Séminaire « Le primitif. La mythologie de l’originaire dans les arts XIXe-XXe siècles » : Philippe Dagen (mercredi 5 avril)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 ISJPS
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Culture, Esthétique, Philosophie de l’Art (CEPA)

Séminaire « Le primitif. La mythologie de l’originaire dans les arts XIXe-XXe siècles ».

Philippe Dagen (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Promenades mexicaines : surréalisme, serpents à plumes, sacrifices humains, peyotl et femmes fatales »

Mercredi 5 Avril 2017, de 18h à 20h
Centre Michelet (Salle 311)

Philippe Dagen est historien de l’art, critique d’art et romancier. Il est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et directeur de l’HiCSA (Histoire Culturelle et Sociale de l’Art). Il est également critique d’art au journal Le Monde. Il a notamment publié Le peintre, le poète, le sauvage. Les voies du primitivisme dans l’art français, Flammarion, 1998, Le silence des peintres (Fayard, 1996), Picasso, Hazan, 2008.

——

De qui est-on le primitif, par rapport à quelle tradition s’inscrit-on dans un rapport au « premier », à une origine ou un commencement? Ce terme est-il une catégorie esthétique ou une classification historique? Une certaine mythologie se donne à lire dans le discours des avant-gardes plastiques et musicales. De la figure cézanienne – le primitif d’un art nouveau – au désir, exprimé par Russolo ou John Cage, d’un retour au son, c’est peut-être le même type de geste qui se révèle : retour à un stade primitif du geste et du regard, qui se tiendrait sous la cristallisation des pratiques, des regards ou des écoutes en des formes historiques, retour à la materia prima, objet central des compositions picturales ou musicales… Mythologie, cependant, car il existe deux visages du primitivisme, certainement indissociables : l’un, culturel, qui engage les formes et les pratiques de civilisations extra-européennes ou d’un occident oublié – le primitivisme comme archaïsme ; l’autre, proprement plastique et sonore, ce « sauvage » que Dufrenne discernait notamment dans la musique expérimentale. Mythologie : car ce désir de retour est toujours, aussi, une invention – pour rencontrer son objet, l’artiste le construit en des fictions qu’il s’agit de repérer et d’interpréter, des Nazaréens à Stravinski, de Gauguin à l’imaginaire du jazz, de Rothko au rôle du cri dans les musiques extrêmes…

L’appel à une expérience esthétique première, originaire, par la médiation de formes artistiques fantasmée, car pensées elles-mêmes comme « premières », dessine-t-il une trajectoire commune aux avant-gardes artistiques ? Cette analogie est séduisante. Mais, dans cette mesure même, elle doit être réellement sondée, mise à l’épreuve, dans le cadre d’une réflexion transversale, entre esthétique générale, anthropologie culturelle et histoire des arts. Dans le cadre d’un tel dialogue, l’enjeu de ce séminaire est d’envisager plusieurs questions : celle des fondements du primitivisme en amont des avant-gardes, notamment dans les concepts du romantisme ; celle de la comparaison entre les usages du primitif d’un art à l’autre et des torsions que ces changements impriment à cette recherche ; celle du rapport entre une approche purement esthétique du primitif (question de la forme sensible, de la donation, du sauvage dans la perception, du bruit) et une approche historique, voire mythologique (archaïsme, donc, mais aussi appréhension occidentale des musiques extra-européennes).

Organisation et coordination scientifique : Pauline Nadrigny
Avec la participation de Danièle Cohn, Philippe Dagen, Sébastien Allard, Frédéric Fruteau de Laclos, Margaux Thura, Clément Bresch…

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre Michelet
3, rue Michelet, 75006 Paris

Contact : pauline.nadrigny@univ-paris1.fr