Séminaire Esthétique et morale : « Enjeux moraux des violences sonores » (le 29 novembre 2013)

Vendredi 29 novembre, à 18h, au 17, rue de Tolbiac, nous aurons le plaisir de vous convier à notre nouvelle séance du séminaire Esthétique & Morale dont le thème sera :

« Enjeux moraux des violences sonores »

Gérôme Guibert (Maître de conférence en sociologie, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
« Hotter Than Hell » Le Metal au prisme de la religion
Sociologie d’une controverse au sein de la sphère publique

Catherine Guesde (doctorante Paris 1 – CEPA)
L’éducation de l’écoute est-elle une éducation des valeurs ?
Le cas des musiques noise

Informations pratiques : 17 rue de Tolbiac, salle 501 (5e étage)
75013 Paris (Métro Bibliothèque François Mitterrand)

Présentation :

Gérôme Guibert (Maître de conférence en sociologie, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
« Hotter Than Hell » Le Metal au prisme de la religion
Sociologie d’une controverse au sein de la sphère publique

Les cultures musicales qui se revendiquent du heavy metal plongent leurs racines dans les mouvements de la contre-culture des années 60. Parmi leurs sources d’inspiration, on trouve les mouvements spirituels pré-monothéistes, ou façonnés par les croyances populaires. Initialement envisagé comme une réponse de la jeunesse ouvrière au mouvement hippie, le heavy metal fait sien une mythologie du satanisme et du paganisme, qu’il utilise en signe de résistance aux cultures dominantes, incarnées par les institutions religieuses, sans que ses membres revendiquent pour autant une appartenance politique unique. Riche d’une quarantaine années d’existence, la musique metal a produit un système symbolique constitutif de sa communauté mais aujourd’hui difficilement compréhensible par le néophyte. Entre 2007 et 2010, une violente polémique a éclaté autour du Hellfest, un festival de musique metal qui se tient chaque année, trois jours durant, dans l’Ouest de la France. Des organisations catholiques conservatrices, soutenues par plusieurs partis politiques, ont estimé que les attaques envers la religion devenaient excessives et que les groupes programmés pouvaient porter préjudice à la vie en commun. A partir d’une étude de terrain ethnographique (2007 à 2011), d’une revue de la presse locale et d’outils théoriques empruntés à l’analyse de l’espace public (Habermas, Fraser), nous tâcherons d’expliquer les ressorts de cette situation.

Catherine Guesde (doctorante Paris 1 – CEPA)
L’éducation de l’écoute est-elle une éducation des valeurs ?
Le cas des musiques noise

Les musiques noise se sont construites en opposition non seulement aux canons de beauté, mais aussi à l’idée de musique même. Renonçant à la mélodie et à la structure au profit d’une valorisation de l’informe et de la texture, elles impliquent, pour être appréciées, une éducation de l’écoute dans laquelle le laid et le chaotique deviennent source de plaisir. Cette inversion d’une sensibilité commune suppose-t-elle également un changement dans la sensibilité morale ? L’éducation des sens est-elle également une éducation des valeurs ? Nous tenterons de répondre à cette question en cherchant à saisir, à partir de témoignages d’auditeurs, la nature du plaisir esthétique propre à ces musiques.

Séminaire Théorie musicale et philosophie : Danièle Cohn, « Entre voir et écouter : les années d’apprentissage du ‘Parsifal’ de Wagner » (le 27 novembre)

Le séminaire « Théorie musicale et philosophie » reprendra le 27 novembre prochain, avec pour thème annuel « L’écoute ».

Séminaire « Théorie Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
Séminaire « Théorie musicale et philosophie » – 2013-2014 (PhiCo/CEPA)
Animé par André Charrak, Pauline Nadrigny & Catherine Guesde

L’écoute
Séance d’ouverture
Mercredi 27 Novembre 2013 – 18h30-20h

Introduction
par Catherine Guesde et Pauline Nadrigny
~
Danièle Cohn (Paris 1)
« Entre voir et écouter, les années d’apprentissage du « Parsifal » de Wagner. »
~
Discussion

 

Salle Lalande, UFR de Philosophie
17 rue de la Sorbonne
Escalier C
75005 PARIS

Présentation :

Les vingt dernières années ont vu s’opérer un déplacement d’attention dans les études musicales : plutôt que de porter seulement sur les œuvres mêmes, de nombreuses disciplines ont intégré dans leurs réflexions les médiations et les voies d’accès aux œuvres, en s’intéressant notamment à la question de l’écoute. De telles recherches se sont développées aussi bien en musicologie (Martin Kaltenecker) qu’en sociologie (Antoine Hennion) ou en philosophie (Peter Szendy). Plus récemment, plusieurs colloques (« Figures de l’écoute : Circonstances, usages, métaphores », EHESS, 2012) et numéros de revue (Droit de cité n°4, « L’oreille » ; Volume ! n°10-1 sur l’écoute des musiques populaires) ont cherché à aborder cette question en faisant la part belle aux sciences sociales, et, parfois, à la philosophie (c’est le cas du séminaire « A l’écoute des musiques électriques » organisé par le CIPh).

Prenant acte du foisonnement des recherches dans ce champ, nous souhaiterions, dans le cadre de ce séminaire, mesurer les apports de ces réflexions pour l’esthétique musicale. La question de l’écoute semble en effet cardinale pour l’esthétique, dans la mesure où elle permet d’articuler le pôle du sujet écoutant et celui de l’objet musical, en interrogeant la nature de leur relation. Pour autant, il nous paraît essentiel, pour l’aborder dans cette perspective, de prendre en compte les travaux menés dans d’autres disciplines (musicologie, ethnomusicologie, sociologie, histoire), afin non seulement d’arrimer la réflexion esthétique à des enquêtes empiriques, mais aussi de confronter les méthodes et les résultats.

Ce séminaire examinera la multiplicité des figures de l’écoute, dans leur historicité et leurs modifications contemporaines, dans une perspective interdisciplinaire avec, en ligne de mire, une interrogation d’ordre esthétique concernant la configuration mutuelle de l’œuvre et de l’auditeur dans l’écoute. L’activité d’écoute sera interrogée en elle-même, avec la question de savoir quelles facultés ou sens elle met en jeu. Nous interrogerons également l’opposition entre une écoute structurale et une écoute esthésique, avec la question de savoir dans quel mesure l’écoute voile l’accès à l’œuvre en même temps qu’elle le rend possible. Mais il s’agira également de voir comment des changements sociaux, culturels et historiques infléchissent les pratiques d’écoute.

Séminaire « Spatialisations de la mémoire » (le 16 novembre 2013)

Le séminaire du CEPA, « Spatialisations de la mémoire », reprend le samedi 16 novembre prochain. Plusieurs doctorantes du CEPA y présenteront leurs travaux.

Spatialisations de la mémoire

Samedi 16 novembre 2013 – 10h30-13h30

UFR de philosophie, Salle Lalande – Université Paris 1–Panthéon-Sorbonne

Programme :

10h30 : Présentation générale de Danièle Cohn (directrice du CEPA) : « La forme et les formes »

11h30 : Lara Bonneau (doctorante CEPA) : « Penser l’unité du projet d’Aby Warburg »

12h30 : Raphaëlle Cazal (doctorante CEPA): « Rythme du sujet, rythme des formes : en quoi les théories allemandes de l’empathie et de la science de l’art nous aident à penser leur articulation dans l’expérience architecturale ? »

Informations pratiques :
Université Paris 1–Panthéon-Sorbonne
UFR de Philosophie (1er étage, esc. C)
17 rue de la Sorbonne, 75 005 Paris