Parution : Danièle Cohn, L’Artiste, le vrai, le juste. Sur l’esthétique des lumières.

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Danièle Cohn, Professeur des Universités, titulaire de la chaire d’esthétique à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, et directrice du CEPA :

Danièle Cohn, L’Artiste, le vrai, le juste. Sur l’esthétique des lumières, éditions de la rue d’Ulm, collection « Æsthetica »

L’ouvrage est en librairies depuis le 15 mai, et disponible ici.

Résumé

Ce livre prend position sur les enjeux et les visées des œuvres d’art en matière de vérité et de morale : il répond, par un retour sur l’époque des Lumières, aux questions contemporaines sur l’idée d’un perfectionnement moral de l’individu (S. Cavell, M. Nussbaum, S. Laugier). Les Lumières ont mis au cœur de la création artistique les émotions, les affects et les sentiments, mues par la conviction de l’efficacité d’une éducation esthétique de l’homme, d’une éducation sensible par le sensible, en l’occurrence par les œuvres.
La vérité a-t-elle un sens en matière artistique ? Notre besoin d’art est-il lié à notre conviction qu’elles nous rendent meilleurs et nous font mieux connaître le monde ? L’autonomie de l’œuvre, la liberté du créateur, la dévaluation de tout canon au nom d’un global turn qui contraint au relativisme rendent aujourd’hui difficile cette affirmation. Et la sincérité de l’auteur ne saurait être un argument, tant elle tombe sous le coup d’un soupçon préjudiciel. La critique, elle, pourrait-elle prétendre au vrai ? Mais il y a plusieurs interprétations possibles d’une œuvre, plusieurs interprétations qui touchent juste, au sens où l’on dit d’une voix qu’elle est juste, d’un vêtement qu’il tombe bien.
À partir de quelques études de cas, Danièle Cohn revient sur l’idée d’une fin de l’art (A. Danto) et propose de fonder jugement artistique et jugement esthétique sur la justesse.

– – – – – – – – – –

L’auteur

Philosophe Danièle COHN est titulaire de la chaire d’esthétique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a notamment publié La Lyre d’Orphée. Goethe et l’esthétique (Flammarion, 1999) et Anselm Kiefer. Ateliers (Éditions du Regard, 2012). Elle a édité en français les Écrits d’esthétique de W. Dilthey, Hercule à la croisée des chemins d’E. Panofsky et, de K. Fiedler, Sur l’origine de l’activité esthétique et Aphorismes. Elle dirige la collection « Æsthetica » aux éditions Rue d’Ulm et a été commissaire de l’exposition « De l’Allemagne. De Friedrich à Beckmann 1800-1939 » au Louvre en 2013.

– – – – – – – – – –

Sommaire

Introduction

Mode d’emploi

Ch. 1. Un oubli de Kant

Ch. 2. La compassion d’Iphigénie

Ch. 3. Rousseau et le portrait sincère

Ch. 4. La justesse de l’aveu

Ch. 5. Une critique amoureuse

Ch. 6. Une critique à voix juste

Notes

Parution : André Charrak, Rousseau – De l’empirisme à l’expérience

André Charrak, Rousseau – De l’empirisme à l’expérience, Vrin,2012
L’un des traits constants de la pensée de Rousseau réside dans la méditation qu’il poursuit jusqu’à la fin de sa vie sur l’amour de soi – sur l’affection essentielle de l’être sensible et intelligent. Mais les ressources mobilisées dans cette entreprise ne demeurent pas les mêmes tout au long de l’œuvre et elles se forgent avant tout dans un effort d’appropriation puis de mise à distance de la philosophie de son temps. C’est cet effort méthodologique qui est analysé dans le présent ouvrage. Du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité à l’Émile, Rousseau perfectionne un empirisme qui confère son caractère systématique à la « théorie de l’homme » mais qui, à terme, révèle ses limites dans l’examen des idées sublimes (l’ordre du monde voulu par Dieu, l’existence de l’âme) que l’homme moderne doit prendre en vue. Aussi importe-t-il de comprendre de quelle façon Rousseau abandonne cette perspective au long des recherches qui, en 1778, aboutissent à l’œuvre ultime achevée au seuil de la mort : Les Rêveries du promeneur solitaire. Le cheminement que l’on peut retracer en suivant la voie royale de la méthode découvre une dernière philosophie de Rousseau, où la clarification d’expériences décisives (l’accident, la rêverie) se substitue au style philosophique de l’époque pour découvrir les conditions d’un bonheur effectif.

 

Parution: Danièle Cohn, Anselm Kiefer. Ateliers

Danièle Cohn, Anselm Kiefer. Ateliers, Editions du Regard, 2012

Livre relié – 31 x 24,8 cm, 320 pages – 300 illustrations

Dans cet ouvrage, Danièle Cohn explique en quoi les ateliers d’Anselm Kiefer , leur organisation, leur spatialisation sont des clés de l’activité artistique du peintre. Lieux de production, lieux d’engrangement, dépôts de la mémoire du peintre, les ateliers sont des mondes, dans lesquels le monde entre et devient peinture, une peinture en action qui donne à voir les passés du monde, les inventions du futur, les prophéties du présent.

Parution : Danièle Cohn, Giuseppe Di Liberti (dir.), Textes clés d’esthétique – Connaissance, art et expérience

Danièle Cohn, Giuseppe Di Liberti (dir.), Textes clés d’esthétique – Connaissance, art et expérience, Vrin, « Textes clés », 2012.

L’esthétique a une histoire au long cours, que ce volume contribue à restituer. Elle mêle les écrits des philosophes, des artistes et des historiens de l’art. Philosophie « appliquée », elle se tient au croisement d’une psychologie de la perception et d’une anthropologie. Les oeuvres d’art sont ses objets exemplaires. Les Lumières marquent ses commencements, la Kunstwissenschaft scande, de la fin du XIXe siècle aux années trente, une refondation qui n’en finit pas de se poursuivre. Comme les textes ici rassemblés le montre

nt, l’esthétique ne se limite ni à une réflexion sur le jugement de goût, ni au plaisir d’une réception passive ni à une science du beau. Aussi les critiques d’un bon goût normatif, la crise du grand art, les interrogations sur l’hypothétique universalité du beau ne sauraientelles autoriser que l’on prône un malaise ou un adieu à l’esthétique. Loin qu’il y ait à lui substituer une philosophie ou une théorie de l’art, il s’agit d’assurer à toute philosophie de l’art possible des fondements esthétiques. Étude des formes sensibles et de la manière dont elles nous affectent, l’esthétique est partie prenante des débats les plus actuels sur les émotions, la fiction, la construction du réel et le langage, elle instaure et continue de déployer des positions dont ce volume de Textes clés d’esthétique vise à faire la cartographie.

Avec des textes de Ch. Batteux, A. G. Baumgarten, E. Cassirer, J. Dewey, D. Diderot, K. Fiedler, J.W. von Goethe, E. Husserl, E. Kant, E. Panofsky, J.-J. Rousseau, F. von Schiller.

Trouver ce livre…