Atelier « Esthétique et morale » : André Charrak, « De l’ethos aux effets. Sur un basculement moderne dans l’approche morale de l’écriture musicale. » (le 19 avril 2013)

La deuxième séance de l’atelier « Esthétique et morale » se tiendra le 19 avril 2013, et le thème en sera :

« De l’ethos aux effets. Sur un basculement moderne dans l’approche morale de l’écriture musicale. »
Présentation d’André Charrak (PhiCo/CEPA)
le 19 avril 2013 – 17h-19h

 

Informations pratiques :
Salle 501 (5e étage)
17 rue de Tolbiac – 75 013 Paris

 

Séminaire « Spatialisations de la mémoire » : Cyril Crignon, « Comment la peinture du champ coloré peut-elle spatialiser une mémoire de la Shoah ? » (samedi 9 mars 2013)

La prochaine séance du séminaire « Spatialisations de la mémoire » se tiendra le samedi 9 mars de 10h30 à 12h à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Elle sera animée par Cyril Crignon, et s’intitule « ‘Stations of the Cross’ de Barnett Newman : comment la peinture du champ coloré peut-elle spatialiser une mémoire de la Shoah ? »

Voir le programme complet…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Informations pratiques :
17 rue de la Sorbonne
UFR de Philosophie, Salle Lalande (esc. C, 1er étage)

 

Atelier « Esthétique et morale » : Danièle Cohn, « La typique, entre esthétique et morale » (le 1er mars 2013)

Ce vendredi 1er mars 2013, Madame Danièle Cohn ouvrira le cycle d’ateliers « Esthétique et morale », avec une intervention sur « La typique, entre esthétique et morale » :

 

Séminaire Esthétique et Morale

organisé par Catherine Guesde (Phico/CEPA) et David Simonetta (CHSPM)
avec le soutien de Danièle Cohn et André Charrak

Vendredi 1er Mars, 17h-19h
17, rue de Tolbiac, 75013, salle 501

Catherine Guesde et David Simonetta : Introduction générale
Madame Danièle Cohn (PhiCo/CEPA) : “La typique, entre esthétique et morale”


Au cours des trente dernières années, plusieurs théories se sont développées en réaction à l’idée d’une clôture de l’œuvre d’art sur elle-même. Des philosophes comme Martha Nussbaum, Stanley Cavell ou Cora Diamond se sont notamment attachés à mettre en évidence le caractère formateur des œuvres sur le plan éthique. Martha Nussbaum appelait ainsi de ses vœux « un futur dans lequel la théorie littéraire se joindrait à la théorie éthique dans la poursuite de la question “Comment devrait-on vivre ?” ». Pour la plupart de ces auteurs, la fréquentation des œuvres d’art joue un rôle déterminant dans le développement de nos compétences éthiques. L’œuvre nous rendrait attentifs à des situations ou problèmes éthiques et renforcerait par conséquent notre capacité à y répondre – suggérant ainsi qu’il y aurait, selon l’expression de Sandra Laugier, un « matériau commun » à l’esthétique et à la morale.

Si ces théories ont, pour l’essentiel, été développées au sujet de formes d’art narratives et référentielles (la littérature, le cinéma), elle semblent en revanche plus difficiles à mobiliser au sujet de ces autres formes de l’art où la vie n’est pas directement visible (musique, architecture, art abstrait). Il n’est pas évident que le « matériau commun » mis en valeur par ces théories ne tienne pas en fait à la narrativité des œuvres étudiées plutôt qu’à leur caractère proprement esthétique. D’autre part, ces théories ont généralement tendance à ne s’intéresser, dans le domaine moral, qu’aux questions qui concernent spécifiquement l’éthique (i.e. qui mettent l’accent sur la résolution de problèmes pratiques) ; se trouvent mis de côté les problèmes fondamentaux de la morale, tels la définition d’un système de valeurs et sa référence possible à la métaphysique. Or, la question de l’articulation de l’art et de la morale se pose également à ce niveau – en témoignent certaines entreprises modernes qui ont prétendu substituer pour de bon l’attitude esthétique à l’attitude morale devant l’existence (de Nietzsche à Proust en passant par Pessoa, qui écrivait : « Ne sachant pas ce qu’est la vie religieuse, et ne pouvant le savoir, ne pouvant croire en cette abstraction de l’homme et ne sachant même qu’en faire vis-à-vis de nous-mêmes, il nous restait comme motif pour avoir une âme, la contemplation esthétique de la vie »)

L’objectif de cet atelier est de réfléchir à cette articulation entre l’esthétique (non réduite aux seuls arts narratifs) et la morale (non réduite à la seule résolution de dilemmes éthiques). D’une part en reprenant pour l’approfondir ce qui, chez les auteurs anglo-saxons contemporains évoqués plus haut, permettait de concevoir cette articulation: la notion de compétences du spectateur, que l’on abordera à partir de notions mixtes, comme l’émotion, l’imagination, le jugement, le type et l’exemple. D’autre part en nous interrogeant sur les conditions de possibilité de la substitution de l’esthétique à la morale mentionnée plus haut : Peut-on envisager la vie comme un phénomène esthétique ? L’art et la morale ont-ils une structure commune ?

Chaque séance de cet atelier se concentrera sur une notion commune aux domaines de l’esthétique et de la morale – ou qui paraît l’être – et donnera la parole à deux intervenants, afin de proposer des perspectives croisées et sans doute complémentaires sur les questions abordées. Le problème posé, bien qu’ancré dans des problématiques contemporaines, trouvera matière à résolution en puisant dans l’histoire de la philosophie, de l’âge classique à nos jours.

Programme complet…

Séminaire « Spatialisations de la mémoire » : « Le jardin, un lieu de mémoire ? » (le 9 février 2013)

La prochaine séance du séminaire du CEPA « Spatialisations de la mémoire » se tiendra le samedi 9 février à 10h30 à l’Université Paris 1, en salle Lalande. Elle sera animée par Catherine Fricheau, sur le thème « Le jardin, un lieu de mémoire ? ».

 

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
EA3562 PhiCo – Philosophies contemporaines
Equipe CEPA – Culture, Esthétique, Philosophie de l’Art

 

Séminaire « Morphologies » (30 janvier 2013)

Séminaire du groupe de travail “Morphologies”

30 janvier 2013 de 16h à 19h

Salle 501

17, rue de Tolbiac

 

Giuseppe Di Liberti

Eléments de morphologie diderotienne

Est-ce qu’on peut pertinemment parler d’une morphologie chez Diderot ? Et si oui, de quelle manière les propos du Philosophe peuvent aujourd’hui nous aider à mieux définir une approche morphologique ? En traversant les Pensées sur l’interprétation de la nature, le Rêve de d’Alembert, les Eléments de physiologie, cette séance du séminaire se propose d’esquisser quelques traits d’une morphologie diderotienne – le prototype, la matière sensible, l’histoire naturelle, l’attraction – pour saisir ainsi la fonction décisive de la pensée biologique dans la perspective esthétique de Diderot.

 

Avec Jacques-Olivier Bégot (Paris 7), Danièle Cohn (Paris 1), Giuseppe Di Liberti (Paris 1-Académie des Beaux-arts de Palerme, Jean Lassègue (CREA), Carole Maigné, (Paris 4), Isis von Plato (Paris 1), Carlo Severi (EHESS), Céline Trautmann-Waller (Paris 1), Muriel Van Vliet (Paris 1).

Séminaire « Spatialisations de la mémoire » : « Ernst Cassirer et la forme » (19 janvier 2013)

La première séance du séminaire du CEPA « Spatialisations de la mémoire » se tiendra le samedi 19 janvier à 10h30 à l’Université Paris 1. Elle sera animée par Muriel Van Vliet et Carole Maigné, sur le thème « Ernst Cassirer et la forme ». La séance se tiendra exceptionnellement en salle Cavaillès.


Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
EA3562 PhiCo – Philosophies contemporaines
Equipe CEPA – Culture,Esthétique, Philosophie de l’Art

 

Obtenir le programme complet du séminaire

Séminaire « Spatialisation de la mémoire » (2013)

Le centre Cultures, Esthétique et Philosophie de l’Art se dote d’un séminaire mensuel, « les Samedis du CEPA » dont le thème pour l’année 2012-2013 sera « Spatialisations de la mémoire ». Le séminaire est ouvert à tous.

La séance du 19 janvier aura lieu exceptionnellement en salle Cavaillès.