Journées « Esthétique : histoire et théories » (février 2011)

Esthétique : Histoire et théories.
Journées Paris I (CEPA/PHiCO)- ENS-Ulm
11-12 Février 2011

Si l’on peut s’accorder sur une définition de l’esthétique comme « étude des formes sensibles et de la façon dont celles-ci nous affectent », l’esthétique n’est pas un domaine – une discipline, un régime, un champ ? – dont les limites soient claires, les objets assurés, l’histoire linéaire. Quand et comment naît l’esthétique ? Pourquoi réécrire l’histoire de l’esthétique permet-il de préciser sa définition, son ancrage dans la philosophie et le lien privilégié qu’elle entretient dans ses différentes modalités d’écriture aux formes d’arts et aux œuvres singulières ? Les deux journées qu’organise le département de philosophie de l’Université Paris1 Panthéon Sorbonne en collaboration avec le département de philosophie de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) ont pour but de proposer à l’occasion de la préparation à l’agrégation une série d’interventions faites par les meilleurs spécialistes qui permettra de faire le point sur l’articulation de l’esthétique et de l’artistique aujourd’hui.

 

Vendredi 11 (ENS-Ulm, Salle des Actes)

9h: Introduction : Danièle Cohn (Paris I/CEPA-PHiCO), Elise Marrou (ENS-Ulm/ EXeCO-PHiCO).

9h15 : Frédéric Pouillaude (Paris IV) : « Pour une esthétique des « arts muets » : danse, mime, et cirque »
10h15 : Jean-Philippe Narboux (Bordeaux III-IUF) : « Qu’est-ce que compter comme une instance radicalement nouvelle d’un art ? Modernisme radical et externalisme sémantique »

Pause 11h15: Café-croissants.

11h30 : Claire Brunet (ENS-Cachan, Design) : « La critique d’art : « prose du monde » ou pureté du plan ? (Baudelaire, Greenberg et Mallarmé) »
12h30 : Francis Wolff (ENS-Ulm, Philosophie) : « Problèmes de sémantique musicale »

Déjeuner.

14h30 : Nadeije Laneyrie-Dagen (ENS-Ulm, Histoire et théories des arts) : « Lire un tableau »
15h30 : André Charrak (Paris I) : « Le cartésianisme et l’esthétique classique: éléments pour une nouvelle approche »
16h30 : Renaud Barbaras (Paris I-IUF) : « Dynamique de la sensibilité »

Dîner vendredi soir.

Samedi 12 (Paris I-Salle Cavaillès)

9h : Antoine Grandjean (Université de Nantes) : « Tu ne te feras pas d’image ». Sur la théorie kantienne du sublime et des idées esthétiques »
10h : Jacques-Olivier Bégot (Paris VII) : « Le caractère fétiche de l’œuvre d’art et son énigme : sur la Théorie
esthétique d’Adorno »

Pause café: 11h-11h15.

11h15 : Sandra Laugier (Paris I): « L’éthique comme esthétique, de Wittgenstein à Cavell.»
12h15 : Baldine Saint-Girons (Paris Ouest Nanterre-IUF) : « Paysage et jardin : cinq chefs d’opposition »

14h30 : Salvatore Tedesco (Université de Palerme) : « Argumenter avec la sensibilité : l’esthétique de Baumgarten dans le système de la modernité. »
15h30 : Stefanie Buchenau (Paris VIII) : « Sur un malentendu kantien: plaisir esthétique et jugement de perfection chez Wolff et Baumgarten »

Thé 16h30-16h45

16h45 : Clara Pacquet (Paris 1, CEPA): « Autonomie et interprétation de l’oeuvre d’art chez Karl Philip Moritz. »
17h45 : Giuseppe di Liberti (Paris 1, CEPA, École des Beaux-Arts de Palerme): « Brève histoire de l’idée de système des beaux-arts »

Conclusions Danièle Cohn-Elise Marrou.

Organisation et contact :
Danièle Cohn (Paris I/CEPA-PhiCo), cohn.daniele@gmail.com
Élise Marrou (ENS-Ulm/ EXeCO-PHiCo), elise.marrou@ens.fr

Séminaire « Écritures d’artistes » (2010-2011)

Séminaire « Écritures d’artistes »
(PhiCo/CEPA – en collaboration avec le Laboratoire d’esthétique théorique et appliquée de Paris I – Sorbonne)
Séminaire organisé par Sally Bonn, Laurence Corbel et Jacinto Lageira
Présentation du programme de l’année 2010-2011 :
Depuis les années 1960, la floraison des écrits d’artistes semble marquer un tournant décisif dans le champ de l’art : l’intensification du recours à l’écriture participe en pratique comme en théorie au déplacement des frontières de l’art et signifie aussi une mutation du statut de l’artiste. Si une telle pratique discursive n’est pas nouvelle, elle se diversifie et prend des formes inédites à partir des années 1960. Le séminaire abordera cette année ces écritures d’artistes dans toutes leurs dimensions – poétiques, théoriques, narratives et performatives. Écritures d’artistes, plutôt qu’écrits comme on dit souvent, d’abord parce qu’il s’agit de considérer la dimension processuelle de ces textes, ensuite parce que les artistes se saisissent de la langue comme d’un matériau qu’ils travaillent selon des perspectives qui prolongent leur œuvre plastique, que ce soit pour inventer une discursivité voire une conceptualité spécifiques ou pour travailler la matérialité visuelle ou orale de la langue. Certains textes d’artistes témoignent d’ailleurs d’une authentique dimension littéraire. Ainsi ceux de Giuseppe Penone, échos d’une poïétique axée sur la sensualité des choses, explorent-ils la puissance d’évocation de la langue, comme l’évoque ce fragment de l’artiste : « Les idées sont des cristaux, elles se solidifient, se cristallisent dans les mots, ce sont des cristaux transpercés par la lumière de leurs significations, autant de lumières différentes que d’images différentes pour un seul mot ». C’est aussi le cas de Claude Rutault dont le corpus s’étend bien au-delà des « définitions/méthodes » : on découvrira un pan plus confidentiel de son écriture où l’artiste se nourrit de diverses sources littéraires dans des textes qui se tournent vers le genre biographique. Par contraste, les textes de Joseph Kosuth, qui se développent dans un registre conceptuel proche de la discursivité philosophique, visent le dépassement de la philosophie par l’art et posent alors la question de la spécificité de l’art.
L’écriture constitue pour ces artistes une dimension à part entière de leur travail artistique. À plusieurs titres : en premier lieu, elle témoigne d’un discours en cours sur une œuvre qu’ils ne cessent de réfléchir, d’une pensée in progress dans laquelle le texte constitue un fil rouge où s’énoncent de nouvelles interrogations, des repentirs voire des reniements, à l’instar de Robert Morris qui poursuit un travail d’écriture depuis les années soixante et avec une intensité constante. Si les textes et les œuvres sont pour les artistes qui nous intéressent deux aspects indissociables et complémentaires de l’activité artistique, leur relation se décline selon différentes modalités : certains textes de John Cage sont présentés en reprenant la structure temporelle de pièces musicales existantes ou sont écrits pour être récités ou lus tandis qu’on observe chez Robert Smithson un rapport à la fois mimétique et analogique entre les textes et les œuvres qui partagent un même modus operandi. François Morellet propose, quant à lui, une réflexion sur la création où ne sont jamais absents l’humour et la dérision qui marquent son œuvre : on retrouve dans ses textes un retrait semblable à celui des œuvres visuelles qui invite le spectateur à « déballer son pique nique », soit à proposer ses interprétations.
Ce séminaire se propose ainsi d’analyser le sens et les enjeux que recouvre ce champ de l’activité artistique encore peu exploré, de réévaluer le statut de ces textes, de dégager la spécificité de la pensée artistique qui s’exprime dans un discours dont les formes de discursivité sont irréductibles à celles en vigueur dans les champs de la critique, de la théorie ou de l’histoire de l’art, d’examiner les échanges qui s’établissent entre le travail plastique et l’écriture, entre la pratique et la théorie. Il s’agit aussi de sortir des cloisonnements disciplinaires pour aborder ces pratiques discursives à travers les approches croisées de l’histoire de l’art, de la théorie et de la philosophie de l’art articulées à celles des artistes qui apporteront aussi un éclairage sur leur propre pratique discursive : les séances du séminaire seront consacrées à la présentation et à la discussion de travaux – achevés ou en cours – sur des écrits d’artistes contemporains ou à des rencontres avec des artistes qui témoigneront de leurs pratiques d’écritures.
Programme des séances :

18 novembre
Autour de Respirer l’ombre. Conversation avec G. Penone animée par Laurence Corbel, Jacinto Lageira et Didier Semin
Salle des conférences, École nationale supérieure des beaux arts de Paris, 14 rue Bonaparte, 75006 Paris (la séance débutera exceptionnellement à 18h30).

16 décembre : Marie-Hélène Breuil
« Le voleur qui aimait Mondrian » : une lecture des écrits de Claude Rutault
Université Paris I – Panthéon Sorbonne, centre Saint Charles, salle 250.

20 janvier : Jacinto Lageira
Joseph Kosuth, théorie et pratique d’un langage conceptuel
Université Paris I – Panthéon Sorbonne, centre Saint Charles, salle 250.

17 février : Laurence Corbel et Gilles Tiberghien
« Un musée du langage au voisinage de l’art » : les textes de Robert Smithson Université Paris I – Panthéon Sorbonne, centre Saint Charles, salle 250.

17 mars
François Morellet, « Mais comment taire mes commentaires. » (sous réserve)

21 avril : Matthieu Saladin
La pratique de l’écriture versus l’écriture en pratique : modalités et enjeux du texte performé dans l’œuvre de John Cage
Université Paris I – Panthéon Sorbonne, centre Saint Charles, salle 250.

19 mai : Denis Briand
Une écriture polyphonique, les « raisons » de Robert Morris
Université Paris I – Panthéon Sorbonne, centre Saint Charles, salle 250.

Séminaire « Théorie musicale et philosophie » (2010-2011)

Séminaire « Théorie musicale et philosophie » (PhiCo/EXeCO)
Animé par André Charrak et Pauline Nadrigny

Programme 2010-2011 : La nature, perspectives classiques et contemporaines

L’association de la musique à la nature hante les théories de cet art jusque dans le moment contemporain, mais d’une toute autre façon qu’en peinture, où l’on a pu prescrire d’imiter la nature. Il fut plutôt question de trouver dans la nature l’expression, ou, pour citer Schopenhauer, la représentation, d’une musique idéale livrant le chiffre des phénomènes. Ce lien de la musique à la nature, sous d’autres biais d’ailleurs, constitue le sujet de ce séminaire. Plutôt que semble d’interroger ce lien comme s’il s’agissait d’une chose, il s’agira de l’aborder d’un point de vue historique.

André Charrak – « L’harmonie » (1) (14/12/2010)
Pauline Nadrigny – « L’harmonie » (2) (4/01/2011)
André Charrak – « Le son » (1) (1/2/2011)
Pauline Nadrigny – « Le son » (2) (8/03/2011)
André Charrak – « Le paysage » (1) (5/04/2011)
Pauline Nadrigny – « Le paysage » (2) (10/05/2011)

Séminaire « Théorie musicale et philosophie » (2009-2010)

Séminaire « Théorie musicale et philosophie » (PhiCo/EXeCO)
Animé par André Charrak et Pauline Nadrigny

Paradigmes et théorie musicale

Construit sur le principe de l’alternance de deux voix, de l’époque classique aux écrits contemporains, ce séminaire lancé en 2009 ne consiste ni en une approche musicologique, ni en une philosophie de l’expérience musicale en général. Il part du principe que, si la philosophie de la musique doit se constituer dans la fréquentation des œuvres, elle gagne également à se penser dans un rapport constant avec les théories musicales. Ces dernières constituent un terrain de conceptualisation de la musique, de sa perception, de ses formes, de son historicité et invitent la philosophie à en penser la méthode, les enjeux ainsi que les points de communauté avec sa propre pensée du musical.

 

André Charrak – « De la théorie musicale en philosophie de la musique » (1/12/2009)
André Charrak – « Paradigmes » (15/12/2009)
André Charrak – « Le problème de la perception musicale » (12/01/2010)
André Charrak – « De la théorie musicale à l’esthétique » (9/02/2010)
Pauline Nadrigny – « La notion d’objet sonore, un nouveau paradigme » (9/03/2010)
« Théorie philosophique de la perception et théorie musicale de l’objet sonore, la phénoménologie appliquée à l’écoute » (13/04/2010)
Pauline Nadrigny – « L’objet convenable : du sonore au musical » (25/05/2010)