Séminaire « La part de l’oreille : physiologie et esthétique musicale »

Le séminaire « Théorie musicale et philosophie » reprend, avec cette année, pour thème, « La part de l’oreille : esthétique musicale et physiologie » ; il est à présent co-organisé par André Charrak, Catherine Guesde et Margaux Thura.

La prochaine séance se tiendra le :

Mercredi 13 avril 2016 (18h30 – 20h30)
Sabine Plaud (SIRIS Academic)
« Des faits dans la perception aux faits dans la proposition : l’articulation entre signe et image chez Hermann von Helmholtz et Ludwig Wittgenstein »
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre Michelet, Salle 311
3 rue Michelet – 75 006 Paris

La part de l’oreille : physiologie et esthétique musicale
Par rapport aux autres arts, la musique a souvent été discriminée au prétexte qu’elle sollicite les sens de manière plus vive et plus évidente. Ce « beau jeu des sensations », formule kantienne que l’on aime à rappeler, manquerait alors d’urbanité, forçant notre oreille sans paupière à entendre, et provoquant dans le corps diverses réactions que l’on a pu relier aux secousses provoquées par le rire (Kant), à un « affect brutal et sauvage » (E. Hanslick) ou encore à un « bien-être physiologique » (Nietzsche).
Loin d’inviter au repli sur soi et au relativisme, cette spécificité constitue un défi pour la compréhension du plaisir musical ; c’est elle qui a permis la naissance de disciplines originales et de nouveaux problèmes scientifiques. D’abord considérée comme un obstacle à ce que la musique soit admise au rang des beaux-arts, la place du corps a progressivement appelé une implication importante des sciences de la nature dans l’étude du plaisir musical, de la mathématisation de l’harmonie au XVIIe siècle aux neurosciences, en passant par la psychologie empirique et l’acoustique. Faisant du corps sensible un objet d’étude, les sciences du son, aussi éloignées historiquement et méthodologiquement soient-elles, permettent de comprendre que l’on peut quantifier les sensations, localiser le lieu de leur traitement et observer, dans le corps, la métamorphoses des vibrations sonores.
Comme chacune de ces sciences propose un point de vue sur le devenir de la sensation sonore, elle renouvelle la possibilité de construire une théorie objective de l’expérience esthétique. La question qui demeure concernant cette expérience toujours singulière est celle qui se pose pour toute science de l’homme : l’expérience en première personne peut-elle véritablement être saisie par ces approches du corps ? Quel est le prix à payer pour l’objectivité ? Plus encore, nous serons amené.e.s à interroger la pertinence du couple sujet/objet dans l’esthétique musicale, et à voir comment les sciences physiologiquement fondées abîment et retravaillent la dualité subjectif/objectif.
Prenant acte de ces tensions, ce séminaire puisera dans l’histoire des théories scientifiques du XVIIe à nos jours, afin de voir comment les différentes approches des sensations musicales ont conçu l’articulation entre le corps de l’auditeur et son expérience esthétique, en faisant fonds sur la question de la polarité plaisir/ déplaisir en musique, et de son articulation à la question du beau et du laid musicaux. On interrogera, au prisme de ces approches scientifiques, l’efficience de cette polarité classique entre plaisir et douleur.

Séminaire La part de l'oreille - Sabine Plaud