Soutenance de thèse : Isis von Plato, « Autonomie et réciprocité Friedrich Schiller et le projet d’une éducation esthétique à l’époque des Lumières »

Nous avons le plaisir de vous inviter à la soutenance de la thèse de doctorat d’Isis von Plato qui se tiendra le lundi 14 décembre 2015 :

« Autonomie et réciprocité : Friedrich Schiller et le projet d’une éducation esthétique à l’époque des Lumières »
Lundi 14 décembre, 14h
École Nationale Supérieure des Arts et Métiers, amphithéâtre Fournel
155, boulevard de l’Hôpital – 75 013 Paris

 

Composition du Jury :

Monsieur Christian BERNER, Professeur à l’Université Paris-Ouest Nanterre.
Madame Danièle COHN, Professeur à l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne.
Monsieur Laurent JAFFRO, Professeur à l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne.
Monsieur Pierre JUDET DE LA COMBE, Directeur d’études à l’E.H.E.S.S.
Monsieur Stefan MATUSCHEK, Professeur à la Friedrich-Schiller-Universität de Iéna.
Monsieur Bernard SÈVE, Professeur à l’Université Lille 3.

Résumé
Comment l’expérience de la liberté devient-elle sensible ? L’expérience esthétique peut-elle nous former à la liberté ? En critiquant les Lumières, et pour en sauver le geste initial, Friedrich Schiller est l’un des premiers penseurs à avertir ses contemporains des contradictions inhérentes à la liberté. Notamment dans les Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme écrites en 1795, il pointe le danger d’un totalitarisme inhumain, opéré au nom de la Raison. Aux yeux de Schiller, l’aspiration à la liberté est fondée sur l’éducation du sentiment ; et réciproquement, la culture du sentiment se fonde sur l’expérience de la liberté, dont l’expression est la beauté. Ce jeu d’aller-retour est un fil conducteur dans la pensée schillérienne et la manifestation typique du rapport entre autonomie et réciprocité. En prêtant attention à la langue de Schiller, il apparaît que le dialogue vivant est à la source de ses théories esthétiques qui privilégient la forme épistolaire. La correspondance entre Schiller et Goethe montre de manière exemplaire comment dans l’amitié chacun se forme au contact de l’autre à travers une poétique du dialogue. L’hypothèse selon laquelle l’adresse est constitutive de la pensée se trouve confirmée dans les lettres Kallias, dont l’objet est la définition du beau ainsi que la valeur de l’œuvre d’art. Par ailleurs, la maturation de l’individu et la question de son rôle au sein de la société se déploient dans le roman d’apprentissage. La visée de ce travail est de restituer la valeur d’une éducation esthétique aujourd’hui, de considérer ses enjeux politiques et sa portée éthique – de réhabiliter, en quelque sorte, le portrait de l’Aufklärer comme type humain.

Abstract :
How does the experience of freedom become sensible? What part does the aesthetic experience play in creating our freedom? By criticising the Enlightenment, and to save its initial gesture, Friedrich Schiller is one of the first thinkers to warn his contemporaries about the contradictions inherent in freedom. Particularly with his Letters on the aesthetic education of man, written in 1795, he highlights the danger of an inhumane totalitarianism undertaken on behalf of reason. For Schiller, the aspiration to freedom is based on the education of feeling; and reciprocally, the cultivation of feeling is based on the experience of freedom, that finds its expression in beauty. This interplay is a recurrent theme in Schiller’s thought and a typical manifestation of the relation between autonomy and reciprocity. By paying attention to Schiller’s language, it seems that lively dialogue is the source of his aesthetic theories that favour the epistolary form. The correspondence between Schiller and Goethe is an exemplary case of friendship that gives birth to each other’s autonomy through a poetic of dialogue. The hypothesis that the address is constitutive in the thought is confirmed by the Kallias letters, exchanged with Körner. Their object is the definition of beauty and the value of works of art. Furthermore, the maturation of an individual, and the question regarding his role in society, is developed in the Bildungsroman. The aim of this present work is to reproduce the value of the project of an aesthetic education for today, to consider its political and ethical significance – to re-establish, in a way, the portrait of the Aufklärer as a human type.

Soutenance de thèse : Pauline Nadrigny, « Le concept d’objet sonore : le problème de la perception dans la recherche musicale schaefferienne » (le 18 juin 2014)

Pauline Nadrigny (PhiCo/CEPA) soutiendra sa thèse pour l’obtention d’un Doctorat à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne :

 

« Le concept d’objet sonore : le problème de la perception dans la recherche musicale schaefferienne »

Thèse sous la direction d’André Charrak
le 18 juin 2014 – 14h
Salle Duroselle – Galerie Dumas
1 rue Victor Cousin, Paris 5e

 

Composition du jury

Danièle Cohn, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Christian Accaoui, Maître de conférences HDR, Université Paris 8
Frédéric de Buzon, Professeur, Université de Strasbourg
André Charrak, Maître de conférences HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Martin Kaltenecker, Maître de conférences HDR, Université Paris Diderot
Dominique Pradelle, Professeur, Université Paris-Sorbonne

 

Résumé

Cette thèse porte sur le concept d’objet sonore, élaboré par le fondateur du mouvement esthétique nommé « musique concrète » : Pierre Schaeffer, auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la perception du son dans une perspective musicale. À travers la généalogie de ce concept devenu très populaire en musique contemporaine, nous cherchons d’abord à montrer comment se construit une pensée esthétique originale par l’apport de modèles théoriques variés : sciences naturelles, linguistique, et surtout philosophie de la perception contemporaine – phénoménologie, structuralisme et théorie de la forme. Le concept d’objet sonore se construit en effet aussi bien par des gestes techniques – enregistrement et manipulation du son fixé, situation acousmatique – que par des gestes intellectuels radicaux – suspension de la référence au contexte d’émission du son, refus de la perspective de la physique acoustique, donc de d’explication du phénomène sonore au profit de sa description morphologique, étude généralisée de nos fonctions d’écoute (acoulogie). Cette appréhension du son «pour lui-même», qui se pense comme une application de l’épochè phénoménologique à l’écoute (écoute réduite) nous invite à penser les rapports ambigus pouvant se tisser entre une esthétique musicale particulière et la philosophie de la perception qu’elle convoque pour penser son objet. Plus généralement, ce travail vise donc à décrire le rôle d’une certaine philosophie de la perception dans l’émergence d’une appréhension plastique du phénomène sonore, phénomène qui résiste pourtant d’emblée à l’objectivation.

Mots-clés
perception sonore et musicale – objet sonore – acousmatique – électroacoustique – morphologie – musique expérimentale – théorie musicale et philosophie – phénoménologie de la musique

Soutenance de thèse : Cyril Crignon, « Le dripping de Jackson Pollock et le zip de Barnett Newman et les deux pôles de la construction du lieu dans la peinture à l’américaine » (le 20 février 2013)

Cyril Crignon (CEPA/PhiCo) soutiendra sa thèse pour le Doctorat de l’Université Paris I le mercredi 20 février 2013 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à 9h, en Salle Jean-Baptiste Duroselle.

Conduite sous la direction de Madame Danièle Cohn, cette thèse s’intitule :

« Le dripping de Jackson Pollock et le zip de Barnett Newman et les deux pôles de la construction du lieu dans la peinture à l’américaine »

 

Vous y êtes cordialement invités.
A l’issue de la soutenance, un pot sera offert.

Résumé
Pour mieux cerner l’optique dans laquelle la grande peinture américaine fut élaborée après la Seconde Guerre mondiale, cette étude élargit la focale par l’examen conjoint des œuvres de Barnett Newman et de Jackson Pollock. Sous des aspects contraires, toutes deux veulent en effet créer chez le spectateur un sens du lieu et nous rendre ainsi sensible la constitution de l’espace au lieu de nous en donner des représentations.
Rouvrant la discussion sur le modernisme entamée par Clement Greenberg, la thèse admet donc que cette peinture tient sa spécificité de ses réponses à la crise du tableau de chevalet diagnostiquée par le critique, et voit comment elles prennent en compte la question de la place du spectateur étudiée par Michael Fried dans la continuité de Greenberg. Vu la nature des questions que soulève la construction picturale du lieu, la thèse affirme cela dit la nécessité d’une approche philosophique. Ces questions ont trait à la spatialisation, au passage d’une forme a priori de la sensibilité à des formes sensibles procédant de l’expérience, à la relation entre le sujet et l’objet ainsi qu’à la position et à la réforme du sujet. La réflexion part ainsi du kantisme pour en dépasser les cadres stricts, naviguant entre l’idéalisme transcendantal et la phénoménologie. Elle
croise les références à Fichte, Husserl et Lévinas avec celles de l’esthétique et de l’histoire de l’art, en prenant soin de les ancrer dans l’analyse d’œuvres singulières. Elle espère ainsi mieux saisir la manière dont ces œuvres produisent du sens en dehors des voies de l’iconographie et déterminer les significations historiques qui s’y rattachent. Une définition plus large du modernisme est ici en jeu, ainsi qu’une conception de l’abstraction qui en affirme le socle anthropologique et la fonction cognitive.

 

Informations pratiques
Merci d’arriver à 8h45
Salle Jean-Baptiste Duroselle 1 rue Victor Cousin, Paris Vè
Accès par la place de la Sorbonne, premier couloir à droite dans la galerie J.-B. Dumas, au rez-de-chaussée