Soutenance de thèse : Pauline Nadrigny, « Le concept d’objet sonore : le problème de la perception dans la recherche musicale schaefferienne » (le 18 juin 2014)

Pauline Nadrigny (PhiCo/CEPA) soutiendra sa thèse pour l’obtention d’un Doctorat à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne :

 

« Le concept d’objet sonore : le problème de la perception dans la recherche musicale schaefferienne »

Thèse sous la direction d’André Charrak
le 18 juin 2014 – 14h
Salle Duroselle – Galerie Dumas
1 rue Victor Cousin, Paris 5e

 

Composition du jury

Danièle Cohn, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Christian Accaoui, Maître de conférences HDR, Université Paris 8
Frédéric de Buzon, Professeur, Université de Strasbourg
André Charrak, Maître de conférences HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Martin Kaltenecker, Maître de conférences HDR, Université Paris Diderot
Dominique Pradelle, Professeur, Université Paris-Sorbonne

 

Résumé

Cette thèse porte sur le concept d’objet sonore, élaboré par le fondateur du mouvement esthétique nommé « musique concrète » : Pierre Schaeffer, auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la perception du son dans une perspective musicale. À travers la généalogie de ce concept devenu très populaire en musique contemporaine, nous cherchons d’abord à montrer comment se construit une pensée esthétique originale par l’apport de modèles théoriques variés : sciences naturelles, linguistique, et surtout philosophie de la perception contemporaine – phénoménologie, structuralisme et théorie de la forme. Le concept d’objet sonore se construit en effet aussi bien par des gestes techniques – enregistrement et manipulation du son fixé, situation acousmatique – que par des gestes intellectuels radicaux – suspension de la référence au contexte d’émission du son, refus de la perspective de la physique acoustique, donc de d’explication du phénomène sonore au profit de sa description morphologique, étude généralisée de nos fonctions d’écoute (acoulogie). Cette appréhension du son «pour lui-même», qui se pense comme une application de l’épochè phénoménologique à l’écoute (écoute réduite) nous invite à penser les rapports ambigus pouvant se tisser entre une esthétique musicale particulière et la philosophie de la perception qu’elle convoque pour penser son objet. Plus généralement, ce travail vise donc à décrire le rôle d’une certaine philosophie de la perception dans l’émergence d’une appréhension plastique du phénomène sonore, phénomène qui résiste pourtant d’emblée à l’objectivation.

Mots-clés
perception sonore et musicale – objet sonore – acousmatique – électroacoustique – morphologie – musique expérimentale – théorie musicale et philosophie – phénoménologie de la musique