Soutenance de thèse : Cyril Crignon, « Le dripping de Jackson Pollock et le zip de Barnett Newman et les deux pôles de la construction du lieu dans la peinture à l’américaine » (le 20 février 2013)

Cyril Crignon (CEPA/PhiCo) soutiendra sa thèse pour le Doctorat de l’Université Paris I le mercredi 20 février 2013 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à 9h, en Salle Jean-Baptiste Duroselle.

Conduite sous la direction de Madame Danièle Cohn, cette thèse s’intitule :

« Le dripping de Jackson Pollock et le zip de Barnett Newman et les deux pôles de la construction du lieu dans la peinture à l’américaine »

 

Vous y êtes cordialement invités.
A l’issue de la soutenance, un pot sera offert.

Résumé
Pour mieux cerner l’optique dans laquelle la grande peinture américaine fut élaborée après la Seconde Guerre mondiale, cette étude élargit la focale par l’examen conjoint des œuvres de Barnett Newman et de Jackson Pollock. Sous des aspects contraires, toutes deux veulent en effet créer chez le spectateur un sens du lieu et nous rendre ainsi sensible la constitution de l’espace au lieu de nous en donner des représentations.
Rouvrant la discussion sur le modernisme entamée par Clement Greenberg, la thèse admet donc que cette peinture tient sa spécificité de ses réponses à la crise du tableau de chevalet diagnostiquée par le critique, et voit comment elles prennent en compte la question de la place du spectateur étudiée par Michael Fried dans la continuité de Greenberg. Vu la nature des questions que soulève la construction picturale du lieu, la thèse affirme cela dit la nécessité d’une approche philosophique. Ces questions ont trait à la spatialisation, au passage d’une forme a priori de la sensibilité à des formes sensibles procédant de l’expérience, à la relation entre le sujet et l’objet ainsi qu’à la position et à la réforme du sujet. La réflexion part ainsi du kantisme pour en dépasser les cadres stricts, naviguant entre l’idéalisme transcendantal et la phénoménologie. Elle
croise les références à Fichte, Husserl et Lévinas avec celles de l’esthétique et de l’histoire de l’art, en prenant soin de les ancrer dans l’analyse d’œuvres singulières. Elle espère ainsi mieux saisir la manière dont ces œuvres produisent du sens en dehors des voies de l’iconographie et déterminer les significations historiques qui s’y rattachent. Une définition plus large du modernisme est ici en jeu, ainsi qu’une conception de l’abstraction qui en affirme le socle anthropologique et la fonction cognitive.

 

Informations pratiques
Merci d’arriver à 8h45
Salle Jean-Baptiste Duroselle 1 rue Victor Cousin, Paris Vè
Accès par la place de la Sorbonne, premier couloir à droite dans la galerie J.-B. Dumas, au rez-de-chaussée