelques études de cas, Danièle Cohn revient sur l’idée d’une fin de l’art (A. Danto) et propose de fonder jugement artistique et jugement esthétique sur la justesse.

– – – – – – – – – –

L’auteur

Philosophe Danièle COHN est titulaire de la chaire d’esthétique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a notamment publié La Lyre d’Orphée. Goethe et l’esthétique (Flammarion, 1999) et Anselm Kiefer. Ateliers (Éditions du Regard, 2012). Elle a édité en français les Écrits d’esthétique de W. Dilthey, Hercule à la croisée des chemins d’E. Panofsky et, de K. Fiedler, Sur l’origine de l’activité esthétique et Aphorismes. Elle dirige la collection « Æsthetica » aux éditions Rue d’Ulm et a été commissaire de l’exposition « De l’Allemagne. De Friedrich à Beckmann 1800-1939 » au Louvre en 2013.

– – – – – – – – – –

Sommaire

Introduction

Mode d’emploi

Ch. 1. Un oubli de Kant

Ch. 2. La compassion d’Iphigénie

Ch. 3. Rousseau et le portrait sincère

Ch. 4. La justesse de l’aveu

Ch. 5. Une critique amoureuse

Ch. 6. Une critique à voix juste

Notes