Séminaire « Spatialisation de la mémoire » (le 8 février 2014)

La prochaine séance du séminaire du CEPA, « Spatialisations de la mémoire », se tiendra le 8 février prochain, et se déroulera exceptionnellement dans l’atelier de modelage de l’Ecole Nationale supérieure des Beaux-Arts.

Ce séminaire aura pour objet l’analyse de la notion de projet et l’inscription d’un projet dans un lieu, et sera animé par :

 Patrice Alexandre, Professeur à l’ENSBA
« La philosophie dans l’atelier »

le 8 février 2014 – 11h-13h
Ecole Nationale supérieure des Beaux-Arts
16 rue Bonaparte – 75 006 Paris

Rendez vous est donc donné aux participants à 10h50 à l’entrée de l’Ecole des Beaux arts, rue Bonaparte.

Séminaire « Théorie musicale et philosophie : l’écoute » – Martin Kaltenecker, André Timponi (le 29 janvier 2014)

Théorie musicale et philosophie – L'écoute – Deuxième séance

 

 

Martin Kaltenecker – Les théories sur l’écoute musicale chez Günter Anders

J’aimerais revenir sur les deux textes où Günter Stern-Anders développe une théorie de l’écoute musicale. Le premier, un article intitulé « Contribution à une phénoménologie de l’écoute » (1927), a été traduit en français. Le second est resté inédit et je travaille actuellement à sa traduction et à son commentaire. Il s’agit des Philosophische Untersuchungen über musikalische Situationen [Analyses philosophiques de situations musicales] (1929-1930). Stern part de l’idée d’une coréalisation [Mitvollzug] par l’auditeur de la musique, la possibilité d’être ailleurs, de devenir autre chose, de nous transcender, cette liberté que nous indique la musique de dire « ce que j’ai n’est pas tout ». Stern décrit plusieurs modalités de ce qu’il nomme une « situation », à la fois chute hors du monde et lien revissé avec l’existence, absentement et dépassement, ou encore « métamorphose de l’homme en l’une de ses dimensions » (PU, p. 88).
Stern distingue ensuite entre deux types d’écoute : l’écoute à l’affût [Lauschen] qui fait l’objet d’une brillante analyse, une écoute qui est attente « d’une voix qui vient », attention vers ce qui vient « de nulle part », vers ce qui est ni proche, ni lointain, indiquant la possibilité d’une « transcendance » (PU, p. 148-151). L’écoute à proprement parler (adaptée à l’objet complexe, voire inhumain), combine « la distance et l’adéquation » (PU, p. 181), mais s’expose aussi à ce qui est peut-être un inconnaissable – recourant à Kant, Stern la relie au débordement sublime, à une puissance : l’objet (complexe) apparaît comme un pouvoir (PU, p. 182).

André Timponi (CRAL) – Les bruits de la radiophonie à ses débuts. Pratiques, représentations, savoirs.

Entre fascination et répulsion, savoir scientifique et imaginaire technique, interventions juridiques et décrets administratifs, les crachements, sifflements, ronflements, roulements, auxquels renvoie encore aujourd’hui l’idée de la première radio, ont représenté une dimension de l’histoire de ce média que l’historiographie de référence en la matière semble avoir sinon négligée, du moins réduite à des considérations ponctuelles et peu documentées. Si les perturbations radioélectriques, les bruits parasites, les distorsions, suscitent de vives réactions d’auditeurs depuis le tout début de la TSF, le problème s’aggrave lorsque l’amplification, l’usage des lampes et des haut-parleurs, devient une opération courante dans les montages d’appareils récepteurs.
Dans la perspective d’une histoire culturelle de l’écoute, cette intervention tentera d’éclairer la question des bruits aux débuts de la radiophonie, en prêtant une attention particulière à la technique, à quelques objets manipulés par ces auditeurs-opérateurs, ces bricoleurs du son qui furent les sans-filistes, ainsi qu’aux compétences d’écoute requises dans le domaine de la radioélectricité, dont la rigueur scientifique reposait largement sur l’acuité auditive de l’observateur.