Séminaire « Le primitif : les arts et la mythologie de l’originaire » : Danièle Cohn & Sébastien Allard (mercredi 1er février)

La prochaine séance du séminaire « Le primitif : les arts et la mythologie de l’originaire » sera animée par :

Danièle Cohn (Paris 1) et Sébastien Allard (Musée du Louvre, Département des peintures)
« Des Nazaréens »
Mercredi 1er février – 17h30-19h
Salle 101, Centre Michelet, 3, rue Michelet 75006 Paris

De qui est-on le primitif, par rapport à quelle tradition s’inscrit-on dans un rapport au « premier » à une origine ou un commencement ? Ce terme est-il une catégorie esthétique ou une classification historique ?
En Allemagne, au début du XIXème siècle, un groupe de peintres, les Nazaréens, tournent le dos à l’antique et au classique et choisissent une filiation artistique différente : celle d’une peinture italienne d’avant Raphael.
Ce geste qui vaut pour une forme de vie et une manière de peindre sera étudié à travers quelques textes et quelques tableaux.

Séminaire « Le primitif : les arts et la mythologie de l’originaire » (mercredi 4 janvier)

Séminaire du CEPA (Culture, Esthétique, Philosophie de l’art)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le primitif
Les arts et la mythologie de l’originaire
XIXe-XXe siècles

Pauline Nadrigny
« D’un monde sonore : l’élémentaire et le sauvage »
Mercredi 4 janvier (de 17h30 à 19h)

 

En 1907, Victor Segalen imagine, dans la nouvelle intitulée « Dans un monde sonore », une chambre acoustique où chaque son serait repris par résonance et amplifié en un concert merveilleux. Il développe à cette occasion une poétique de l’orphisme. Le primitivisme de Segalen n’est pas un retour à la perception archéenne, dans laquelle la vue et le toucher seraient les sens cardinaux, mais un retour au monde sonore élémentaire, vibratoire, que les résonateurs de Helmholtz donnent à entendre au narrateur. Ces pages nous dirigent vers Debussy, avec qui il conçoit le livret d’un opéra sur le thème d’Orphée, mais aussi vers Varèse, dont il préfigure les déclarations sur le matériau sonore et l’expérimentation scientifique. Le monde sonore de Segalen nous permet ainsi de penser une certaine conception du primitivisme musical, dont nous tenterons de penser les enjeux et les échos philosophiques – chez Mikel Dufrenne, notamment, et son esthétique du sauvage.

Organisation scientifique : Pauline Nadrigny,
Avec la participation de Danièle Cohn, Philippe Dagen, Frédéric Fruteau de Laclos, Catherine Guesde, Margaux Thura, Clément Bresch…

Tous les premiers mercredis du mois, à partir du 07 décembre, de 17h30 à 19h.
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Michelet, 3, rue Michelet 75006 Paris
Salle 101
(RER B : Port-Royal. Ligne 12 – Notre-Dame-des-Champs. Ligne 4 – Vavin)

Séminaire « Le primitif Les arts et la mythologie de l’originaire XIXe-XXe siècles »

Séminaire du CEPA (Culture, Esthétique, Philosophie de l’art)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le primitif
Les arts et la mythologie de l’originaire
XIXe-XXe siècles

Une certaine mythologie se donne à lire dans le discours des avant-gardes plastiques et musicales. De la figure cézanienne – le primitif d’un art nouveau – au désir, exprimé par Russolo ou John Cage, d’un retour au son, c’est peut-être le même type de geste qui se révèle : retour à un stade primitif du geste et du regard, qui se tiendrait sous la cristallisation des pratiques, des regards ou des écoutes en des formes historiques, retour à la materia prima, objet central des compositions picturales ou musicales… Mythologie, cependant, car il existe deux visages du primitivisme, certainement indissociables : l’un, culturel, qui engage les formes et les pratiques de civilisations extra-européennes ou d’un Occident oublié – le primitivisme comme archaïsme ; l’autre, plastique et sonore, ce « sauvage » que Dufrenne discernait notamment dans la musique expérimentale. Mythologie : car ce désir de retour est toujours, aussi, une invention – pour rencontrer son objet, l’artiste le construit en des fictions qu’il s’agit de repérer et d’interpréter, des Nazaréens à Stravinski, de Gauguin à l’imaginaire du jazz, de Rothko au rôle du cri dans les musiques extrêmes…

L’appel à une expérience esthétique première, originaire, par la médiation de formes artistiques fantasmées, car pensées elles-mêmes comme « premières », dessine-t-il une trajectoire commune aux avant-gardes artistiques ? Cette analogie est séduisante. Mais, dans cette mesure même, elle doit être réellement sondée, mise à l’épreuve d’une réflexion transversale, entre esthétique générale, anthropologie culturelle et histoire des arts. Dans le cadre d’un tel dialogue, l’enjeu de ce séminaire est d’envisager plusieurs questions : celle des fondements du primitivisme en amont des avant-gardes, notamment dans les concepts du romantisme ; celle de la comparaison entre les usages du primitif d’un art à l’autre et des torsions que ces changements impriment à cette recherche ; celle du rapport entre compréhension esthétique du primitif (question de la forme sensible, de la donation, du sauvage dans la perception, du bruit) et compréhension historique, voire mythologique (archaïsme, donc, mais aussi appréhension occidentale des arts extra-européens).

Avec la participation de Danièle Cohn, Philippe Dagen, Pauline Nadrigny, Catherine Guesde, Margaux Thura, Clément Bresch…

Tous les premiers mercredis du mois, à partir du 07 décembre, de 17h30 à 19h.
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Michelet, 3, rue Michelet 75006 Paris
Salle 101. (RER B : Port-Royal. Ligne 12 – Notre-Dame-des-Champs. Ligne 4 – Vavin)
Contact : pauline.nadrigny@ univ-paris1.fr

Séminaire « La part de l’oreille : physiologie et esthétique musicale »

Le séminaire « Théorie musicale et philosophie » reprend, avec cette année, pour thème, « La part de l’oreille : esthétique musicale et physiologie » ; il est à présent co-organisé par André Charrak, Catherine Guesde et Margaux Thura.

La prochaine séance se tiendra le :

Mercredi 13 avril 2016 (18h30 – 20h30)
Sabine Plaud (SIRIS Academic)
« Des faits dans la perception aux faits dans la proposition : l’articulation entre signe et image chez Hermann von Helmholtz et Ludwig Wittgenstein »
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre Michelet, Salle 311
3 rue Michelet – 75 006 Paris

La part de l’oreille : physiologie et esthétique musicale
Par rapport aux autres arts, la musique a souvent été discriminée au prétexte qu’elle sollicite les sens de manière plus vive et plus évidente. Ce « beau jeu des sensations », formule kantienne que l’on aime à rappeler, manquerait alors d’urbanité, forçant notre oreille sans paupière à entendre, et provoquant dans le corps diverses réactions que l’on a pu relier aux secousses provoquées par le rire (Kant), à un « affect brutal et sauvage » (E. Hanslick) ou encore à un « bien-être physiologique » (Nietzsche).
Loin d’inviter au repli sur soi et au relativisme, cette spécificité constitue un défi pour la compréhension du plaisir musical ; c’est elle qui a permis la naissance de disciplines originales et de nouveaux problèmes scientifiques. D’abord considérée comme un obstacle à ce que la musique soit admise au rang des beaux-arts, la place du corps a progressivement appelé une implication importante des sciences de la nature dans l’étude du plaisir musical, de la mathématisation de l’harmonie au XVIIe siècle aux neurosciences, en passant par la psychologie empirique et l’acoustique. Faisant du corps sensible un objet d’étude, les sciences du son, aussi éloignées historiquement et méthodologiquement soient-elles, permettent de comprendre que l’on peut quantifier les sensations, localiser le lieu de leur traitement et observer, dans le corps, la métamorphoses des vibrations sonores.
Comme chacune de ces sciences propose un point de vue sur le devenir de la sensation sonore, elle renouvelle la possibilité de construire une théorie objective de l’expérience esthétique. La question qui demeure concernant cette expérience toujours singulière est celle qui se pose pour toute science de l’homme : l’expérience en première personne peut-elle véritablement être saisie par ces approches du corps ? Quel est le prix à payer pour l’objectivité ? Plus encore, nous serons amené.e.s à interroger la pertinence du couple sujet/objet dans l’esthétique musicale, et à voir comment les sciences physiologiquement fondées abîment et retravaillent la dualité subjectif/objectif.
Prenant acte de ces tensions, ce séminaire puisera dans l’histoire des théories scientifiques du XVIIe à nos jours, afin de voir comment les différentes approches des sensations musicales ont conçu l’articulation entre le corps de l’auditeur et son expérience esthétique, en faisant fonds sur la question de la polarité plaisir/ déplaisir en musique, et de son articulation à la question du beau et du laid musicaux. On interrogera, au prisme de ces approches scientifiques, l’efficience de cette polarité classique entre plaisir et douleur.

Séminaire La part de l'oreille - Sabine Plaud

Séminaire d’esthétique : Mildred Galland-Szymkowiak « Heinrich Wölfflin et l’empathie esthétique, de 1886 à 1915 » (mardi 31 mars 2015)

Dans le cadre du séminaire d’esthétique de Danièle Cohn, nous aurons le plaisir d’écouter :

Mildred Galland-Szymkowiak (CNRS/THALIM)
« Heinrich Wölfflin et l’empathie esthétique, de 1886 à 1915 »

Mardi 31 mars 2015 – 16h30-18h30
Salle Lalande – UFR de philosophie, Esc. C, 1er étage
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
17 rue de la Sorbonne – 75 005 Paris

Le séminaire est ouvert à toutes et à tous.

Séminaire « Spatialisation de la mémoire » : Paulo Tunhas, « Mémoire, temps et imagination chez Kant » (le 15 novembre 2014)

La prochaine séance du séminaire du CEPA « Spatialisation de la mémoire » se tiendra le samedi 15 novembre ; nous aurons le plaisir d’y écouter le Professeur Paulo Tunhas (Institut de philosophie de l’Université de Porto, Professeur invité du CEPA).

 

Samedi 15 novembre (10h30 -13h00)
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UFR de philosophie, Salle Lalande

Séminaire du CEPA
Spatialisation de la mémoire

Paulo Tunhas
(Institut de philosophie de l’Université de Porto, Professeur invité du CEPA)
« Mémoire, temps et imagination chez Kant »

Séminaire « Les arts au XVIIe siècle – Le plaisir esthétique », le 4 octobre 2014

Un nouveau séminaire débute cette année au CEPA. Organisé par Catherine Fricheau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / CEPA) et Daniel Dauvois (Lycée Lakanal), il s’intitule Les arts au XVIIe siècle – Le plaisir esthétique, et se tiendra en salle Cavaillès, à l’UFR de philosophie de l’Université Paris 1.

Au programme :

Samedi 4 octobre 2014 (14h30-17h00)
Daniel Dauvois – Le plaisir pictural de Binet à Du Bos

Samedi 15 novembre 2014 (14h30-17h00)
Catherine Fricheau – Archéologie du plaisir esthétique

Samedi 13 décembre 2014 (14h30-17h00)
Thibault Barrier – Plaisir esthétique et admiration

Samedi 17 janvier 2015 (14h30-17h00)
Jean-Charles Darmon – Philosophie du divertissement et analyse des
plaisirs esthétiques : la trace néo-épicurienne entre Age baroque et
Lumières

Samedi 14 février 2015 (14h30-17h00)
Pierre Guenancia – Plaisir et apparence (sur Descartes)

Samedi 14 mars 2015 (14h30-17h00)
Frédéric Lelong – Le plaisir esthétique dans la civilité
ijgdbdhagcjdjebj

Séminaire « Morphologies », le 6 juin 2014

Le séminaire « Morphologies » organise le 6 juin 2014 une session sur l’ouvrage de O. Spengler, Le déclin de l’Occident :

 

Séminaire Morphologies
le 6 juin 2014 – salle Lalande, 18h- 21h

Présentation Danièle Cohn
~
Carole Maigné, MCF HDR, IUF, Paris 4 :
« Musique et plastique dans Le Déclin de l’Occident d’Oswald Spengler »
~
Jean Lassègue, CNRS, Institut Marcel Mauss, :
« Spengler et Cassirer : une épistémologie de la forme »

Séminaire « Théorie musicale et philosophie : l’écoute  » le 28 mai 2014

affiche 28

 

 

 

 

Le rock était-il audible à Avignon en 1954 ? L’analyse de la presse locale comme méthode d’enquête socio-historique. Perspectives et limites.
Philippe Le Guern (Bergerie du Mouton Poète, Plateau du Cézallier)

Dans son article « Why 1955 ? Explaining the advent of rock music », Richard Peterson s’interroge sur l’acte de naissance du rock’n’roll et sur la possibilité d’en produire une périodisation. Traduit dans un ouvrage pionnier édité par Patrick Mignon et Antoine Hennnion en 1991, cet article va jouer en France un rôle structurant et servir de matrice à toute une série de travaux sur l’histoire du rock. En resituant les origines de cette musique dans un contexte social, technique et économique spécifique, l’article de Peterson a fait de l’année 1955 une période charnière, celle de la naissance du rock : si on peut interroger le caractère conventionnel de cette date, on doit aussi admettre que le travail de Peterson a attiré l’attention sur la limite des hypothèses – que nous pourrions qualifier de neo-weberiennes – qui font du « charisme spécifique » (Dericquebourg, 2007) attribué aux vedettes du rock (dont Elvis Presley incarnerait l’idéal-type) une des principales condition de possibilité de l’émergence de cette musique. Reste que l’article séminal de Peterson traite d’une aire culturelle spécifique : les Etats-Unis. Or, on peut se demander si cette histoire du rock est transposable au cas de la France, si les conditions sociales, économiques et techniques qui en accompagnent l’émergence sont universelles ou purement locales, et aussi quelle est leur vitesse de pénétration dans l’hexagone. Certes, de nombreuses histoires locales du rock – à Nantes, au Havre, à Laval, etc. – ont vu le jour ces dernières années, le plus souvent rédigées par des « érudits passionnés » plus ou moins extérieurs au monde académique.
Mais à contre-courant d’une histoire du rock qui met en avant les principaux tropes du Star-System et ses « grandes figures » (vedettes, festivals renommés, scènes ou lieux emblématiques tels la Cavern des Beatles ou l’Hacienda à Manchester…), nous avons ici choisi de penser l’histoire du rock et de son écoute à l’échelle locale, à partir d’un terrain plus « ordinaire» et provincial, la ville d’Avignon : cité phare de l’activité théâtrale, celle-ci n’est en effet guère connue pour sa scène rock. En nous centrant sur l’analyse des archives de la presse locale – tout particulièrement le Dauphiné libéré – et sur la façon dont le discours médiatique met en scène les premières représentations d’une culture rock émergente, nous chercherons à comprendre qu’elle place y occupait cette musique de 1954 à 1964 et quelles étaient les conditions sociales qui la rendaient écoutable voire audible.

Forums, fictions et perceptions. À l’écoute d’Hatsune Miku.
Maël Guesdon (CRAL, EHESS – Paris Ouest)

Hatsune Miku est une star holographique crée en 2007 par Crypton Futur Media, pour personnifier – et promouvoir par ce biais – un logiciel de synthèse vocale. Tout acheteur du logiciel peut créer des morceaux sur lesquels Hatsune Miku chante puis réaliser des clips mettant en scène la star. Ces morceaux et les clips qui les accompagnent sont ensuite postés sur des forums où ils sont commentés, évalués par une communauté de fans.

La communication de Crypton Futur Media articule cette promesse démocratisante avec les caractéristiques classiques de la star que l’image holographique exacerbe et transforme. Je me propose d’analyser ce dispositif d’écoute en tentant de comprendre entre autres comment se recomposent de manière sous-jacente des structures hiérarchisantes de production et de réception. J’étudierai par ailleurs – à travers les fanfictions, les clips et les paroles des morceaux – le statut fictionnel spécifique d’Hatsune Miku.

 

 

Parution : Danièle Cohn, L’Artiste, le vrai, le juste. Sur l’esthétique des lumières.

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Danièle Cohn, Professeur des Universités, titulaire de la chaire d’esthétique à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, et directrice du CEPA :

Danièle Cohn, L’Artiste, le vrai, le juste. Sur l’esthétique des lumières, éditions de la rue d’Ulm, collection « Æsthetica »

L’ouvrage est en librairies depuis le 15 mai, et disponible ici.

Résumé

Ce livre prend position sur les enjeux et les visées des œuvres d’art en matière de vérité et de morale : il répond, par un retour sur l’époque des Lumières, aux questions contemporaines sur l’idée d’un perfectionnement moral de l’individu (S. Cavell, M. Nussbaum, S. Laugier). Les Lumières ont mis au cœur de la création artistique les émotions, les affects et les sentiments, mues par la conviction de l’efficacité d’une éducation esthétique de l’homme, d’une éducation sensible par le sensible, en l’occurrence par les œuvres.
La vérité a-t-elle un sens en matière artistique ? Notre besoin d’art est-il lié à notre conviction qu’elles nous rendent meilleurs et nous font mieux connaître le monde ? L’autonomie de l’œuvre, la liberté du créateur, la dévaluation de tout canon au nom d’un global turn qui contraint au relativisme rendent aujourd’hui difficile cette affirmation. Et la sincérité de l’auteur ne saurait être un argument, tant elle tombe sous le coup d’un soupçon préjudiciel. La critique, elle, pourrait-elle prétendre au vrai ? Mais il y a plusieurs interprétations possibles d’une œuvre, plusieurs interprétations qui touchent juste, au sens où l’on dit d’une voix qu’elle est juste, d’un vêtement qu’il tombe bien.
À partir de quelques études de cas, Danièle Cohn revient sur l’idée d’une fin de l’art (A. Danto) et propose de fonder jugement artistique et jugement esthétique sur la justesse.

– – – – – – – – – –

L’auteur

Philosophe Danièle COHN est titulaire de la chaire d’esthétique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a notamment publié La Lyre d’Orphée. Goethe et l’esthétique (Flammarion, 1999) et Anselm Kiefer. Ateliers (Éditions du Regard, 2012). Elle a édité en français les Écrits d’esthétique de W. Dilthey, Hercule à la croisée des chemins d’E. Panofsky et, de K. Fiedler, Sur l’origine de l’activité esthétique et Aphorismes. Elle dirige la collection « Æsthetica » aux éditions Rue d’Ulm et a été commissaire de l’exposition « De l’Allemagne. De Friedrich à Beckmann 1800-1939 » au Louvre en 2013.

– – – – – – – – – –

Sommaire

Introduction

Mode d’emploi

Ch. 1. Un oubli de Kant

Ch. 2. La compassion d’Iphigénie

Ch. 3. Rousseau et le portrait sincère

Ch. 4. La justesse de l’aveu

Ch. 5. Une critique amoureuse

Ch. 6. Une critique à voix juste

Notes