Journée d’études des doctorants du CEPA

Les doctorants du CEPA présenteront leurs travaux en groupe de travail fermé le samedi 10 juin, en salle Lalande, de 9h30 à 16h30.

Programme de la journée

Matinée : Musique, arts sonores, poésie concrète

9h30-10h30
Julia Raymond : « Le Fonds d’archives Jean-Jacques Lebel : l’exploration des états poétiques depuis 1955. »

10h30-11h30
Catherine Guesde : « Le haut volume sonore comme matériau musical : une esthétique des seuils »

11h30-12h30
Wilfried Bossier : « Le Son comme bouclier de Persée: phénoménologie de l’audible dans l’expérience esthétique de l’art contemporain »

12h30-14h00
Pause déjeuner

Après-midi : Architecture

14h00-15h00
Raphaëlle Cazal : « La symétrie : rythme de l’espace architectural ? »

15h00-16h00
Hugues-Antoine Naïk : « La vitalité de l’architecture: le gothique selon John Ruskin (1819-1900) »

16h00-16h30
Conclusions et discussions

 

Séminaire « La part de l’oreille : physiologie et esthétique musicale »

Le séminaire « Théorie musicale et philosophie » reprend, avec cette année, pour thème, « La part de l’oreille : esthétique musicale et physiologie » ; il est à présent co-organisé par André Charrak, Catherine Guesde et Margaux Thura.

La prochaine séance se tiendra le :

Mercredi 13 avril 2016 (18h30 – 20h30)
Sabine Plaud (SIRIS Academic)
« Des faits dans la perception aux faits dans la proposition : l’articulation entre signe et image chez Hermann von Helmholtz et Ludwig Wittgenstein »
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre Michelet, Salle 311
3 rue Michelet – 75 006 Paris

La part de l’oreille : physiologie et esthétique musicale
Par rapport aux autres arts, la musique a souvent été discriminée au prétexte qu’elle sollicite les sens de manière plus vive et plus évidente. Ce « beau jeu des sensations », formule kantienne que l’on aime à rappeler, manquerait alors d’urbanité, forçant notre oreille sans paupière à entendre, et provoquant dans le corps diverses réactions que l’on a pu relier aux secousses provoquées par le rire (Kant), à un « affect brutal et sauvage » (E. Hanslick) ou encore à un « bien-être physiologique » (Nietzsche).
Loin d’inviter au repli sur soi et au relativisme, cette spécificité constitue un défi pour la compréhension du plaisir musical ; c’est elle qui a permis la naissance de disciplines originales et de nouveaux problèmes scientifiques. D’abord considérée comme un obstacle à ce que la musique soit admise au rang des beaux-arts, la place du corps a progressivement appelé une implication importante des sciences de la nature dans l’étude du plaisir musical, de la mathématisation de l’harmonie au XVIIe siècle aux neurosciences, en passant par la psychologie empirique et l’acoustique. Faisant du corps sensible un objet d’étude, les sciences du son, aussi éloignées historiquement et méthodologiquement soient-elles, permettent de comprendre que l’on peut quantifier les sensations, localiser le lieu de leur traitement et observer, dans le corps, la métamorphoses des vibrations sonores.
Comme chacune de ces sciences propose un point de vue sur le devenir de la sensation sonore, elle renouvelle la possibilité de construire une théorie objective de l’expérience esthétique. La question qui demeure concernant cette expérience toujours singulière est celle qui se pose pour toute science de l’homme : l’expérience en première personne peut-elle véritablement être saisie par ces approches du corps ? Quel est le prix à payer pour l’objectivité ? Plus encore, nous serons amené.e.s à interroger la pertinence du couple sujet/objet dans l’esthétique musicale, et à voir comment les sciences physiologiquement fondées abîment et retravaillent la dualité subjectif/objectif.
Prenant acte de ces tensions, ce séminaire puisera dans l’histoire des théories scientifiques du XVIIe à nos jours, afin de voir comment les différentes approches des sensations musicales ont conçu l’articulation entre le corps de l’auditeur et son expérience esthétique, en faisant fonds sur la question de la polarité plaisir/ déplaisir en musique, et de son articulation à la question du beau et du laid musicaux. On interrogera, au prisme de ces approches scientifiques, l’efficience de cette polarité classique entre plaisir et douleur.

Séminaire La part de l'oreille - Sabine Plaud

Soutenance de thèse : Isis von Plato, « Autonomie et réciprocité Friedrich Schiller et le projet d’une éducation esthétique à l’époque des Lumières »

Nous avons le plaisir de vous inviter à la soutenance de la thèse de doctorat d’Isis von Plato qui se tiendra le lundi 14 décembre 2015 :

« Autonomie et réciprocité : Friedrich Schiller et le projet d’une éducation esthétique à l’époque des Lumières »
Lundi 14 décembre, 14h
École Nationale Supérieure des Arts et Métiers, amphithéâtre Fournel
155, boulevard de l’Hôpital – 75 013 Paris

 

Composition du Jury :

Monsieur Christian BERNER, Professeur à l’Université Paris-Ouest Nanterre.
Madame Danièle COHN, Professeur à l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne.
Monsieur Laurent JAFFRO, Professeur à l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne.
Monsieur Pierre JUDET DE LA COMBE, Directeur d’études à l’E.H.E.S.S.
Monsieur Stefan MATUSCHEK, Professeur à la Friedrich-Schiller-Universität de Iéna.
Monsieur Bernard SÈVE, Professeur à l’Université Lille 3.

Résumé
Comment l’expérience de la liberté devient-elle sensible ? L’expérience esthétique peut-elle nous former à la liberté ? En critiquant les Lumières, et pour en sauver le geste initial, Friedrich Schiller est l’un des premiers penseurs à avertir ses contemporains des contradictions inhérentes à la liberté. Notamment dans les Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme écrites en 1795, il pointe le danger d’un totalitarisme inhumain, opéré au nom de la Raison. Aux yeux de Schiller, l’aspiration à la liberté est fondée sur l’éducation du sentiment ; et réciproquement, la culture du sentiment se fonde sur l’expérience de la liberté, dont l’expression est la beauté. Ce jeu d’aller-retour est un fil conducteur dans la pensée schillérienne et la manifestation typique du rapport entre autonomie et réciprocité. En prêtant attention à la langue de Schiller, il apparaît que le dialogue vivant est à la source de ses théories esthétiques qui privilégient la forme épistolaire. La correspondance entre Schiller et Goethe montre de manière exemplaire comment dans l’amitié chacun se forme au contact de l’autre à travers une poétique du dialogue. L’hypothèse selon laquelle l’adresse est constitutive de la pensée se trouve confirmée dans les lettres Kallias, dont l’objet est la définition du beau ainsi que la valeur de l’œuvre d’art. Par ailleurs, la maturation de l’individu et la question de son rôle au sein de la société se déploient dans le roman d’apprentissage. La visée de ce travail est de restituer la valeur d’une éducation esthétique aujourd’hui, de considérer ses enjeux politiques et sa portée éthique – de réhabiliter, en quelque sorte, le portrait de l’Aufklärer comme type humain.

Abstract :
How does the experience of freedom become sensible? What part does the aesthetic experience play in creating our freedom? By criticising the Enlightenment, and to save its initial gesture, Friedrich Schiller is one of the first thinkers to warn his contemporaries about the contradictions inherent in freedom. Particularly with his Letters on the aesthetic education of man, written in 1795, he highlights the danger of an inhumane totalitarianism undertaken on behalf of reason. For Schiller, the aspiration to freedom is based on the education of feeling; and reciprocally, the cultivation of feeling is based on the experience of freedom, that finds its expression in beauty. This interplay is a recurrent theme in Schiller’s thought and a typical manifestation of the relation between autonomy and reciprocity. By paying attention to Schiller’s language, it seems that lively dialogue is the source of his aesthetic theories that favour the epistolary form. The correspondence between Schiller and Goethe is an exemplary case of friendship that gives birth to each other’s autonomy through a poetic of dialogue. The hypothesis that the address is constitutive in the thought is confirmed by the Kallias letters, exchanged with Körner. Their object is the definition of beauty and the value of works of art. Furthermore, the maturation of an individual, and the question regarding his role in society, is developed in the Bildungsroman. The aim of this present work is to reproduce the value of the project of an aesthetic education for today, to consider its political and ethical significance – to re-establish, in a way, the portrait of the Aufklärer as a human type.

Séminaire des doctorants du CEPA

Les doctorants du CEPA se réuniront en groupe de travail fermé une fois par mois, à compter du mois de novembre 2014. Ces séances seront alternativement consacrés au commentaire et à la discussion du travail d’un doctorant, ou à la lecture de textes fondamentaux de l’esthétique.
Au programme des séances à venir :

Lundi 24 novembre
Raphaëlle Cazal (PhiCo/CEPA) : « Le concept de finalité sans fin dans la Critique de la faculté de juger »

Vendredi 19 décembre
Isis von Plato (PhiCo/CEPA) : « L’amitié formatrice : l’exemple de la correspondance entre Goethe et Schiller »

 Lundi 16 janvier
Catherine Guesde (PhiCo/CEPA) : « La musique dans le système des beaux-arts kantien »

[Appel à contributions] Journées doctorales de PhiCo – 2014/2015

Comme chaque année, l’équipe Philosophies Contemporaines organise une rencontre de ses doctorant.e.s, à laquelle vous êtes chaleureusement convié.e.s, que ce soit pour y assister ou pour y participer. L’objectif de ces journées est de permettre aux doctorant.e.s des trois composantes de Philosophies Contemporaines, à savoir EXeCO, le CEPA et NoSoPhi, de se rencontrer en présentant leur sujet de recherche et en découvrant ceux des autres.

L’atelier est organisé spécialement pour les doctorant.e.s de Philosophies Contemporaines, pour les nouveaux/nouvelles arrivant.e.s comme pour les doctorant.e.s plus avancé.e.s ! Il s’agit d’une occasion de présenter sur un point précis l’état de vos recherches et d’avoir un retour et des discussions fructueuses avec les autres doctorant.e.s. Ce genre d’occasion et de rencontre entre les doctorant.e.s des trois composantes étant plutôt rare, votre présence et vos participations sont précieuses. Même si vous ne présentez pas d’intervention, n’hésitez pas à venir aux journées : plus nous serons nombreuses/nombreux, plus elles seront passionnantes et profitables pour tou.te.s. De manière à ce que vous vous sentiez libre de développer le sujet de votre préférence, il n’y a aucun thème imposé.

Les journées se tiendront les 21 et 28 mars 2015 . Chaque communication durera entre 35 et 40 minutes. Si vous souhaitez participer, vous avez jusqu’au 5 janvier 2015 pour envoyer une proposition de communication d’une dizaine de lignes et un titre, en indiquant si vous avez une date préférée, à l’organisatrice de votre composante :

Camille Ternier pour NoSoPhi ( terniercamille@gmail.com )
Raphaëlle Cazal pour le CEPA ( raphaelle.cazal@gmail.com )
Mona Gérardin-Laverge pour EXeCO ( m.o.n.a@live.fr )
Dans l’espoir de vous rencontrer prochainement,

Les organisatrices, Camille Ternier, Raphaëlle Cazal et Mona Gérardin-Laverge

Soutenance de thèse : Pauline Nadrigny, « Le concept d’objet sonore : le problème de la perception dans la recherche musicale schaefferienne » (le 18 juin 2014)

Pauline Nadrigny (PhiCo/CEPA) soutiendra sa thèse pour l’obtention d’un Doctorat à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne :

 

« Le concept d’objet sonore : le problème de la perception dans la recherche musicale schaefferienne »

Thèse sous la direction d’André Charrak
le 18 juin 2014 – 14h
Salle Duroselle – Galerie Dumas
1 rue Victor Cousin, Paris 5e

 

Composition du jury

Danièle Cohn, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Christian Accaoui, Maître de conférences HDR, Université Paris 8
Frédéric de Buzon, Professeur, Université de Strasbourg
André Charrak, Maître de conférences HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Martin Kaltenecker, Maître de conférences HDR, Université Paris Diderot
Dominique Pradelle, Professeur, Université Paris-Sorbonne

 

Résumé

Cette thèse porte sur le concept d’objet sonore, élaboré par le fondateur du mouvement esthétique nommé « musique concrète » : Pierre Schaeffer, auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la perception du son dans une perspective musicale. À travers la généalogie de ce concept devenu très populaire en musique contemporaine, nous cherchons d’abord à montrer comment se construit une pensée esthétique originale par l’apport de modèles théoriques variés : sciences naturelles, linguistique, et surtout philosophie de la perception contemporaine – phénoménologie, structuralisme et théorie de la forme. Le concept d’objet sonore se construit en effet aussi bien par des gestes techniques – enregistrement et manipulation du son fixé, situation acousmatique – que par des gestes intellectuels radicaux – suspension de la référence au contexte d’émission du son, refus de la perspective de la physique acoustique, donc de d’explication du phénomène sonore au profit de sa description morphologique, étude généralisée de nos fonctions d’écoute (acoulogie). Cette appréhension du son «pour lui-même», qui se pense comme une application de l’épochè phénoménologique à l’écoute (écoute réduite) nous invite à penser les rapports ambigus pouvant se tisser entre une esthétique musicale particulière et la philosophie de la perception qu’elle convoque pour penser son objet. Plus généralement, ce travail vise donc à décrire le rôle d’une certaine philosophie de la perception dans l’émergence d’une appréhension plastique du phénomène sonore, phénomène qui résiste pourtant d’emblée à l’objectivation.

Mots-clés
perception sonore et musicale – objet sonore – acousmatique – électroacoustique – morphologie – musique expérimentale – théorie musicale et philosophie – phénoménologie de la musique

Séminaire « Théorie musicale et philosophie : l’écoute  » le 28 mai 2014

affiche 28

 

 

 

 

Le rock était-il audible à Avignon en 1954 ? L’analyse de la presse locale comme méthode d’enquête socio-historique. Perspectives et limites.
Philippe Le Guern (Bergerie du Mouton Poète, Plateau du Cézallier)

Dans son article « Why 1955 ? Explaining the advent of rock music », Richard Peterson s’interroge sur l’acte de naissance du rock’n’roll et sur la possibilité d’en produire une périodisation. Traduit dans un ouvrage pionnier édité par Patrick Mignon et Antoine Hennnion en 1991, cet article va jouer en France un rôle structurant et servir de matrice à toute une série de travaux sur l’histoire du rock. En resituant les origines de cette musique dans un contexte social, technique et économique spécifique, l’article de Peterson a fait de l’année 1955 une période charnière, celle de la naissance du rock : si on peut interroger le caractère conventionnel de cette date, on doit aussi admettre que le travail de Peterson a attiré l’attention sur la limite des hypothèses – que nous pourrions qualifier de neo-weberiennes – qui font du « charisme spécifique » (Dericquebourg, 2007) attribué aux vedettes du rock (dont Elvis Presley incarnerait l’idéal-type) une des principales condition de possibilité de l’émergence de cette musique. Reste que l’article séminal de Peterson traite d’une aire culturelle spécifique : les Etats-Unis. Or, on peut se demander si cette histoire du rock est transposable au cas de la France, si les conditions sociales, économiques et techniques qui en accompagnent l’émergence sont universelles ou purement locales, et aussi quelle est leur vitesse de pénétration dans l’hexagone. Certes, de nombreuses histoires locales du rock – à Nantes, au Havre, à Laval, etc. – ont vu le jour ces dernières années, le plus souvent rédigées par des « érudits passionnés » plus ou moins extérieurs au monde académique.
Mais à contre-courant d’une histoire du rock qui met en avant les principaux tropes du Star-System et ses « grandes figures » (vedettes, festivals renommés, scènes ou lieux emblématiques tels la Cavern des Beatles ou l’Hacienda à Manchester…), nous avons ici choisi de penser l’histoire du rock et de son écoute à l’échelle locale, à partir d’un terrain plus « ordinaire» et provincial, la ville d’Avignon : cité phare de l’activité théâtrale, celle-ci n’est en effet guère connue pour sa scène rock. En nous centrant sur l’analyse des archives de la presse locale – tout particulièrement le Dauphiné libéré – et sur la façon dont le discours médiatique met en scène les premières représentations d’une culture rock émergente, nous chercherons à comprendre qu’elle place y occupait cette musique de 1954 à 1964 et quelles étaient les conditions sociales qui la rendaient écoutable voire audible.

Forums, fictions et perceptions. À l’écoute d’Hatsune Miku.
Maël Guesdon (CRAL, EHESS – Paris Ouest)

Hatsune Miku est une star holographique crée en 2007 par Crypton Futur Media, pour personnifier – et promouvoir par ce biais – un logiciel de synthèse vocale. Tout acheteur du logiciel peut créer des morceaux sur lesquels Hatsune Miku chante puis réaliser des clips mettant en scène la star. Ces morceaux et les clips qui les accompagnent sont ensuite postés sur des forums où ils sont commentés, évalués par une communauté de fans.

La communication de Crypton Futur Media articule cette promesse démocratisante avec les caractéristiques classiques de la star que l’image holographique exacerbe et transforme. Je me propose d’analyser ce dispositif d’écoute en tentant de comprendre entre autres comment se recomposent de manière sous-jacente des structures hiérarchisantes de production et de réception. J’étudierai par ailleurs – à travers les fanfictions, les clips et les paroles des morceaux – le statut fictionnel spécifique d’Hatsune Miku.

 

 

Séminaire « Théorie musicale et philosophie : l’écoute » – Martin Kaltenecker, André Timponi (le 29 janvier 2014)

Théorie musicale et philosophie – L'écoute – Deuxième séance

 

 

Martin Kaltenecker – Les théories sur l’écoute musicale chez Günter Anders

J’aimerais revenir sur les deux textes où Günter Stern-Anders développe une théorie de l’écoute musicale. Le premier, un article intitulé « Contribution à une phénoménologie de l’écoute » (1927), a été traduit en français. Le second est resté inédit et je travaille actuellement à sa traduction et à son commentaire. Il s’agit des Philosophische Untersuchungen über musikalische Situationen [Analyses philosophiques de situations musicales] (1929-1930). Stern part de l’idée d’une coréalisation [Mitvollzug] par l’auditeur de la musique, la possibilité d’être ailleurs, de devenir autre chose, de nous transcender, cette liberté que nous indique la musique de dire « ce que j’ai n’est pas tout ». Stern décrit plusieurs modalités de ce qu’il nomme une « situation », à la fois chute hors du monde et lien revissé avec l’existence, absentement et dépassement, ou encore « métamorphose de l’homme en l’une de ses dimensions » (PU, p. 88).
Stern distingue ensuite entre deux types d’écoute : l’écoute à l’affût [Lauschen] qui fait l’objet d’une brillante analyse, une écoute qui est attente « d’une voix qui vient », attention vers ce qui vient « de nulle part », vers ce qui est ni proche, ni lointain, indiquant la possibilité d’une « transcendance » (PU, p. 148-151). L’écoute à proprement parler (adaptée à l’objet complexe, voire inhumain), combine « la distance et l’adéquation » (PU, p. 181), mais s’expose aussi à ce qui est peut-être un inconnaissable – recourant à Kant, Stern la relie au débordement sublime, à une puissance : l’objet (complexe) apparaît comme un pouvoir (PU, p. 182).

André Timponi (CRAL) – Les bruits de la radiophonie à ses débuts. Pratiques, représentations, savoirs.

Entre fascination et répulsion, savoir scientifique et imaginaire technique, interventions juridiques et décrets administratifs, les crachements, sifflements, ronflements, roulements, auxquels renvoie encore aujourd’hui l’idée de la première radio, ont représenté une dimension de l’histoire de ce média que l’historiographie de référence en la matière semble avoir sinon négligée, du moins réduite à des considérations ponctuelles et peu documentées. Si les perturbations radioélectriques, les bruits parasites, les distorsions, suscitent de vives réactions d’auditeurs depuis le tout début de la TSF, le problème s’aggrave lorsque l’amplification, l’usage des lampes et des haut-parleurs, devient une opération courante dans les montages d’appareils récepteurs.
Dans la perspective d’une histoire culturelle de l’écoute, cette intervention tentera d’éclairer la question des bruits aux débuts de la radiophonie, en prêtant une attention particulière à la technique, à quelques objets manipulés par ces auditeurs-opérateurs, ces bricoleurs du son qui furent les sans-filistes, ainsi qu’aux compétences d’écoute requises dans le domaine de la radioélectricité, dont la rigueur scientifique reposait largement sur l’acuité auditive de l’observateur.

Appel à contributions : Journées doctorales PhiCo 2013/2014 (8 et 15 mars 2014)

Chers Doctorantes et Doctorants de Philosophies Contemporaines,

Comme chaque année, l’équipe Philosophies Contemporaines organise une rencontre de ses doctorants, à laquelle vous êtes chaleureusement conviés, que ce soit pour y assister ou pour y participer. L’objectif de ces journées est de permettre aux doctorants des trois composantes de Philosophies Contemporaines, à savoir EXeCO, le CEPA et NoSoPhi, de se rencontrer en présentant leur sujet de recherche et en découvrant ceux des autres.

L’atelier est organisé spécialement pour les doctorants de Philosophies Contemporaines, pour les tout nouveaux arrivants comme pour les doctorants plus avancés ! Il s’agit d’une occasion de présenter sur un point précis l’état de vos recherches et d’avoir un retour et des discussions fructueuses avec les autres doctorants. Ce genre d’occasion et de rencontre entre les doctorants des trois composantes étant plutôt rare, votre présence et vos participations sont précieuses. Même si vous ne présentez pas d’intervention, n’hésitez pas à venir aux journées : plus nous serons nombreux, plus elles seront passionnantes et profitables pour tous.

De manière à ce que vous vous sentiez libre de développer le sujet de votre préférence, il n’y a aucun thème imposé.

Les journées se tiendront les 8 (après-midi) et 15 mars 2014 (avec la possibilité de prévoir une troisième journée, selon le nombre de contributions proposées).

Si vous souhaitez participer, envoyez une proposition de communication de quelques lignes (une dizaine environ), ainsi qu’un titre d’ici début janvier (deadline : le 06 janvier), à l’organisateur de votre composante :

Sonia Boussange pour NoSoPhi (sonia.boussange[at]gmail.com)
Catherine Guesde pour le CEPA (cguesde[at]yahoo.fr)
Jeanne-Marie Roux pour EXeCO (jeanne-marie.roux[at]univ-paris1.fr)

Dans l’espoir de vous rencontrer prochainement,

Les organisateurs, Sonia Boussange, Raphaëlle Cazal, Catherine Guesde et Jeanne-Marie Roux

L’équipe Phico (Philosophies Contemporaines – EA3562, dir. Sandra Laugier) :

(1) EXeCO (Expérience et connaissance, resp. Philippe Büttgen) explore les questions présentes de la philosophie dans trois directions : (a) les rapports entre langage, esprit et expérience, au moyen notamment de la philosophie du langage ordinaire, ainsi que ses conséquences éthiques, (b) l’étude générale de la phénoménologie, aussi bien dans sa tradition que dans son rapport à la philosophie analytique, (c) la philosophie française contemporaine, de la psychanalyse à Foucault en passant par la métaphysique.

(2) Culture, Esthétique et Philosophie de l’Art (CEPA, resp. Danièle Cohn) développe des recherches sur les normativités esthétiques en partant de la définition de l’esthétique comme étude des formes sensibles et des façons dont elles nous affectent, connaissance sensible autant que connaissance du sensible. Ouverte à l’histoire des arts et à la critique d’art, l’esthétique est capable de produire une connaissance de l’activité artistique, activité qui est à la fois une poièsis, une pratique et une technique

(3) NoSoPhi (Normes, Sociétés, Philosophies, resp. Jean-François Kervégan) interroge les rapports entre les normes et les réalités juridiques, économiques, sociales et politiques. Ses premiers objets sont les doctrines normatives contemporaines et, notamment, les théories de la justice, dont on étudie l’argumentation et le développement conceptuel.

Séminaire Esthétique et morale : « Enjeux moraux des violences sonores » (le 29 novembre 2013)

Vendredi 29 novembre, à 18h, au 17, rue de Tolbiac, nous aurons le plaisir de vous convier à notre nouvelle séance du séminaire Esthétique & Morale dont le thème sera :

« Enjeux moraux des violences sonores »

Gérôme Guibert (Maître de conférence en sociologie, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
« Hotter Than Hell » Le Metal au prisme de la religion
Sociologie d’une controverse au sein de la sphère publique

Catherine Guesde (doctorante Paris 1 – CEPA)
L’éducation de l’écoute est-elle une éducation des valeurs ?
Le cas des musiques noise

Informations pratiques : 17 rue de Tolbiac, salle 501 (5e étage)
75013 Paris (Métro Bibliothèque François Mitterrand)

Présentation :

Gérôme Guibert (Maître de conférence en sociologie, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
« Hotter Than Hell » Le Metal au prisme de la religion
Sociologie d’une controverse au sein de la sphère publique

Les cultures musicales qui se revendiquent du heavy metal plongent leurs racines dans les mouvements de la contre-culture des années 60. Parmi leurs sources d’inspiration, on trouve les mouvements spirituels pré-monothéistes, ou façonnés par les croyances populaires. Initialement envisagé comme une réponse de la jeunesse ouvrière au mouvement hippie, le heavy metal fait sien une mythologie du satanisme et du paganisme, qu’il utilise en signe de résistance aux cultures dominantes, incarnées par les institutions religieuses, sans que ses membres revendiquent pour autant une appartenance politique unique. Riche d’une quarantaine années d’existence, la musique metal a produit un système symbolique constitutif de sa communauté mais aujourd’hui difficilement compréhensible par le néophyte. Entre 2007 et 2010, une violente polémique a éclaté autour du Hellfest, un festival de musique metal qui se tient chaque année, trois jours durant, dans l’Ouest de la France. Des organisations catholiques conservatrices, soutenues par plusieurs partis politiques, ont estimé que les attaques envers la religion devenaient excessives et que les groupes programmés pouvaient porter préjudice à la vie en commun. A partir d’une étude de terrain ethnographique (2007 à 2011), d’une revue de la presse locale et d’outils théoriques empruntés à l’analyse de l’espace public (Habermas, Fraser), nous tâcherons d’expliquer les ressorts de cette situation.

Catherine Guesde (doctorante Paris 1 – CEPA)
L’éducation de l’écoute est-elle une éducation des valeurs ?
Le cas des musiques noise

Les musiques noise se sont construites en opposition non seulement aux canons de beauté, mais aussi à l’idée de musique même. Renonçant à la mélodie et à la structure au profit d’une valorisation de l’informe et de la texture, elles impliquent, pour être appréciées, une éducation de l’écoute dans laquelle le laid et le chaotique deviennent source de plaisir. Cette inversion d’une sensibilité commune suppose-t-elle également un changement dans la sensibilité morale ? L’éducation des sens est-elle également une éducation des valeurs ? Nous tenterons de répondre à cette question en cherchant à saisir, à partir de témoignages d’auditeurs, la nature du plaisir esthétique propre à ces musiques.

Séminaire Théorie musicale et philosophie : Danièle Cohn, « Entre voir et écouter : les années d’apprentissage du ‘Parsifal’ de Wagner » (le 27 novembre)

Le séminaire « Théorie musicale et philosophie » reprendra le 27 novembre prochain, avec pour thème annuel « L’écoute ».

Séminaire « Théorie Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
Séminaire « Théorie musicale et philosophie » – 2013-2014 (PhiCo/CEPA)
Animé par André Charrak, Pauline Nadrigny & Catherine Guesde

L’écoute
Séance d’ouverture
Mercredi 27 Novembre 2013 – 18h30-20h

Introduction
par Catherine Guesde et Pauline Nadrigny
~
Danièle Cohn (Paris 1)
« Entre voir et écouter, les années d’apprentissage du « Parsifal » de Wagner. »
~
Discussion

 

Salle Lalande, UFR de Philosophie
17 rue de la Sorbonne
Escalier C
75005 PARIS

Présentation :

Les vingt dernières années ont vu s’opérer un déplacement d’attention dans les études musicales : plutôt que de porter seulement sur les œuvres mêmes, de nombreuses disciplines ont intégré dans leurs réflexions les médiations et les voies d’accès aux œuvres, en s’intéressant notamment à la question de l’écoute. De telles recherches se sont développées aussi bien en musicologie (Martin Kaltenecker) qu’en sociologie (Antoine Hennion) ou en philosophie (Peter Szendy). Plus récemment, plusieurs colloques (« Figures de l’écoute : Circonstances, usages, métaphores », EHESS, 2012) et numéros de revue (Droit de cité n°4, « L’oreille » ; Volume ! n°10-1 sur l’écoute des musiques populaires) ont cherché à aborder cette question en faisant la part belle aux sciences sociales, et, parfois, à la philosophie (c’est le cas du séminaire « A l’écoute des musiques électriques » organisé par le CIPh).

Prenant acte du foisonnement des recherches dans ce champ, nous souhaiterions, dans le cadre de ce séminaire, mesurer les apports de ces réflexions pour l’esthétique musicale. La question de l’écoute semble en effet cardinale pour l’esthétique, dans la mesure où elle permet d’articuler le pôle du sujet écoutant et celui de l’objet musical, en interrogeant la nature de leur relation. Pour autant, il nous paraît essentiel, pour l’aborder dans cette perspective, de prendre en compte les travaux menés dans d’autres disciplines (musicologie, ethnomusicologie, sociologie, histoire), afin non seulement d’arrimer la réflexion esthétique à des enquêtes empiriques, mais aussi de confronter les méthodes et les résultats.

Ce séminaire examinera la multiplicité des figures de l’écoute, dans leur historicité et leurs modifications contemporaines, dans une perspective interdisciplinaire avec, en ligne de mire, une interrogation d’ordre esthétique concernant la configuration mutuelle de l’œuvre et de l’auditeur dans l’écoute. L’activité d’écoute sera interrogée en elle-même, avec la question de savoir quelles facultés ou sens elle met en jeu. Nous interrogerons également l’opposition entre une écoute structurale et une écoute esthésique, avec la question de savoir dans quel mesure l’écoute voile l’accès à l’œuvre en même temps qu’elle le rend possible. Mais il s’agira également de voir comment des changements sociaux, culturels et historiques infléchissent les pratiques d’écoute.

Colloque « Culture, modernité, individu : autour de l’œuvre de Georg Simmel » (11-12 octobre 2013)

Le colloque « Culture, modernité, individu : autour de l’œuvre de Georg Simmel », organisé par Matthieu Amat (EXeCO) et Muriel Van Vliet (CEPA), se tiendra les 11 et 12 octobre prochains, à l’Université Paris 1 et au Collège Sainte-Barbe.

 

Programme

 

Vendredi 11 octobre

Amphithéâtre du Collège Sainte-Barbe
4, rue de Valette
75 005 Paris

Individu et culture

Président de séance : Gregor FITZI (Université d’Oldenburg, AST)

14h : Accueil des participants, introduction

14h15 : Patrick WATIER (Strasbourg, LCSE) : Les différentes conceptions de l’individu et leur rapport à la culture.

15h : Aurélien BERLAN (Univ. Rennes 1) : Individualité ou indépendance ? L’évolution moderne du sens de la liberté selon Simmel.

16h : Denis KAMBOUCHNER (Paris 1, CEPA) : Quelques remarques sur Simmel et le problème de la pédagogie.

16h45 : Matthieu AMAT (Paris 1, EXeCO) : L’individu comme “point d’intersection”. Notes sur l’évolution d’un motif simmélien.

 

Samedi 12 octobre

Salle Cavaillès
Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
75 005 Paris
17 rue de la Sorbonne / Esc. C 1er étage

Style et culture

Présidente de séance: Danièle COHN (Paris 1, PhiCo/CEPA)

9h : Accueil des participants.

9h15 : Enno RUDOLPH (Lucerne) : Kunst und Kulturkritik: Simmel und Nietzsche.

10h : Jacques-Olivier BÉGOT (Paris 7, UMR 8547) : Goethe éducateur.

11h : Denis THOUARD (CNRS) : Simmel, Cassirer et l’Urphénoménologie goethéenne.

11h45 : Muriel VAN VLIET (Paris 1, CEPA): L’avènement du paysage selon Simmel : l’encadrement de l’individu dans le tableau.

Société, culture et cultures

Président de séance : Philippe BÜTTGEN (Paris 1, PhiCo/EXeCO)

14h30 : Gregor FITZI (Oldenburg, AST) : La fondation de la théorie de la culture chez Simmel: une science sociale de la multiplicité des valeurs dans les sociétés complexes.

15h15 : Amalia BARBOZA (Saarbrücken) : Die Materialität der Kultur. Georg Simmels Beitrag zu einer Soziologie der Bildhauerei.

16h15 : Ralph MÜLLER (Zürich) : Philosophie der Kultur oder einer Kultur?

 

Affiche colloque Simmel 

Soutenance de thèse : Cyril Crignon, « Le dripping de Jackson Pollock et le zip de Barnett Newman et les deux pôles de la construction du lieu dans la peinture à l’américaine » (le 20 février 2013)

Cyril Crignon (CEPA/PhiCo) soutiendra sa thèse pour le Doctorat de l’Université Paris I le mercredi 20 février 2013 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à 9h, en Salle Jean-Baptiste Duroselle.

Conduite sous la direction de Madame Danièle Cohn, cette thèse s’intitule :

« Le dripping de Jackson Pollock et le zip de Barnett Newman et les deux pôles de la construction du lieu dans la peinture à l’américaine »

 

Vous y êtes cordialement invités.
A l’issue de la soutenance, un pot sera offert.

Résumé
Pour mieux cerner l’optique dans laquelle la grande peinture américaine fut élaborée après la Seconde Guerre mondiale, cette étude élargit la focale par l’examen conjoint des œuvres de Barnett Newman et de Jackson Pollock. Sous des aspects contraires, toutes deux veulent en effet créer chez le spectateur un sens du lieu et nous rendre ainsi sensible la constitution de l’espace au lieu de nous en donner des représentations.
Rouvrant la discussion sur le modernisme entamée par Clement Greenberg, la thèse admet donc que cette peinture tient sa spécificité de ses réponses à la crise du tableau de chevalet diagnostiquée par le critique, et voit comment elles prennent en compte la question de la place du spectateur étudiée par Michael Fried dans la continuité de Greenberg. Vu la nature des questions que soulève la construction picturale du lieu, la thèse affirme cela dit la nécessité d’une approche philosophique. Ces questions ont trait à la spatialisation, au passage d’une forme a priori de la sensibilité à des formes sensibles procédant de l’expérience, à la relation entre le sujet et l’objet ainsi qu’à la position et à la réforme du sujet. La réflexion part ainsi du kantisme pour en dépasser les cadres stricts, naviguant entre l’idéalisme transcendantal et la phénoménologie. Elle
croise les références à Fichte, Husserl et Lévinas avec celles de l’esthétique et de l’histoire de l’art, en prenant soin de les ancrer dans l’analyse d’œuvres singulières. Elle espère ainsi mieux saisir la manière dont ces œuvres produisent du sens en dehors des voies de l’iconographie et déterminer les significations historiques qui s’y rattachent. Une définition plus large du modernisme est ici en jeu, ainsi qu’une conception de l’abstraction qui en affirme le socle anthropologique et la fonction cognitive.

 

Informations pratiques
Merci d’arriver à 8h45
Salle Jean-Baptiste Duroselle 1 rue Victor Cousin, Paris Vè
Accès par la place de la Sorbonne, premier couloir à droite dans la galerie J.-B. Dumas, au rez-de-chaussée