Séminaire « Théorie musicale et philosophie : l’écoute  » le 28 mai 2014

affiche 28

 

 

 

 

Le rock était-il audible à Avignon en 1954 ? L’analyse de la presse locale comme méthode d’enquête socio-historique. Perspectives et limites.
Philippe Le Guern (Bergerie du Mouton Poète, Plateau du Cézallier)

Dans son article « Why 1955 ? Explaining the advent of rock music », Richard Peterson s’interroge sur l’acte de naissance du rock’n’roll et sur la possibilité d’en produire une périodisation. Traduit dans un ouvrage pionnier édité par Patrick Mignon et Antoine Hennnion en 1991, cet article va jouer en France un rôle structurant et servir de matrice à toute une série de travaux sur l’histoire du rock. En resituant les origines de cette musique dans un contexte social, technique et économique spécifique, l’article de Peterson a fait de l’année 1955 une période charnière, celle de la naissance du rock : si on peut interroger le caractère conventionnel de cette date, on doit aussi admettre que le travail de Peterson a attiré l’attention sur la limite des hypothèses – que nous pourrions qualifier de neo-weberiennes – qui font du « charisme spécifique » (Dericquebourg, 2007) attribué aux vedettes du rock (dont Elvis Presley incarnerait l’idéal-type) une des principales condition de possibilité de l’émergence de cette musique. Reste que l’article séminal de Peterson traite d’une aire culturelle spécifique : les Etats-Unis. Or, on peut se demander si cette histoire du rock est transposable au cas de la France, si les conditions sociales, économiques et techniques qui en accompagnent l’émergence sont universelles ou purement locales, et aussi quelle est leur vitesse de pénétration dans l’hexagone. Certes, de nombreuses histoires locales du rock – à Nantes, au Havre, à Laval, etc. – ont vu le jour ces dernières années, le plus souvent rédigées par des « érudits passionnés » plus ou moins extérieurs au monde académique.
Mais à contre-courant d’une histoire du rock qui met en avant les principaux tropes du Star-System et ses « grandes figures » (vedettes, festivals renommés, scènes ou lieux emblématiques tels la Cavern des Beatles ou l’Hacienda à Manchester…), nous avons ici choisi de penser l’histoire du rock et de son écoute à l’échelle locale, à partir d’un terrain plus « ordinaire» et provincial, la ville d’Avignon : cité phare de l’activité théâtrale, celle-ci n’est en effet guère connue pour sa scène rock. En nous centrant sur l’analyse des archives de la presse locale – tout particulièrement le Dauphiné libéré – et sur la façon dont le discours médiatique met en scène les premières représentations d’une culture rock émergente, nous chercherons à comprendre qu’elle place y occupait cette musique de 1954 à 1964 et quelles étaient les conditions sociales qui la rendaient écoutable voire audible.

Forums, fictions et perceptions. À l’écoute d’Hatsune Miku.
Maël Guesdon (CRAL, EHESS – Paris Ouest)

Hatsune Miku est une star holographique crée en 2007 par Crypton Futur Media, pour personnifier – et promouvoir par ce biais – un logiciel de synthèse vocale. Tout acheteur du logiciel peut créer des morceaux sur lesquels Hatsune Miku chante puis réaliser des clips mettant en scène la star. Ces morceaux et les clips qui les accompagnent sont ensuite postés sur des forums où ils sont commentés, évalués par une communauté de fans.

La communication de Crypton Futur Media articule cette promesse démocratisante avec les caractéristiques classiques de la star que l’image holographique exacerbe et transforme. Je me propose d’analyser ce dispositif d’écoute en tentant de comprendre entre autres comment se recomposent de manière sous-jacente des structures hiérarchisantes de production et de réception. J’étudierai par ailleurs – à travers les fanfictions, les clips et les paroles des morceaux – le statut fictionnel spécifique d’Hatsune Miku.

 

 

Parution : Danièle Cohn, L’Artiste, le vrai, le juste. Sur l’esthétique des lumières.

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Danièle Cohn, Professeur des Universités, titulaire de la chaire d’esthétique à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, et directrice du CEPA :

Danièle Cohn, L’Artiste, le vrai, le juste. Sur l’esthétique des lumières, éditions de la rue d’Ulm, collection « Æsthetica »

L’ouvrage est en librairies depuis le 15 mai, et disponible ici.

Résumé

Ce livre prend position sur les enjeux et les visées des œuvres d’art en matière de vérité et de morale : il répond, par un retour sur l’époque des Lumières, aux questions contemporaines sur l’idée d’un perfectionnement moral de l’individu (S. Cavell, M. Nussbaum, S. Laugier). Les Lumières ont mis au cœur de la création artistique les émotions, les affects et les sentiments, mues par la conviction de l’efficacité d’une éducation esthétique de l’homme, d’une éducation sensible par le sensible, en l’occurrence par les œuvres.
La vérité a-t-elle un sens en matière artistique ? Notre besoin d’art est-il lié à notre conviction qu’elles nous rendent meilleurs et nous font mieux connaître le monde ? L’autonomie de l’œuvre, la liberté du créateur, la dévaluation de tout canon au nom d’un global turn qui contraint au relativisme rendent aujourd’hui difficile cette affirmation. Et la sincérité de l’auteur ne saurait être un argument, tant elle tombe sous le coup d’un soupçon préjudiciel. La critique, elle, pourrait-elle prétendre au vrai ? Mais il y a plusieurs interprétations possibles d’une œuvre, plusieurs interprétations qui touchent juste, au sens où l’on dit d’une voix qu’elle est juste, d’un vêtement qu’il tombe bien.
À partir de quelques études de cas, Danièle Cohn revient sur l’idée d’une fin de l’art (A. Danto) et propose de fonder jugement artistique et jugement esthétique sur la justesse.

– – – – – – – – – –

L’auteur

Philosophe Danièle COHN est titulaire de la chaire d’esthétique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a notamment publié La Lyre d’Orphée. Goethe et l’esthétique (Flammarion, 1999) et Anselm Kiefer. Ateliers (Éditions du Regard, 2012). Elle a édité en français les Écrits d’esthétique de W. Dilthey, Hercule à la croisée des chemins d’E. Panofsky et, de K. Fiedler, Sur l’origine de l’activité esthétique et Aphorismes. Elle dirige la collection « Æsthetica » aux éditions Rue d’Ulm et a été commissaire de l’exposition « De l’Allemagne. De Friedrich à Beckmann 1800-1939 » au Louvre en 2013.

– – – – – – – – – –

Sommaire

Introduction

Mode d’emploi

Ch. 1. Un oubli de Kant

Ch. 2. La compassion d’Iphigénie

Ch. 3. Rousseau et le portrait sincère

Ch. 4. La justesse de l’aveu

Ch. 5. Une critique amoureuse

Ch. 6. Une critique à voix juste

Notes

Lydia Goehr invitée au séminaire de Danièle Cohn (mardi 1er avril 2014)

Université Paris 1–Panthéon-Sorbonne
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (EA 3562), Equipe Culture, Esthétique, Philosophie

Nous avons le plaisir de recevoir Lydia Goehr, professeur d’esthétique à l’Université de Columbia, qui interviendra dans le cadre du séminaire d’esthétique de Danièle Cohn.

 

Mardi 1er avril 
Salle Lalande – 17h-18h30
~
Conférence de Lydia Goehr
(Professeur à Columbia University)
‘All art constantly aspires to the condition of music’ – except the art of music.
Reviewing the contest of the sister arts.

Abstract: This essay reads Walter Pater’s famed modernist statement against the background of an older paragone that assumed a distinction between the art of music and the condition of music, such that the arts, other than music, could aspire to the condition in ways better than the art of music itself. The essay shows how, via the exemplary art of Renaissance painting, all the arts instrumentalized the condition of music for their own ends to raise their status as “Art.”

Conférence Lydia Goehr – Paris 1

Informations pratiques :
Salle Lalande UFR de philosophie, Esc. C., 1e étage, 17 rue de la Sorbonne 75 005 Paris

Séminaire « Théorie musicale et philosophie » : Bastien Gallet, David Christoffel (le 5 mars 2014)

La prochaine séance du séminaire « Théorie musicale et philosophie » (PhiCo/CEPA) – dont le thème annuel est « L’écoute » – se tiendra le mercredi 5 mars prochain.

Séminaire « Théorie musicale et philosophie : l’écoute »
Mercredi 5 mars – 18h30-20h30

David Christoffel (EHESS) & Bastien Gallet (ESBA Tours)
« Laboratoire de l’Ouïe :
Projet, fonctionnement, premières expériences »

Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
Salle D633 – 14 rue Cujas, 75 005 Paris

Bastien Gallet et David Christoffel nous parleront de leurs recherches expérimentales sur l’écoute, menées dans le cadre de l’Atelier des testeurs.
David Christoffel & Bastien Gallet
« Laboratoire de l’ouïe »

Nous parlerons d’une expérience que nous avons mené l’été dernier. Il fut demandé à vingt sujets volontaires et rémunérés d’écouter treize morceaux de musique puis de répondre à une série de questionnaires. On avait disposé sur une table devant eux un certain nombre d’objets qu’ils pouvaient librement déplacer et manipuler. Une caméra filmait leur visage, une autre la table. Ce dispositif devait nous permettre de décrire et d’interpréter leur écoute à travers : 1. ses traces affectives sur les visages, 2. le jeu semi-conscient avec les objets auquel elle donne lieu, 3. les réponses conscientes et réfléchies aux questions posées à son sujet. Soit : les affects, le jeu, les mots. Trois types de traces (et de significations) à partir desquelles dix partitions ont été produites. Elles furent interprétées par un pianiste lors de la restitution du projet. Il s’agira dans cette séance de revenir sur cette expérience et les conclusions que nous en avions tirées. Nous en profiterons pour les développer et les nuancer, les mois passés ayant sensiblement changé notre regard.

;

Séminaire « Spatialisation de la mémoire » – le 8 mars 2014

La prochaine séance du séminaire du CEPA, « Spatialisation de la mémoire », se tiendra le 8 mars prochain. Nous aurons le plaisir d’y accueillir Patrice Alexandre (ENSBA) ainsi que les étudiants de sa classe de modelage à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts (Paris), afin de réfléchir avec eux à l’inscription d’un projet artistique dans un lieu.

8 mars 2014 – 10h30 – 13h
Spatialisation de la mémoire : la philosophie dans l’atelier
à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
17 rue de la Sorbonne – 75 005 Paris
Salle Lalande – UFR de philosophie
Esc. B, 1er étage

Séminaire « Spatialisation de la mémoire » (le 8 février 2014)

La prochaine séance du séminaire du CEPA, « Spatialisations de la mémoire », se tiendra le 8 février prochain, et se déroulera exceptionnellement dans l’atelier de modelage de l’Ecole Nationale supérieure des Beaux-Arts.

Ce séminaire aura pour objet l’analyse de la notion de projet et l’inscription d’un projet dans un lieu, et sera animé par :

 Patrice Alexandre, Professeur à l’ENSBA
« La philosophie dans l’atelier »

le 8 février 2014 – 11h-13h
Ecole Nationale supérieure des Beaux-Arts
16 rue Bonaparte – 75 006 Paris

Rendez vous est donc donné aux participants à 10h50 à l’entrée de l’Ecole des Beaux arts, rue Bonaparte.

Séminaire « Théorie musicale et philosophie : l’écoute » – Martin Kaltenecker, André Timponi (le 29 janvier 2014)

Théorie musicale et philosophie – L'écoute – Deuxième séance

 

 

Martin Kaltenecker – Les théories sur l’écoute musicale chez Günter Anders

J’aimerais revenir sur les deux textes où Günter Stern-Anders développe une théorie de l’écoute musicale. Le premier, un article intitulé « Contribution à une phénoménologie de l’écoute » (1927), a été traduit en français. Le second est resté inédit et je travaille actuellement à sa traduction et à son commentaire. Il s’agit des Philosophische Untersuchungen über musikalische Situationen [Analyses philosophiques de situations musicales] (1929-1930). Stern part de l’idée d’une coréalisation [Mitvollzug] par l’auditeur de la musique, la possibilité d’être ailleurs, de devenir autre chose, de nous transcender, cette liberté que nous indique la musique de dire « ce que j’ai n’est pas tout ». Stern décrit plusieurs modalités de ce qu’il nomme une « situation », à la fois chute hors du monde et lien revissé avec l’existence, absentement et dépassement, ou encore « métamorphose de l’homme en l’une de ses dimensions » (PU, p. 88).
Stern distingue ensuite entre deux types d’écoute : l’écoute à l’affût [Lauschen] qui fait l’objet d’une brillante analyse, une écoute qui est attente « d’une voix qui vient », attention vers ce qui vient « de nulle part », vers ce qui est ni proche, ni lointain, indiquant la possibilité d’une « transcendance » (PU, p. 148-151). L’écoute à proprement parler (adaptée à l’objet complexe, voire inhumain), combine « la distance et l’adéquation » (PU, p. 181), mais s’expose aussi à ce qui est peut-être un inconnaissable – recourant à Kant, Stern la relie au débordement sublime, à une puissance : l’objet (complexe) apparaît comme un pouvoir (PU, p. 182).

André Timponi (CRAL) – Les bruits de la radiophonie à ses débuts. Pratiques, représentations, savoirs.

Entre fascination et répulsion, savoir scientifique et imaginaire technique, interventions juridiques et décrets administratifs, les crachements, sifflements, ronflements, roulements, auxquels renvoie encore aujourd’hui l’idée de la première radio, ont représenté une dimension de l’histoire de ce média que l’historiographie de référence en la matière semble avoir sinon négligée, du moins réduite à des considérations ponctuelles et peu documentées. Si les perturbations radioélectriques, les bruits parasites, les distorsions, suscitent de vives réactions d’auditeurs depuis le tout début de la TSF, le problème s’aggrave lorsque l’amplification, l’usage des lampes et des haut-parleurs, devient une opération courante dans les montages d’appareils récepteurs.
Dans la perspective d’une histoire culturelle de l’écoute, cette intervention tentera d’éclairer la question des bruits aux débuts de la radiophonie, en prêtant une attention particulière à la technique, à quelques objets manipulés par ces auditeurs-opérateurs, ces bricoleurs du son qui furent les sans-filistes, ainsi qu’aux compétences d’écoute requises dans le domaine de la radioélectricité, dont la rigueur scientifique reposait largement sur l’acuité auditive de l’observateur.

Séminaire « Esthétique et morale » : Marielle Macé, Isis von Plato : « Peut-on appliquer les catégories esthétiques à la vie ? » (vendredi 13 décembre)

La prochaine séance du séminaire « Esthétique et morale » – qui sera également la dernière de l’année – se tiendra le vendredi 13 décembre 2013 à 17h30, en salle 501, au 17 rue de Tolbiac, autour de la question « Peut-on appliquer des catégories esthétiques à la vie ? »

Nous aurons le grand plaisir d’y écouter Marielle Macé (CNRS) et Isis von Plato (Paris 1 – PhiCo/CEPA).

Esthétique et Morale

 

Séminaire Esthétique et morale : « Enjeux moraux des violences sonores » (le 29 novembre 2013)

Vendredi 29 novembre, à 18h, au 17, rue de Tolbiac, nous aurons le plaisir de vous convier à notre nouvelle séance du séminaire Esthétique & Morale dont le thème sera :

« Enjeux moraux des violences sonores »

Gérôme Guibert (Maître de conférence en sociologie, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
« Hotter Than Hell » Le Metal au prisme de la religion
Sociologie d’une controverse au sein de la sphère publique

Catherine Guesde (doctorante Paris 1 – CEPA)
L’éducation de l’écoute est-elle une éducation des valeurs ?
Le cas des musiques noise

Informations pratiques : 17 rue de Tolbiac, salle 501 (5e étage)
75013 Paris (Métro Bibliothèque François Mitterrand)

Présentation :

Gérôme Guibert (Maître de conférence en sociologie, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
« Hotter Than Hell » Le Metal au prisme de la religion
Sociologie d’une controverse au sein de la sphère publique

Les cultures musicales qui se revendiquent du heavy metal plongent leurs racines dans les mouvements de la contre-culture des années 60. Parmi leurs sources d’inspiration, on trouve les mouvements spirituels pré-monothéistes, ou façonnés par les croyances populaires. Initialement envisagé comme une réponse de la jeunesse ouvrière au mouvement hippie, le heavy metal fait sien une mythologie du satanisme et du paganisme, qu’il utilise en signe de résistance aux cultures dominantes, incarnées par les institutions religieuses, sans que ses membres revendiquent pour autant une appartenance politique unique. Riche d’une quarantaine années d’existence, la musique metal a produit un système symbolique constitutif de sa communauté mais aujourd’hui difficilement compréhensible par le néophyte. Entre 2007 et 2010, une violente polémique a éclaté autour du Hellfest, un festival de musique metal qui se tient chaque année, trois jours durant, dans l’Ouest de la France. Des organisations catholiques conservatrices, soutenues par plusieurs partis politiques, ont estimé que les attaques envers la religion devenaient excessives et que les groupes programmés pouvaient porter préjudice à la vie en commun. A partir d’une étude de terrain ethnographique (2007 à 2011), d’une revue de la presse locale et d’outils théoriques empruntés à l’analyse de l’espace public (Habermas, Fraser), nous tâcherons d’expliquer les ressorts de cette situation.

Catherine Guesde (doctorante Paris 1 – CEPA)
L’éducation de l’écoute est-elle une éducation des valeurs ?
Le cas des musiques noise

Les musiques noise se sont construites en opposition non seulement aux canons de beauté, mais aussi à l’idée de musique même. Renonçant à la mélodie et à la structure au profit d’une valorisation de l’informe et de la texture, elles impliquent, pour être appréciées, une éducation de l’écoute dans laquelle le laid et le chaotique deviennent source de plaisir. Cette inversion d’une sensibilité commune suppose-t-elle également un changement dans la sensibilité morale ? L’éducation des sens est-elle également une éducation des valeurs ? Nous tenterons de répondre à cette question en cherchant à saisir, à partir de témoignages d’auditeurs, la nature du plaisir esthétique propre à ces musiques.

Séminaire Théorie musicale et philosophie : Danièle Cohn, « Entre voir et écouter : les années d’apprentissage du ‘Parsifal’ de Wagner » (le 27 novembre)

Le séminaire « Théorie musicale et philosophie » reprendra le 27 novembre prochain, avec pour thème annuel « L’écoute ».

Séminaire « Théorie Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
Séminaire « Théorie musicale et philosophie » – 2013-2014 (PhiCo/CEPA)
Animé par André Charrak, Pauline Nadrigny & Catherine Guesde

L’écoute
Séance d’ouverture
Mercredi 27 Novembre 2013 – 18h30-20h

Introduction
par Catherine Guesde et Pauline Nadrigny
~
Danièle Cohn (Paris 1)
« Entre voir et écouter, les années d’apprentissage du « Parsifal » de Wagner. »
~
Discussion

 

Salle Lalande, UFR de Philosophie
17 rue de la Sorbonne
Escalier C
75005 PARIS

Présentation :

Les vingt dernières années ont vu s’opérer un déplacement d’attention dans les études musicales : plutôt que de porter seulement sur les œuvres mêmes, de nombreuses disciplines ont intégré dans leurs réflexions les médiations et les voies d’accès aux œuvres, en s’intéressant notamment à la question de l’écoute. De telles recherches se sont développées aussi bien en musicologie (Martin Kaltenecker) qu’en sociologie (Antoine Hennion) ou en philosophie (Peter Szendy). Plus récemment, plusieurs colloques (« Figures de l’écoute : Circonstances, usages, métaphores », EHESS, 2012) et numéros de revue (Droit de cité n°4, « L’oreille » ; Volume ! n°10-1 sur l’écoute des musiques populaires) ont cherché à aborder cette question en faisant la part belle aux sciences sociales, et, parfois, à la philosophie (c’est le cas du séminaire « A l’écoute des musiques électriques » organisé par le CIPh).

Prenant acte du foisonnement des recherches dans ce champ, nous souhaiterions, dans le cadre de ce séminaire, mesurer les apports de ces réflexions pour l’esthétique musicale. La question de l’écoute semble en effet cardinale pour l’esthétique, dans la mesure où elle permet d’articuler le pôle du sujet écoutant et celui de l’objet musical, en interrogeant la nature de leur relation. Pour autant, il nous paraît essentiel, pour l’aborder dans cette perspective, de prendre en compte les travaux menés dans d’autres disciplines (musicologie, ethnomusicologie, sociologie, histoire), afin non seulement d’arrimer la réflexion esthétique à des enquêtes empiriques, mais aussi de confronter les méthodes et les résultats.

Ce séminaire examinera la multiplicité des figures de l’écoute, dans leur historicité et leurs modifications contemporaines, dans une perspective interdisciplinaire avec, en ligne de mire, une interrogation d’ordre esthétique concernant la configuration mutuelle de l’œuvre et de l’auditeur dans l’écoute. L’activité d’écoute sera interrogée en elle-même, avec la question de savoir quelles facultés ou sens elle met en jeu. Nous interrogerons également l’opposition entre une écoute structurale et une écoute esthésique, avec la question de savoir dans quel mesure l’écoute voile l’accès à l’œuvre en même temps qu’elle le rend possible. Mais il s’agira également de voir comment des changements sociaux, culturels et historiques infléchissent les pratiques d’écoute.

Séminaire « Spatialisations de la mémoire » (le 16 novembre 2013)

Le séminaire du CEPA, « Spatialisations de la mémoire », reprend le samedi 16 novembre prochain. Plusieurs doctorantes du CEPA y présenteront leurs travaux.

Spatialisations de la mémoire

Samedi 16 novembre 2013 – 10h30-13h30

UFR de philosophie, Salle Lalande – Université Paris 1–Panthéon-Sorbonne

Programme :

10h30 : Présentation générale de Danièle Cohn (directrice du CEPA) : « La forme et les formes »

11h30 : Lara Bonneau (doctorante CEPA) : « Penser l’unité du projet d’Aby Warburg »

12h30 : Raphaëlle Cazal (doctorante CEPA): « Rythme du sujet, rythme des formes : en quoi les théories allemandes de l’empathie et de la science de l’art nous aident à penser leur articulation dans l’expérience architecturale ? »

Informations pratiques :
Université Paris 1–Panthéon-Sorbonne
UFR de Philosophie (1er étage, esc. C)
17 rue de la Sorbonne, 75 005 Paris

 

Atelier « Esthétique et morale » : Frédéric Fruteau de Laclos, « Forces et formes de l’art » (le 27 septembre 2013)

L’atelier « Esthétique et morale » (CEPA/PhiCo – CHSPM), organisé à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, reprend fin septembre.

La prochaine séance se tiendra le vendredi 27 septembre 2013 (de 18 à 20h) au 17 rue de Tolbiac, salle 501 (5e étage) :

Frédéric Fruteau de Laclos
 « Forces et formes de l’art »

L’instauration d’une œuvre d’art consiste-t-elle dans le déploiement de forces qui, en se propageant de proche en proche, par branchements ou agencements, envahiraient le champ social entier – ce mouvement pouvant être nommé déterritorialisation ou dérive ? La recherche de la belle forme doit-elle au contraire primer, représentant un renouvellement des formes du commun en général ?

Ce problème a été au cœur de certains débats français des années soixante et soixante-dix. Nous voudrions revenir sur un différend qui opposa alors Deleuze-Guattari et le premier Lyotard d’une part, Dufrenne et le dernier Lyotard, inspirés par Levinas et Wittgenstein, d’autre part. Selon l’idée qu’ils se faisaient de la jonction entre art et politique, et alors même que tous s’accordaient sur les effets révolutionnaires des arts, ces auteurs ont eu des manières bien différentes d’entendre la relation entre l’esthétique et l’éthique.

Séminaire « Théorie musicale et philosophie » : « pour une philosophie de la douleur en musique » (le 22 mai 2013)

Le 22 mai 2013 se tiendra un atelier d’étape qui vise à faire le bilan au terme des quatre années d’existence du séminaire « Théorie musicale et philosophie ». Le thème retenu est « Pour une philosophie de la douleur en musique : l’histoire et les seuils ». L’atelier consistera en deux présentations (André Charrak, Catherine Guesde), suivies d’une discussion.

Théorie musicale et philosophie

Colloque international « Synergies : les échanges culturels franco-allemands au XIXe et XXe siècle » (Berlin, 18-19 mai 2013)

Dans le cadre du cinquantième anniversaire du Traité de l’Elysée se tiendra à Berlin, les 17 et 18 mai prochains, un colloque international sur le thème des échanges culturels franco-allemands, en partenariat avec l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne.

Le colloque, qui se tiendra à la Max Liebermann Haus, s’intitule :

« Synergies : les échanges culturels franco-allemands au XIXe et XXe siècle – Peinture, littérature, musique, philosophie, arts décoratifs »

Danièle Cohn, responsable du CEPA et organisatrice du colloque, ouvrira l’une de ces journées et y présentera une communication portant sur :

« Les lectures françaises de l’histoire de l’esthétique allemande ».

Accéder au programme détaillé et aux résumés des présentations

Capture d’écran 2013-05-14 à 15.16.27

En savoir plus…